S'inscrire
tracking
Hygiène menstruelle

Cette étude révèle les conséquences douloureuses que subissent les femmes atteintes d'endométriose

Publié par
Eva Y.
, le .
Temps de lecture : ~ 3 min
Cette étude révèle les conséquences douloureuses que subissent les femmes atteintes d'endométriose

Une enquête qui lève le voile sur une maladie encore sous-diagnostiquée. 

Elle concerne une femme sur dix et pourtant, l'endométriose continue d'être victime d'une profonde méconnaissance. Des failles lourdes de conséquences pour les femmes qui vivent avec cette maladie. Pour rappel, l'endomètre est le tissu qui tapisse l'utérus. Lors du cycle, celui-ci s'épaissit en vue d'une éventuelle grossesse et le cas échéant, il se désagrège et saigne.

« Or chez 10% des femmes, le tissu endométrial qui se développe hors de l'utérus n'est pas détruit et se greffe sur les organes et provoque des lésions, des adhérences et des kystes ovariens, (endométriomes). C'est là que devient une 'endométriose' » détaille l'association EndoFrance qui vient de publier le 17 juin dernier une vaste enquête sur l'endométriose et les différents impacts causés sur la vie amoureuse, professionnelle et sexuelle des patientes.

@cristian_newman
Crédit : Unsplash @Cristian Newman

La première grande enquête sur l'endométriose

En partenariat avec le laboratoire Gedeon-Ritcher et l'Institut de sondage IPSOS, l'étude EndoVie a mobilisé 1557 femmes souffrant d'endométriose, 100 conjoints de femmes concernées par cette pathologie et 1004 Français âgés de 18 ans ou plus issus du « grand public ». Un travail de recherche de grande ampleur - le premier - qui met en lumière à la fois « la connaissance du grand public de l'endométriose, mais surtout la prise en charge, la qualité de vie et le parcours des patientes », comme le rappelle Yasmine Candeau, la présidente de l'asso.

Règles très douloureuses, douleurs abdominales, troubles digestifs, douleurs pendant les rapports sexuels, si les symptômes de l'endométriose sont très handicapants, une femme attend environ 7 ans avant que la maladie ne soit enfin posée. Autre problème de taille : le choix très restreint des traitements proposés pour soulager le quotidien des femmes souffrant d'endométriose qui se limitent à la prise d'antidouleurs (66%), d'anti-inflammatoires ou d'une pilule oestro-progestative.

Tomber enceinte : le parcours du combattant

Pour 62% des patientes, une opération est même nécessaire, surtout chez les plus touchées et celles qui subissent la maladie depuis plus de 10 ans. L'enquête menée par EndoFrance s'intéresse également à d'autres aspects du quotidien difficile que doivent mener les femmes souffrant de la maladie, comme la difficulté de tomber enceinte (qui concerne une femme sur 2) et qui contraint une femme sur 3 à avoir recours à la PMA.

Les femmes interrogées ont également déclaré subir la maladie sur le plan sexuel, psychologique et physique. Elles sont en effet 62% à se sentir diminuées par l'endométriose, notamment au moment d'aller travailler le matin et 65% assurent que celle-ci nuit à leur bien-être au travail. Mais ce n'est pas tout puisque l'équilibre du couple se retrouve également bien souvent impacté. C'est ce que révèlent les témoignages des conjoints qui ont participé à l'étude.

Une vie intime fragilisée

Si certains se sentent inquiets, compréhensifs voire compatissants, d'autres éprouvent des sentiments négatifs, comme l'envie de retrouver une certaine liberté ou d'avoir des relations sexuelles avec d'autres personnes. Certain·e·s d'entre eux/elles pensent même que l'état de leur partenaire nuit à leurs relations sociales et que cette dernière leur demande plus d'aide qu'elle n'en a réellement besoin.

@naomi_august
Crédit : Unsplash @naomi_august

Si ces révélations ont de quoi faire bondir, les entretiens avec le « grand public » permettent de dresser une partie du problème. Car si 83% des personnes interrogées affirment avoir déjà entendu parler d'endométriose, seuls 50% d'entre elles considèrent qu'elles voient bien de quoi il s'agit. Inutile de préciser que les hommes sont les premiers concernés (ils ne sont que 22% à considérer savoir ce qu'est l'endométriose)... Preuve qu'il y a encore beaucoup de taff à faire de ce côté-là.

D'ailleurs, parmi les solutions plébiscitées pour les aider, les femmes atteintes par cette maladie évoquent l'amélioration de la formation des professionnels de santé mais aussi la création de centres experts. Elles seraient même 8 sur 10 à être prêtes à consulter un de ces établissements, même s'il se trouvait loin de leur lieu de résidence. A bon entendeur...

À lire aussi
« Règles, la fin d'un tabou », le docu activiste sur les menstruations à ne pas manquer à la télé
À lire aussi
On a enfin un tuto clair pour bien mettre sa cup menstruelle (et on dit merci Pornhub !)
À lire aussi
Apparemment cette protection périodique réduirait la durée des règles
À lire aussi
« Histoires d'utérus », ce spot militant défonce les tabous liés au sexe féminin
À lire aussi
Comme c'est surprenant, le confinement foutrait le bordel dans nos règles
À lire aussi
Attention, une mauvaise utilisation de la cup menstruelle pourrait entraîner une descente d'organes
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Cette étude révèle les conséquences douloureuses que subissent les femmes atteintes d'endométriose
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible