Ces choses dont tu ne devrais pas avoir honte quand tu t'envoies en l'air

par

Au pieu, pas de culpabilité qui tienne. 

Au travail avec les boss et les collègues, en soirée avec les potes, au dîner de famille avec les beaux-parents, difficile d'échapper à la critique et au jugement. On se scrute, on se jauge, on s'observe, et il arrive même parfois que l'on se flagelle soi-même, comme si le jugement des autres n'était pas suffisant. Performance, excellence, attentes, une fois la porte de chez soi fermée, ce sentiment de culpabilité ne s'en va pas pour autant... et arrive même à parasiter nos parties de jambes en l'air. « Pourquoi mon ventre se plie de cette façon quand je me mets dans cette position ? Merde, pourquoi j'arrive pas à jouir ? C'est grave si je n'ai pas envie ce soir ? ». STOP. S'il y a un moment où l'on a envie de mettre son cerveau en mode OFF, c'est bien au lit.

via GIPHY

#1 Être très excitée

Ça peut paraître fou comme ça mais nous sommes nombreuses à ne pas être à l'aise lorsque nous sommes trop excitées. Tandis qu'un homme rougira rarement en voyant son pénis enfler, nous sommes plusieurs à être gênées de sentir notre vagin lubrifier, surtout lorsqu'il « mouille trop ». Et pourtant, c'est le signe que tout fonctionne comme il faut, que l'on a très envie de faire l'amour et que la pénétration va se passer easy peasy.

#2 Vouloir faire l'amour pendant ses règles

Non, les règles ne sont pas sales et oui, on peut tout à fait faire l'amour pendant cette période. Evidemment, on n'imposera rien à notre partenaire mais rien ne nous empêche de lui demander d'essayer et surtout d'avoir envie. Si tu as son feu vert, place juste une serviette dans le lit histoire d'éviter de tâcher les draps. Pour le reste, tu peux y aller tranquille.

#3 Exiger un orgasme

Comme le dénonçait le compte Instagram T'as Joui, trop d'hommes partent du principe qu'un rapport sexuel se termine par une éjaculation masculine. Et trop de femmes se sont habituées à « cette norme ». Ce n'est pas parce que ton partenaire a joui que tu n'es pas en droit d'exiger ton orgasme à toi aussi.

#4 Demander à mettre du lubrifiant

Quand on ne culpabilise pas de trop mouiller, on culpabilise de ne pas mouiller assez. Qu'importe les raisons (qu'elles soient physiologiques ou psychologiques), il arrive que ton vagin ait du mal à lubrifier. Dans ce cas, inutile de t'imposer des rapports douloureux inutilement, le lubrifiant est fait pour ça. Alors, n'hésite pas à y avoir recours si tu en ressens le besoin.

#5 Ne pas vouloir faire comme tout le monde

« Fellation ? Check. Cunni ? Check. Levrette ? Hum, pas trop mon truc mais parait que ça fait libérée d'aimer ça ? ». Non, le sexe n'est pas une to-do list et encore moins un film porno. Alors si telle ou telle pratique ne t'inspire pas, pas la peine de te forcer à l'essayer à tout prix, histoire de faire comme tout le monde.

#6 Faire des choses chelou

Il y a des moments dans la vie où il faut apprendre à lâcher-prise et à mettre son ego de côté. Le sexe en fait partie. Alors oui, certes, quand on fait l'amour, il nous arrive de faire des têtes bizarres, de pousser des cris chelou et de lâcher des bruits malaisants et so what ? Si l'on s'arrête à ces détails, on n'a pas fini de se prendre la tête...

#7 Penser à quelqu'un d'autre

Qu'importe que tu t'envoies en l'air avec ton/ta partenaire de longue date ou qu'il s'agisse d'un récent date Tinder, tu as le droit de penser à qui tu veux quand tu es dans ses bras. Ethique, moral, on s'en fiche. Le fantasme est l'affaire de chacun (et il s'agit d'un des rares espaces où l'on peut s'autoriser une totale liberté, alors ne gâchons pas tout).

#8 Se servir d'un sex-toy

Que ton/ta partenaire ne le prenne pas comme un affront : tu as peut-être du mal à jouir toute seule et a besoin d'une petite aide pour y parvenir. Ou alors, tu aimes tellement ton joujou que tu as envie de pimenter la partie de jambes en l'air avec. Bref, qu'importe les raisons : inutile de culpabiliser, le sex-toy ne sert pas uniquement tes séances de masturbation, il peut aussi être utile lors de galipettes à deux.

via GIPHY

Comme le disait Samantha Jones, au lit « on se prend le cul, pas la tête ». Et on n'aura pas mieux dit !

Source : Shoko/cosmopolitan.com - Crédit : Freeform