Plus de 130 marques françaises s'engagent contre le Black Friday, symbole de l'hyperconsommation

par

Une journée de (sur)consommation largement dispensable.

Depuis quelques années, la France s'est appropriée le Black Friday, cette journée de promos imbattables instituée le lendemain de Thanksgiving aux États-Unis. Et on peut dire qu'il n'a pas fallu longtemps pour que notre société l'accepte dans ses coutumes ! Seulement voilà, si les consommateurs sont enthousiastes à l'idée de s'acheter des fringues ou du matériel électronique à prix cassé à quelques semaines de Noël, tout le monde ne voit pas le Black Friday d'un très bon œil.

La marque de vêtements et chaussures Faguo, accompagnée de plus de 130 autres marques françaises, a effet fait connaître son mécontentement à l'égard du Black Friday en lançant « Make Friday Green Again », un collectif ponctuel de sensibilisation à la surconsommation.

Voir cette publication sur Instagram

Nous avons réuni le collectif #makefridaygreenagain, réunissant plus de 130 marques françaises, avec un point commun : elles ne participeront pas au Black Friday, le 29 novembre prochain. Le vrai coût de cette journée est social et environnemental. Elle rend précaires les emplois en ne rémunérant pas les fabricants, les marques et les magasins. Elle contribue d'autre part au dérèglement climatique en encourageant la surproduction. ⠀ ⠀ Notre objectif est d'encourager ce jour là à réparer, recycler et revendre les objets superflus afin de savoir ce dont on a vraiment besoin au quotidien. L'objectif : restaurer autant que possible une consommation raisonnée, responsable et au prix juste.⠀ ⠀ #mfga #faguo #noblackfriday #ootd #recycled #blackfriday #frenchdays #greenfriday Le collectif rassemble… @adresse_paris @archiduchessefrance @atelier_rosemood @bigmoustache @bivouakfr @blandindelloye @blanc_bonnet @bonnegueule.fr @bycharlot_paris @castorette.paris @emoi_emoi @faguo @flair_bodysuits @hastparis @hircus @hokaran @iletaitplusieursfois @jaminidesign @jaqkstore @joone.paris @jules_jenn @labelchaussette @labellemeche @la_garconniere_ @lazarekids @le_flageolet @legranddressing @leminor.fr @lepetitfaon @lepantalon @lespetitsraffineurs @lesraffineurs @lililottenantes @luzcollection @maisonguillemette @maisonroussot @miasunnn @_marieetmarie @montlimart @natureetdecouvertes @ngoshoes @obarbershop @oeforgood @pictureorganicclothing @quillemolle @rivecour @river.home.deco @sessile_officiel @tediber_fr @theninesparis

Une publication partagée par FAGUO (@faguo) le

En marge du mouvement Green Friday qui vise, pour les entreprises participantes, à reverser 15% de leur chiffre d'affaires du jour à associations engagées pour une consommation responsable, #MakeFridayGreenAgain joue davantage la carte de la communication en boycottant clairement l'événement, en informant les consommateurs de l'impact environnemental et social du fameux vendredi noir, et en les invitant à consommer autrement :

« 60% des Français ont des vêtements ou des objets de consommation qu'ils n'utilisent jamais. Alors réparons, donnons, vendons ou recyclons le superflu pour créer une économie circulaire et moins puiser dans les ressources de la planète ! » explique Faguo dans un communiqué de presse. « Le vrai coût de cette journée est social et environnemental. Elle rend précaires les emplois en ne rémunérant pas les fabricants, les marques et les magasins. Elle participe d'autre part au dérèglement climatique en encourageant la surproduction », poursuit-elle.

Mais si de nombreuses personnes applaudissent l'initiative de ces marques de refuser de faire le Black Friday, d'autres n'hésitent pas à pointer du doigt les incohérences d'un tel discours. Comment prétendre lutter contre la surproduction et la surconsommation, quand les marques participantes elles-mêmes incitent sans arrêt à l'achat avec de nouvelles collections tous les mois et des offres flash à tout-va ? Comment prétendre lutter contre le dérèglement climatique en offrant les frais de livraison, en utilisant des matières premières gourmandes en eau ou en spammant les boîtes mail ? (parce que oui, les mails polluent !)

Au-delà du débat sur le bien-fondé de « Make Friday Green Again », dont l'initiative reste finalement plus que louable, le mouvement est surtout une occasion de constater que parmi les 130 entreprises participantes, aucun géant du retail ne figure dans la liste. Il n'y a pas de petite initiative, mais cela serait tout de même plus parlant si un Sephora, un Etam ou un Darty se joignait à l'avenir au projet ! A bon entendeur.

Source : Shoko / CP Faguo - Crédit : The Washington Post ,Getty Images