Ces villes du monde les moins safe pour les femmes niveau harcèlement sexuel

par

En matière de harcèlement sexuel, Paris est loin d'être une ville sûre pour les femmes.

Voilà un classement dont on se passerait bien, tant il témoigne d'une bien triste réalité. Récemment relayée par The Guardian, l'ONG Plan International a établi une liste des villes les plus dangereuses pour les femmes en matière de harcèlement sexuel, premier risque pour leur sécurité. Pour ce faire, 400 experts ont recueilli les témoignages de plusieurs femmes de 22 métropoles des 6 continents. En analysant les données communiquées, le rapport a « élu » Bogota, en Colombie, comme ville la moins safe, suivie de Johannesburg en Afrique du Sud et New Delhi en Inde. A l'inverse, parmi les villes étudiées, Dublin en Irlande, New York aux Etats-Unis et Stockholm en Suède sont les plus sûres.

  • 1. Bogota
  • 2. Johannesburg
  • 3. Delhi
  • 4. Lima
  • 5. Kampala
  • 6. Nairobi
  • 7. Le Caire
  • 8. Sao Paulo
  • 9. Dhaka
  • 10. Jakarta
  • 11. Paris
  • 12. Dar es Salaam
  • 13. Bamako
  • 14. Ouagadougou
  • 15. Istanbul
  • 16. Sydney
  • 17. Toronto
  • 18. Tokyo
  • 19. Hanoi
  • 20. Dublin
  • 21. New York
  • 22. Stockholm

Autre information dévoilée par l'ONG : contrairement aux idées reçues, la plupart des agressions et des violences faites aux femmes surviennent dans les espaces publics (aux yeux et à la vue de tous donc...). Une situation alarmante à laquelle sont confrontées toutes les femmes - sans exception - et qui les obligent à établir des stratégies pour éviter de se faire harceler. Cela passe par penser à ne pas rentrer seules le soir, faire attention à ne pas trop boire en soirée, à ne pas être habillées « trop sexy » ou encore éviter certaines rues ou endroits afin de ne pas se sentir en danger.

Les gares ferroviaires et routières mais aussi les arrêts de bus sont d'ailleurs les endroits dans lesquels les agressions sexuelles et le harcèlement de rue sont les plus courants. C'est ce que révèle une autre étude, toujours menée par Plan International qui a interrogé plusieurs femmes de cinq villes différentes : Delhi, Kampala, Lima, Madrid et Sydney. A l'aide d'un outil de géolocalisation, les enquêtées ont du signaler les endroits où elles se sentaient le moins en sécurité.

arrêt de bus
Les arrêts de bus et les gares ferroviaires et routières sont les endroits dans lesquels les femmes se sentent le moins en sécurité

« Le harcèlement et les abus sexuels incessants sont la norme quotidienne pour tant de jeunes femmes et de jeunes filles dans les rues, regrette Anne-Brigitte Albrectsen, PDG de Plan International. Nous avons entendu la même histoire dans chacune des cinq villes que nous avons étudiées : les jeunes femmes ont peur pour leur sécurité physique et sont en colère parce que ce harcèlement et cette intimidation ne sont pas pris au sérieux. Le harcèlement ne devrait pas être considéré comme faisant partie d'une vie 'normale' pour les filles et les jeunes femmes. Ce n'est pas un amusement inoffensif ». Banalisé et même ignoré, surtout par les hommes, le harcèlement de rue a d'ailleurs récemment fait l'objet d'une campagne coup de poing, à l'initiative de Ni Putes Ni Soumises, qui a mis un homme dans la peau d'une femme afin de le confronter à une situation que nous subissons chaque jour.

Regards insistants, harcèlement, remarques déplacées, sentiment d'insécurité, bienvenue dans notre triste quotidien.

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @Vidar Nordli-Mathisen, Unsplash @Francisco Moreno