Alléluia, le premier contraceptif masculin pourrait arriver très très bientôt

par

Notre charge contraceptive va enfin pouvoir se payer quelques vacances. 

La charge contraceptive bientôt partagée ? Si elle repose aujourd'hui massivement sur les épaules des femmes, les choses pourraient bien changer. A l'heure actuelle, hormis le préservatif - qui présente une efficacité loin d'être infaillible et qui peut vite s'avérer relou avec le temps (bien qu'indispensable pour se protéger des MST et IST, rappelons-le), il n'existait que la vasectomie comme solution contraceptive proposée aux hommes. Et s'ils sont de plus en plus nombreux à sauter le pas ces dernières années (+ 491% depuis 2010 en France), l'effet irréversible de la méthode a de quoi en rendre frileux plus d'un (à juste titre).

via GIPHY

Alors que les femmes se débattent avec la pilule contraceptive depuis plus de cinquante ans et qu'elles attendent de pied ferme son pendant masculin (qui ne verra pas le jour avant une dizaine voire une vingtaine d'années), d'autres alternatives contraceptives pour hommes sont examinées. On pense évidemment au gel à base d'hormones à appliquer sur la peau tous les jours, toujours en cours d'expérimentations, mais surtout à cette méthode tout droit venue d'Inde qui pourrait arriver sur le marché plus vite qu'on ne l'espérait.

En réalité, cette technique mise au point par le docteur RS Sharma est soumise aux tests depuis 1970. Appelée RISUG (Reversible Inhibition of Sperm Under Guidance), ce moyen de contraception consiste à injecter un polymère nommé styrène anhydride maléique directement dans les testicules. Un procédé qui permettrait de rendre les spermatozoïdes de l'homme inefficaces pendant 13 ans. En plus de ne présenter aucun effet secondaire et de garantir un effet sur une longue durée, celui-ci peut à tout moment être annulé à l'aide d'une autre piqûre qui viendrait annuler l'action de la première et ainsi rendre le sperme de l'homme tout à fait fonctionnel. Magique, non ?

via GIPHY

« Le produit est prêt, il ne manque plus que l'approbation finale du contrôleur général des médicaments, a assuré le docteur RS Sharma à l'Hindustan Times. Il peut en toute sécurité être appelé le premier contraceptif masculin au monde ». La phase des tests terminée, « y compris les essais cliniques prolongés en phase 3 effectués sur 303 candidats », dont le taux de réussite est de 97,3% (soit quasi aussi efficaces que ceux de la pilule à 99,7), en cas de validation, le produit pourrait être disponible dès le premier semestre de 2020, c'est-à-dire dans quelques mois. Affaire à suivre !

Source : Shoko - Crédit : Universal Pictures