S'inscrire
tracking
Buzz mode

Burkinis de Marks & Spencer, polémique autour de la "mode pudique"

Publié par
Mélannie Ngalula
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 3 min
No thumbnail

Scandale au Royaume-Uni où Marks & Spencer commercialise des burkinis. Ces burqa-bikinis posent plusieurs problématiques entre ouverture au marché, acceptation de la diversité et/ou au contraire atteinte à la liberté de la femme

En ce début de semaine, Marks & Spencer a dévoilé avec excitation sa ligne de burkinis désormais disponibles à la vente. Au prix de 49.50£ (soit 62,95 € en France) les burkinis de Marks & Spencer se déclinent en noir et en bleu. Le burkini de Marks & Spencer : " recouvre le corps intégralement à l’exception du visage, des mains et des pieds, sans compromettre le style…il est léger et permet de nager en tout confort. " À vrai dire, les burkinis de Marks & Spencer ne sont pas nouveaux. Le géant britannique les commercialise avec succès dans ses boutiques de Dubai et de Libye depuis maintenant trois ans et a donc voulu franchir un nouveau cap en les important vers le marché occidental, au Royaume Uni. Il faut dire que le pays dispose d’une population multiculturelle où la communauté musulmane est bien représentée. Aussi, le pays bénéficie d’une approche plus libérale tant sur le plan économique que social avec des politiques visant à l’harmonie, ce que l’on nomme ici le " bien vivre-ensemble ". Il ne sera donc pas étonnant de faire vous faire encaisser vos achats par un vendeur en turban ou une conseillère voilée (uniquement les cheveux.) Toutefois du voile au burkini il y a un pas, grand, selon l’opinion publique particulièrement virulente au Royaume-Uni.

Offusqués par les burkinis de Marks & Spencer, certains clients ont même appelé au boycott pur et simple de la marque. En France, c’est la déclaration de Laurence Rossignol, Ministre du Droit des Femmes qui a amené le débat à l’ordre du jour. En réaction à un article publié sur Leparisien.fr au sujet de la mode pudique, la ministre féministe convaincue déclarait : "Une ligne ‘pudique’ ? Et les autres lignes, c’est pour les dévergondées, les montre-tout, les trainées ? #aprèsonsétonne ". Invitée politique de Bourdin Direct dès le le lendemain, Laurence Rossignol est montée au créneau - avec quelques dérapages d’ordre lexicaux au passage - accusant les marques produisant ces vêtements d’irresponsabilité. Selon la ministre, commercialiser ces articles de mode pudique serait la porte d’accès pour un enfermement du corps de la femme et non une fenêtre ouverte sur sa liberté. Son intervention a été vivement soutenue par les groupes féministes à commencer par Ni putes Ni soumises. Au contraire, il s’agréait de ne plus exclure les femmes voilées en leur donnant l’occasion de porter des vêtements de plage leur permettant de participer sans contrainte à certains loisirs. Avoir une mode correspondant aux modes de vie de ces pratiquants serait donc essentiel. Atteinte à la liberté du corps de la femme ou à l’inverse volonté d'intégrer la femme voilée à la société, la question reste ouverte. Reste que cette nouvelle demande fait les affaires des groupes moyen de gamme comme Marks & Spencer mais également de l’industrie du luxe.

Crédit : HM

En effet, la mode est avant tout apolitique et face à des enjeux financiers ne prend pas partie si ce n’est celui du marché. Et force est de constater que le nouvel eldorado se trouve dans l’expansion de " la mode pudique " que peu osaient aborder en occident mais qui se décomplexe désormais, et pour cause. On estime à 500 Mds$ (soit 443 Mds€) le total des recettes que devrait engendrer le marché de la mode pudique d’ici 2019. Un chiffre qui n’est pas resté longtemps ignoré par les maisons de luxe. Après l’Asie de l’Est, le luxe s’est rapidement épanché sur la région du Moyen-Orient. Ici existe une nouvelle clientèle au pouvoir d’achat développé, prête à dépenser. La mode s’est donc adaptée au marché avec des créateurs plus enclins à imaginer des pièce mêlant esthétisme et bienséance religieuse. Ainsi en janvier dernier, Dolce & Gabbana se lançait à la conquête de la mode pudique ou mode modeste avec sa ligne de voiles et hijabs tout bonnement nommée " The Abaya Line : The Allure of the Middle East" ne faisant pas grand mystère quant à sa destinée. La maison italienne qui célébrait l'Espagne l'été dernier puis une Italie solaire dans sa nouvelle campagne Printemps-Été 2016 ne perd pas le nord. Une stratégie adoptée par DKNY et Tommy Hilfiger qui avaient lancé des lignes en simultané avec le début du Ramadan en juillet 2014 et juin 2015 respectivement. L’Occident se met donc à l’heure orientale et compte bien ramener un peu de cet Orient en Occident. Pour l’heure, Marks & Spencer n’a pas fait de déclaration concernant ses burkinis disponibles à la vente en France.

À lire aussi
Katie Meade, le mannequin trisomique devenu égérie de produits cosmétiques
À lire aussi
"Couture en orbite", quand l'Agence Spatiale Européenne solicite des écoles de mode
À lire aussi
The Hollywood Reporter dévoile son Top 25 des stylistes les plus puissants
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Burkinis de Marks & Spencer, polémique autour de la "mode pudique"
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible