D'après une étude, les hommes pratiqueraient plus le cunnilingus en vieillissant

par

Prendre de l'âge n'a pas que des inconvénients.

Le sexe oral, ce n'est pas du goût et tout le monde et personne (personne !) ne doit jamais se sentir obligé·e de le pratiquer. Ceci dit, parce que les personnes de sexe féminin sont dotées d'un clitoris (aka ce petit organe exclusivement dédié au plaisir), le sexe oral est une pratique qui peut être fort fort agréable et propice à l'orgasme. Rappelons tout de même que si l'on a longtemps cru qu'il existait, l'orgasme vaginal est un mythe : ce plaisir est en réalité induit par la stimulation du clitoris depuis le vagin, d'où l'intérêt de prêter davantage attention à ce petit bouton magique plutôt qu'à la seule pénétration !

Parce que le cunnilingus est source de grand plaisir pour les femmes, la marque de préservatif Skyn a conduit une étude pour le compte du magazine américain Cosmopolitan afin de faire le point sur cette pratique auprès de la gent masculine. Et les résultats ont plein de choses à nous raconter ! D'après le média féminin, le sondage mettrait en évidence un rapport certain entre âge et cunnilingus : les hommes seraient plus enclins à pratiquer le sexe oral sur leur partenaire féminine en vieillissant, sous-entendant donc que les publics les plus jeunes ne seraient pas vraiment branchés cunni.

D'après le sondage Skyn pour Cosmopolitan, 14% des hommes de 18-22 ans interrogés ont déclaré « penser que [le cunnilingus] n'est pas nécessaire ». Surtout, si près de 50% des 18-27 ans ont avoué être plus à l'aise de faire l'amour (sous entendu le sexe par pénétration) que de pratiquer le sexe oral, ils ont été 32% à faire la même déclaration dans la catégorie 28-32 ans. Cinq ou dix ans plus âgés, les sondés n'ont donc pas donné la même réponse, ou tout du moins pas dans les mêmes proportions, étayant l'idée que le cunnilingus est une affaire d'hommes plus mûrs.

D'ailleurs, chez les hommes de plus de 33 ans, il ont été 51% à penser qu'ils sont capables de procurer un orgasme à leur partenaire durant un cunni, alors que seulement 41% des 18-22 ont affirmé la même chose.

A en croire les résultats de l'enquête, il semblerait donc que l'âge joue un rôle dans la pratique du sexe oral, et ceci pourrait probablement se vérifier chez le public féminin - une question de confiance en soi en prenant de l'âge et en acquérant de l'expérience, notamment. Mais le facteur éducation ne doit pas être délaissé dans cette histoire ! Avec l'absence remarquée du clitoris dans les manuels scolaires, et son absence tout aussi flagrante des films porno (qui servent malheureusement toujours de première source d'éducation sexuelle chez les jeunes), il n'est pas étonnant que les publics les plus jeunes soient mal informés sur cet organe du plaisir et les différentes façons de le stimuler.

Il y a donc non seulement un travail à faire au niveau de l'éducation sexuelle (aussi bien des garçons que des filles), mais également un travail à faire pour faire évoluer les mentalités au sujet de la vulve. Car aujourd'hui encore, le sexe féminin reste un grand tabou, un organe souvent perçu comme sale et honteux, ce qui n'aidera certainement pas les femmes à vivre leur révolution sexuelle sereinement et librement. Alors libérons la vulve, libérons le cunni !

Source : Shoko / SKYN - Crédit : Igor Ustynskyy,Getty Images