10 signes qui prouvent que malgré tous tes efforts, tu ressembles à ta mère

par

C'est notre plus grande angoisse et pourtant, on n'y coupera pas : Oui, un jour viendra où l'on ressemblera à nos mères adorées. 

"JAMAIS" - Ça, c'est ce qu'on clamait à 16 ans, quand toutes les personnes normalement constituées qui nous croisaient s'exclamaient d'un air béat "c'est fou ce que tu ressembles à ta mère !". Alors évidemment, eux, ces inconnus (ou presque) se basaient sur le physique. Mais la vérité, l'irrévocable vérité, c'est qu'un jour, on sera de parfaites copies de nos mamans. Vous savez ce qu'on dit, les chiens ne font pas des chats - et promis, ce n'est pas une tare

#1. Le côté maniaque 

Quand on était ado, quand on rejetait le monde, la société, l'ordre et l'équilibre, nos chambres étaient des zones de guerres. Non vraiment, il fallait lutter pour trouver ne serait qu'un centimètre carré de libre au milieu des fringues et des bouquins de maths (dont on n'a jamais vraiment pris soin, d'ailleurs). Nos mère luttaient pour nos faire ranger nos chambres et on ne consentait à le faire que pour éviter qu'elles ne le fassent elles-mêmes. Pourquoi ? Parce que c'était le meilleur moyen de perdre nos affaires : "JE VIS DANS UN BORDEL, C'EST VRAI. MAIS C'EST UN BORDEL ORGANISÉ !!" , criait-on entre deux chansons de Nirvana. Et puis un jour, passé les 25 ans, quand on a enfin notre appart et notre espace, on devient de vraies maniaques - pires que Monica dans Friends. Résultat, nos potes enlèvent leurs chaussures avant d'entrer et on a toujours un dessous de verre à leur refiler. 

#2. Le mode repeat 

Quand il fallait faire nos devoirs ou réviser le bac, nos mères avaient un talent incroyable : celui de répéter 15.000 fois les mêmes choses sur 15.000 tons différents. 10 ans plus tard, on fait pareil... dans notre couple. "T'as fait les courses ?", "tu penseras à racheter de la lessive ?", "tu n'oublies pas le supermarché, hein ?" , peut-on demander 15 fois dans la même journée. Mais nous, on le fait par SMS : pour économiser un peu de salive. 

#3. Bienvenue dans le monde joyeux des adultes

Avant, on se foutait royalement des détails comme le loyer, les factures ou les courses. On ne comprenait d'ailleurs même pas le besoin de faire des listes de courses : genre, dans notre esprit d'ado libre, on achetait ce qu'on voulait, au moment où on le voulait. Et puis un jour, après trois allers-retours au supermarché, on réalise l'importance de ces fameuses listes. On appelle ça le monde merveilleux des adultes. Et le plus beau, c'est que comme Chris Pratt, on ne sait pas ce qu'on fait 99% du temps. Du coup... on appelle maman. 

#4. "Je te l'avais dit !" 

A l'époque, quand votre mère vous le disait, vous leviez les yeux au ciel. Maintenant, quand vous le dites à votre moitié, vous avez le sourire démoniaque qui va avec. 

#5. Les mimiques 

On vous le répète : les chiens ne font pas des chats. Traduction, viendra un jour, où, inévitablement, vous adopterez les mêmes mimiques ou réactions que votre maman adorée. 

#6. Mode tank activé

Vous vous souvenez, à l'époque du lycée, quand votre mère débarquait dans le bureau du proviseur pour contester vous ne saviez quoi ? Dans ces moments là, vous vous faisiez minuscule, vous vouliez vous enterrer sous terre, disparaitre, changer d'identité et de pays. Maintenant, quand votre opérateur téléphonique essaie de vous la faire à l'envers, vous devenez le bon vieux tank qu'était votre maman. "IL ME CONNAIT PAS !", hurlez-vous dans toute la maison. 

#7. Chez le coiffeur 

Il fut un temps où vous faisiez tout subir à vos cheveux. Vraiment, ils ont tout vu, tout vécu - au point que parfois, vous vous demandez par quel miracle ils sont encore sur votre crâne. (Non, le blond platine et le bleu n'était pas une bonne idée, tout compte fait). Aujourd'hui, maintenant que vous êtes presque une adulte responsable, vous décidez de les soigner un peu. Les mèches, le carré et le brushing qui va bien. Hi, mom

#8. Le mythe du vin 

Quand vous étiez petites, vous ne juriez que par l'oasis ou le sirop - mais si, la grenadine ! Et vous ne compreniez pas pourquoi en rentrant du travail, votre mère se servait un liquide blanc dans un verre en forme de balle. Maintenant, vous avez compris. Parce que quand vous voulez brûler toute la Terre vive, il n'y a rien de mieux qu'un verre de vin en rentrant. Et ce n'est pas Bridget Jones qui dira le contraire. 

#9. En voiture...

Vue de notre siège enfant, la voiture, c'était cool. Bon, on ne voyait rien puisqu'on était collées à la banquette arrière mais au moins, ça nous berçait. On était loin d'imaginer que devant, notre mère ne pilotait pas une voiture mais plutôt un vaisseau tout droit sorti de Star Wars. Parce que clairement, avec 90% des conducteurs qui ne respectent pas le code de la route, il faut avoir les nerfs bien solides. Résultat, 15 ans plus tard, vous insultez tout ce qui roule (et qui vous grille la priorité). 

#10. Quand TU auras des enfants

On préfère ne même pas aborder le sujet.

Et un jour, quand tu jongleras entre dix trucs telle une équilibriste, tu comprendras à quel point ta mère, c'est un héros.

Source : Shoko.fr, tumblr  - Crédit : Mark Robert Milan, Getty Images, Instagram lilyrose_depp, Jacopo Raule, Brooke Cagle