S'inscrire
tracking
Épanouissement personnel

Ces phrases sexistes qu'on ne veut plus entendre en 2020

Publié par
Eva Y.
, le .
Temps de lecture : ~ 3 min
Ces phrases sexistes qu'on ne veut plus entendre en 2020

Ces expressions sexistes à travers le monde à bannir une bonne fois pour toutes. 

Même si une seule journée dans l'année ne devrait pas porter toutes les luttes pour les droits des femmes, en cette nouvelle Journée Internationale de la femme, il est important de rappeler à quel point le sexisme gangrène toujours nos sociétés. Les langues se délient, les débats s'ouvrent, les femmes se lèvent... mais il reste encore beaucoup de travail à faire pour renverser des siècles et des siècles de patriarcat.

Un système de domination qui s'est insidieusement infiltré dans notre quotidien, nourrissant aujourd'hui un tas de comportements et d'expressions sexistes. Pour soutenir la libération des femmes et les droits qu'elles ont acquis sur le marché du travail, 12 équipes de linguistes de nationalités différentes employées par Babbel dévoilent les expressions sexistes à travers le monde, ces phrases qu'on ne veut plus entendre en 2020. Une initiative qui entend inciter la population à se rendre compte du poids de ces mots, mais surtout à les bannir de son vocabulaire.

chloe s.
Crédit : Unsplash @chloe s.

En France

Sois belle et tais-toi ! : « On ne cesse de le répéter aux femmes depuis la nuit des temps… Evidemment, cette phrase implique que la femme est réduite à un objet. Il est ainsi insinué que l’apparence physique compte davantage que leurs opinions ».

Tu ne vas pas te laisser battre par une fille ! : « Adressée le plus souvent par des hommes, cette expression est claire de sens. Un homme n’est pas censé se laisser faire ou battre par une fille, supposée être moins forte que lui ».

Femme au volant, mort au tournant … : « Un des plus grands clichés de notre époque. Les femmes ont la réputation d’être de mauvaises conductrices, de ne pas savoir faire de créneaux, de se regarder trop souvent dans le rétroviseur, et donc d’être à l’origine de nombreux accidents de voiture. Toutefois, de nombreuses études ont révélé que la grande majorité des accidents impliquent principalement des hommes (83% des condamnés pour homicides involontaires sur la route sont des hommes selon les chiffres de la Sécurité routière) ».

C’est une affaire d’homme : « Cette expression est généralement utilisée pour exclure les femmes des affaires intellectuelles ou commerciales. Lorsqu'une femme essaie de participer à une conversation, elle se retrouve parfois confrontée à cette phrase. 'C’est une affaire d’homme' sous-estime, une fois de plus, la capacité intellectuelle d'une femme, en plus d'annuler son opinion sur un certain sujet ».

Tu te débrouilles bien, pour une fille : « Cette phrase, qui peut témoigner d’une forme de galanterie pour certains hommes, n’en reste pas moins sexiste. C’est ce qu’on appelle le sexisme ordinaire. Cette expression laisse entendre qu’il est surprenant qu’une femme réussisse dans le domaine de la mécanique, de l’électricité, du sport, de l’ingénierie … supposés être dédiés aux hommes ».

via GIPHY

Dans le reste du monde

Tu sais cuisiner, tu es bonne à marier (Sabes cocinar, ahora ya te podes casar) : « Bien que nous soyons déjà en 2020, cette phrase remonte à la première moitié du siècle dernier, lorsque les femmes étaient pour la plupart des femmes au foyer. Toutefois, elle se répète encore non seulement en Argentine, mais aussi au Brésil et dans de nombreux autres pays. Elle impose l'idée que les femmes doivent prendre soin des hommes. Sinon, ce ne sont pas de 'bonnes femmes' ».

Être un homme (Men Up) : « Au Royaume-Uni, cet impératif est utilisé pour inciter une personne à s’endurcir et affronter les choses. Cette phrase implique que seule la virilité permet de relever les défis ».

Il suffit d’écarter les jambes (Tanto a voi basta aprire le gambe) : « Cette expression, encore largement utilisée en Italie, annule la capacité professionnelle et intellectuelle des femmes à atteindre leurs objectifs ».

Quand tu seras mariée, tout aura disparu (Bis du heiratest ist das weg) : « En Allemagne, lorsqu'une petite fille est blessée, on utilise cette expression, comme si le mariage allait éliminer toutes les douleurs de sa vie ».

Elle a du coucher avec son patron (Eso fue que se lo dio al jefe) : « Utilisée par les colombiens, et bien que le marché du travail soit de plus en plus égalitaire, cette phrase est encore très prononcée. Elle dénonce le long chemin qui reste à parcourir et suppose qu'une femme ne peut réussir que si elle couche avec son patron. 'La vérité est que la persistance des inégalités salariales et la maltraitance généralisée des femmes au travail et en dehors du travail mettent en évidence des inégalités profondément enracinées - tant dans la société que dans la langue', commente David Marín, linguiste colombien chez Babbel ».

via GIPHY

Un malheureux tour du monde des expressions sexistes que l'on espère ne plus à voir à faire l'année prochaine.

À lire aussi
Journée des droits des femmes, journée du clitoris... 13 journées mondiales à connaître et honorer en tant que femme
À lire aussi
Les chiffres de l'enquête #NousToutes sur le consentement sexuel font froid dans le dos
À lire aussi
En couple, voilà les 3 choses qu'on ne veut pas que notre partenaire fasse
À lire aussi
« Ceci n'est pas un consentement », la nouvelle campagne coup de poing contre les agressions sexuelles
À lire aussi
Cette publicité réaliste sur l'après-accouchement a été interdite de diffusion, tout ça en 2020
À lire aussi
« Be A Lady », la vidéo coup de poing liste les injonctions contradictoires adressées aux femmes
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Ces phrases sexistes qu'on ne veut plus entendre en 2020
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible