3 bonnes raisons d'aller voir Le Musée des Merveilles, un film original et touchant 

par

Alors oui, il y a Justice League qui sort au cinéma ce mercredi. Mais il y a aussi Le Musée des Merveilles, et ce serait dommage de l'oublier ! Et ce, pour 3 raisons.

Avec ce froid dehors, on n'a clairement pas envie de faire grand chose à part se poser quelque part au chaud et ne plus bouger. Alors oui, il y a le canapé, mais on n'a pas non plus envie d'hiberner complètement. L'endroit parfait ? Le cinéma. On peut s'y poser, il y fait plus chaud que dehors, et on s'y distrait avec un bon film. Pas mal, non ? Et ça tombe bien, on a l'embarras du choix en ce moment. Il y a Thor : Ragnarok qui est sorti depuis quelque temps et ce mercredi, il y a deux films chouettes qui sortent : Justice League et Le Musée des Merveilles. Nous, c'est de ce dernier qu'on va vous parler parce qu'il nous a vraiment touchés, et on vous a donc listé 3 bonnes raisons d'aller le voir. 

Pour l'histoire touchante

Réalisé par Todd Haynes (Carol), Le Musée des Merveilles se déroule en deux temps. D'abord, nous sommes dans les années 70 et Ben, un gamin dont la maman est décédée récemment et qui est devenu sourd à cause d'un accident, fugue pour retrouver la trace du père qu'il n'a jamais connu à New York. Ensuite, retour en arrière dans les années 20 où Rose, une gamine sourde de naissance qui souffre de l’absence de sa mère, une star du cinéma obnubilée par sa carrière, fugue pour retrouver cette dernière à New York. Tous deux vont vivre le même voyage, à deux époques différentes, mais réunis par le même handicap, la surdité, et le même désir d'affection. En bref, un joli conte onirique très émouvant qui ne devrait pas vous laisser indifférentes. 

Wonderstruck,Le Musée des Merveilles,Millicent Simmonds,Oakes Fogley,Julianne Moore
Pour la mise en scène originale

Toute l'originalité du film de Todd Haynes tient dans sa mise en scène. Jouant sur les époques, il en propose deux différentes. Dans les années 20, on est en noir et blanc et façon cinéma muet, avec de la musique pour illustrer les propos et des textes pour expliquer la situation. C'est l'époque qui le veut, mais pas que. Ça nous permet en effet également de découvrir le monde à travers Rose, qui est sourde et muette, et de voir comment elle le vit. Ensuite, on revient en couleur pour les années 70, avec le son, les paroles et la musique qui va bien avec l'époque des pantalons pattes d'eph. 

Le Musée des Merveilles,Wonderstruck,Millicent Simmonds
Dans les années 20, tout est en noir et blanc et en cinéma muet
Pour les prestations des jeunes acteurs

Là où on dit également chapeau, c'est aux deux jeunes acteurs. Millicent Simmonds, la jeune actrice sourde qui incarne Rose, est d'une expressivité et d'une sensibilité qui présage une grande actrice. Et Oakes Fegley (Peter et Elliot le dragon), qui incarne Ben, est quant à lui très touchant. Avec leurs airs innocents, naïfs, rêveurs et plein d'espoirs, ils nous touchent en plein coeur et on met notre main à couper qu'ils vous toucheront vous aussi ! 

Wonderstruck,Le Musée des Merveilles,Julianne Moore,Oakes Fegley
Oakes Fegley est super touchant dans Le Musée des Merveilles

Et pour vous donner une dernière raison d'aller voir Le Musée des Merveilles, il suffit de lire cette citation d'Oscar Wilde, qu'on entend dans le film et qui le représente parfaitement : "Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" ! Ça fait de l'effet, n'est-ce pas ? Alors vous attendez quoi pour aller voir Le Musée des Merveilles

Source : shoko.fr  - Crédit : Metropolitan Films, Metropolitan Films - youtube