Buzz mode : La nouvelle identité surprenante d'American Apparel

par

American Apparel met les femmes à l'honneur dans sa nouvelle campagne et pas n'importe lesquelles : celles qui travaillent au sein même de leur entreprise. Une façon habile de réorienter leur image parfois borderline

Lors de la rentrée de septembre dernier, la school girl d'American Apparel avait crée la polémique. En effet, la nouvelle campagne de l'enseigne américaine connue pour ses provocations avait, comme ils le désiraient sûrement, fait ce qu'on appelle un "bad buzz". La marque était souvent décriée pour leur image des (jeunes) femmes, véhiculant des idées sexistes à leur propos. L'ancien directeur, Dov Charney, a même été remercié après de nombreuses plaintes d'harcèlement sexuel. Il fut alors remplacé par une femme, Paula Schneider. Depuis, la femme est devenue la pierre angulaire d'American Apparel, la plaçant au centre de ses campagnes. Subtilement, American Apparel semble s'excuser et se rachète une image devenue peu glorieuse. Aussi, la nouvelle campagne se nomme "Hello Ladies". Les femmes qui prennent place dans la pub sont toutes des employées de la marque et ne posent pas en string...

Buzz mode : La nouvelle identité surprenante d'American Apparel - photo
Buzz mode : La nouvelle identité surprenante d'American Apparel - photo

Une femme nommée à la direction d'American Apparel, suffisant pour réparer les pots cassés de la marque ? Selon eux, non. Par ailleurs, après avoir catalogué les femmes au rang de "moins que rien" (tee-shirt règles, harcèlements, campagnes sexistes), Paula Schneider essaye tant bien que mal d'humaniser les femmes qui font d'American Apparel ce qu'elle est. Leurs noms sont de ce fait ajoutés, ainsi que leur date d'entrée dans l'entreprise. Le message à comprendre : elles travaillent chez American Apparel et sont heureuses d'y être. Ils vont même plus loin en affirmant que la femme est au coeur de la réussite de la marque : 55% de leur main d'oeuvre est féminine, la plupart des chefs sont également des femmes chez American Apparel. "Ce qui est très rare dans le monde de l'entreprise", dixit Paula Scheider herself pour wwd.com. Un peu démago certes, mais bon, c'est un bon début pour redorer une image très détériorée.

Source : wwd.com