5 étapes à suivre pour devenir la reine du compost !

par

Le tri des déchets n'a plus aucun secret pour toi ? Passe à l'étape suivante et deviens une as du compost !

Une de nos plus grosses lacunes en terme de recyclage est celle concernant les déchets organiques, comme les peaux de fruits et légumes ou encore nos restes alimentaires. Ils représentent 1/3 de nos déchets et peuvent être valorisés en étant transformés en un engrais excellent pour les cultures. Malheureusement, la plupart du temps, ils sont jetés dans la poubelle verte avec tous le reste. Cela engendre un phénomène de putréfaction qui rend impossible le tri des autres détritus. Comme les autorités publiques ne nous permettent pas encore de les trier, en mettant à disposition des poubelles appropriées, c’est au citoyen responsable d’agir en faisant son propre compost. Si tu veux atteindre un top niveau en terme de green attitude, on te dit comment faire. 

1. Avoir un composteur

Le composteur se présente sous forme de bac sans fond, muni d’un couvercle. Les plus bricoleuses pourront construire le leur avec des planches de bois. Pour les autres, il existe des modèles en kit, vendus dans le commerce. Une box de 1m3 est suffisante. Pour les personnes vivant en appartement, il en existe des parfaitement adaptés.

2. Bien placer son composteur

Il faut toujours placer à mettre son composteur à l’ombre afin de limiter la propagation de mauvaises odeurs. L'idéal est de le mettre dans un endroit un peu isolé en extérieur.  L'hiver, ça ne sent pas vraiment mauvais, c'est quand les journées se réchauffent que cela devient un peu plus problématique, mais il faut un peu souffrir pour sauver la planète. 

3. Trier ses déchets

Dans ta cuisine, prépare un petit sac plastique permettant de récupérer tous tes déchets alimentaires. Ensuite, dépose-les dans ton composteur en les recouvrant d’un peu de terre ou de terreau. Attention, il est recommandé de ne pas déposer des déchets d’origine animale ou des résidus d’échalotes, ails ou oignons qui dégageront une odeur nauséabonde au cours de leur décomposition.

4. S’occuper de son compost

Il faut mélanger une fois par semaine le compost et l’humidifier régulièrement. Petit conseil : rajouter du purin d’orties. Pour cela, il faut laisser macérer pendant une semaine, 2 à 3 kg de ces plantes urticantes, dans 20 à 30 litres d’eau. C’est un excellent accélérateur de décomposition. La quantité de purin nécessaire varie en fonction de la taille de votre compost. N’hésite pas à bien imbiber l’ensemble. Les vers de terreau sont aussi très efficaces pour hâter le processus.

Autre astuce pour avoir un compost de qualité, y incorporer des "déchets bruns", comme des sachets de thé, du foin ou encore de la marc de café.

5. Récolter son compost

Après quelques mois (4 à 6 mois), il est temps de prélever ton homemade compost bio. S'il est bienfait, il dégagera une odeur de sous-bois, avec un aspect grumeleux. Épands ce précieux engrais au pied de tes plantations pour les aider à grandir. En plus d’enrichir le sol, il améliore aussi sa fertilité de manière durable. Il apporte de l’azote, du potassium et du phosphore. Attention, certaines plantes comme les cactus n'en ont pas besoin, car elles préfèrent une terre sèche et pauvre pour se développer. 

Rendre à la terre ce qui vient de la terre, n'est-ce pas merveilleux?

Source : shoko.fr - Crédit : pixabay