De l'Usine à Lunettes à lunettes pour tous, les lunetiers low cost en ligne de mire

par

En 2015 la lunette n'est plus un luxe, qu'elle soit esthétique ou indispensable, elle se veut enfin accessible. meltyFashion a mené l'enquête et vous offre un point de vue panoramique sur la lunette chic et pas chère

Presbytes, astigmates, myopes, vous connaissez l'expérience paradoxale de choisir une paire de lunettes avec enthousiasme, tout en sachant que trois ans plus tard, vous devrez toujours assumer le même visage dans le miroir. Comme le révélait l’Observatoire de la Vue, étude IPSOS en partenariat avec Krys en 2013, les français changent de paire de lunette de vue en moyenne tous les trois ans et demi. Mais qu'est-ce qui nous empêche donc de varier les plaisirs ? Le point de vue du porte-monnaie. Quand une paire de lunette de vue coûte en moyenne 470€ (en 2013 selon l'étude "Surcoût de l'optique" UCF Que choisir), se contenter sans ruiner son P.E.L est mission impossible. C'était sans compter l'idée de génie de jeunes entrepreneurs motivés et scandalisés : casser les prix de manière extrême. Pure player, businessman, leurs noms sont Lunettes pour Tous, L'Usine à Lunettes ou encore See Concept et ils arrivent à la rescousse des simples amateurs de style aux personnes qui nécessitent des prothèses oculaires. Comment font-ils ? Est-ce un véritable bon plan ? On vous aide à y voir plus clair...

Un problème qui dit merde à l'autre : Le problème des lunettes chères n'a rien d’anecdotique. S'il est un véritable enfer pour les fashionistas que nous sommes, rappelons que les prix n’empêchent pas les marques de sortir des nouveaux modèles chaque année, il concerne avant tout la santé publique. Le prix excessif des lunettes de vue est la deuxième cause de renoncement aux soins en France (UCF Que choisir). C'est sur cette nécessité pratique que Quentin Couturier, Charles Brun et Xavier Aguera ont fondé leur premier concept en 2010, les lunettes de lecture en libre service See Up. Une aventure qui les a menés peu à peu sur le chemin du style, avec une gamme pop de lunettes de vues puis de solaires en 2014. Au travers de ses différentes offres, de la lunette libre service à la solaire sans correction, See Concept entend palier au manque cruel d'allure et au besoin des Français en matière de lunettes d'appoint. Un essai transformé autant du côté utile que futile, aujourd'hui les lunettes See Concept se vendent chez Colette, Merci ou au Bon Marché, collaborent avec Loïc Prigent et ne quittent plus le nez de Carine Roitfled. Face à la formule gagnante de ces paires à 30€, il y a de quoi hausser le sourcil. Comment les opticiens classiques font-ils leurs calculs ?

De l'Usine à Lunettes à lunettes pour tous, les lunetiers low cost en ligne de mire - photo

Le prix des lunettes, les yeux de la tête : Quand Lunettes pour tous parvient à proposer un produit à 9,99€, on se met évidemment à chercher les 460,01€ de différence avec le prix moyen d'une paire en France. L'étude "Surcoût de l'optique" UCF Que choisir s'est penchée sur le sujet en 2013, révélant la vaste supercherie des opticiens. Les enseignes de ce type ayant augmenté de près de 47% depuis 2000, alors que les besoins, eux, plafonnent à +13%, difficile de se maintenir à flot. A cause de cette surpopulation, chaque magasin d'optique vendrait en moyenne seulement 2,8 paires par jour ouvré, pas suffisant pour couvrir tous les frais d'un tel commerce. Résultat, le manque à gagner se répercute sur les prix des lunettes, ce qui représente déjà 54€ supplémentaire par paire. Ajouté à cela le prix des verres, sur lesquels la marge brute moyenne atteint 317 %, le marketing, les marques... Le calcul fait, vous n'aurez plus à vous équiper de double foyers pour éviter les opticiens. Sans compter que l'offre la plus populaire censée vous vouloir du bien est fallacieuse. Vous vous rappelez de cette fameuse seconde paire à 1€ ? Sa mise en place coûte 120 millions de plus par an aux consommateurs, les frais étant transposés sur le prix des montures que vous payez plein pot. On vous avait pourtant prévenues, il est fou Afflelou.

De l'Usine à Lunettes à lunettes pour tous, les lunetiers low cost en ligne de mire - photo

Bonne monture, bon oeil : Au travers de leurs lunettes à 470€, certains entrepreneurs ont vu rouge. En 2010, Polette se lance sur le marché avec une idée en tête, supprimer les intermédiaires pour offrir au consommateur des paires de lunettes à prix d'usine. Naît alors l'Usine à Lunettes. Basés à Hong Kong, ils produisent en Chine, tout comme Lunettes pour tous, là où, surprise, tous les grands noms le font déjà. Paul Morlet, créateur de Lunettes pour tous a eu la même initiative en observant les coups de Lulu Frenchie, sa première entreprise de lunettes festives. Il source ses montures dans les usines de Persol ou Prada, avec un design unique en plus. Car l'atout charme de ces lunettes low cost, c'est aussi d'être originales. Toutes engagent des designers pour créer des montures trendy. Si Lunettes pour tous et See Concept misent sur un petit nombre de références pour gagner en accessibilité, L'Usine à Lunettes possède un éventail vertigineux d'un millier de références et propose de nouveaux modèles chaque semaine. En plus de casser les prix sur des montures véritablement désirables, la qualité du service optique ne fait pas défaut, un argument que ces entrepreneurs se battent pour faire entendre dans un contexte où les potentiels clients sont encore méfiants.

De l'Usine à Lunettes à lunettes pour tous, les lunetiers low cost en ligne de mire - photo

Des réticences à aller voir ailleurs : L’Observatoire de la Vue d'IPSOS et Krys révélait en 2013 de très gros freins par rapport à l'achat sur Internet. Un petit pour cent des porteurs de lunettes interrogés avait acheté sa paire de vue en ligne, contre 10% de solaires. De son côté, L'Usine à Lunettes, qui ne fonctionne qu'en ligne, affirme que le prix très attractif est suffisant pour convaincre les clients de bouder les opticiens. Pour preuve, l'entreprise ne distribue physiquement que dans quelques concept stores et compte rester fidèle à sa plateforme online. Quand 89% des interrogés craignaient de ne pas pouvoir faire modifier leurs lunettes après réception, et 88% qu'elles ne leur aille pas, L'Usine réponds avec un essai virtuel et une politique de retours gratuits, bien que les verres correcteurs restent à la charge du client. L'autre facteur en faveur des lunetiers en ligne, on le doit à Benoit Hamon et à sa loi sur la consommation. Celle-ci mise en vigueur en 2014 oblige les ophtalmologues à délivrer l'écart pupillaire sur les ordonnances, donnée essentielle pour l'ajustement des lunettes. Ainsi détenteur de cette information cruciale, le client est libre de pouvoir acheter sa paire où bon lui semble. De quoi rassurer les plus réticents.

De l'Usine à Lunettes à lunettes pour tous, les lunetiers low cost en ligne de mire - photo

Un service qui en met plein la vue : Le vrai avantage de la lunette low cost, c'est qu'il est hors de question pour ses fabricants de faire une croix sur sa qualité. La fierté de Paul Morlet de Lunettes pour tous, c'est d'avoir élaboré un protocole de livraison en 10 minutes chrono. Des machines d'une efficacité redoutable lui permettent de réaliser l'équivalent de 3h de travail manuel d'un professionnel en deux minutes. De plus, il mise sur des commerces pour accueillir ses clients, comme nos bons vieux opticiens, les zéros en moins. Une formule qui se place entre le style, avec des montures basiques aux accents trendy et l'engagement pour l'accès aux soins. En effet, au contraire de L'Usine à Lunette et de See Concept, Lunettes pour tous est affilié à la Sécurité sociale et les paires peuvent donc être remboursées. Ce qui n’empêche pas L'Usine de proposer des verres unifocaux, ophtalmiques, photochromiques et progressifs de 9.99€ à 89.99€, soit presque à l’œil.