Des insectes retrouvés dans certaines marques de glaces, l'étude qui fait froid dans le dos

par

Et ça nous a glacé le sang. 

La pratique n'est pas illégale, encore moins nouvelle mais elle a de quoi laisser perplexe. Tout comme dans les produits cosmétiques, des dérivés d'animaux se retrouvent dans la composition de produits alimentaires. C'est ce que dénonce une récente campagne menée par l'ONG Foodwatch « qui se bat pour une alimentation sans risques, saine et abordable pour tous et toutes ». Le sujet de leur dernière enquête concerne les glaces vendues dans les supermarchés. Surprise, certaines d'entre elles contiennent des additifs controversés et allergènes mais aussi des insectes.

Glaces,Nestlé ,Foodwatch
Des insectes retrouvés dans la compo de certaines marques de glaces 

Les glaces à l'eau pour enfants « Pirulo Happy » commercialisées par la marque Nestlé ont été épinglées. Multicolores, si le rouge qui figure tout en haut du bâtonnet présente cette couleur si vive, c'est parce qu'il est fabriqué à partir de cochenilles. Des insectes ramassés, séchés puis broyés afin d'extraire ce colorant également appelé E120. Un insecte qui a également la cote auprès des fabricants de cosmétiques qui l'utilisent pour obtenir une couleur carmin pour les rouges à lèvres ou les vernis à ongles. Le procédé n'a rien de nouveau donc mais ce qui est condamnable, c'est la désinformation dont sont victimes les consommateurs, comme l'explique Camille Dorioz, responsable des campagnes de l'organisation.

Dans les colonnes du Parisien, elle explique que le colorant E120 a beau être notifié dans la composition de certaines glaces, « très peu de gens savent (pourtant) qu'il s'agit de petits animaux ». Elle poursuit au sujet des glaces Pirulo : « Quand vous regardez le paquet, estampillé du logo Quality for kids (qualité pour les enfants) et du dessin de deux enfants qui rigolent, vous avez du mal à vous imaginer qu'il y a à l'intérieur un additif animal, qui plus est controversé, car il a un fort potentiel allergène ». L'ONG regrette que cet additif soit utilisé alors que les géants de l'agroalimentaire pourraient se tourner vers d'autres alternatives, comme la betterave, pour parvenir à obtenir une couleur aussi pigmentée.

glaces,cônes
Le shellac, un additif fabriqué à partir de sécrétion de cochenilles asiatiques

Autre produit de la liste à avoir été pointé du doigt : les cônes « L'Original Café » Extrême, également commercialisés par Nestlé. Cette fois, c'est la présence du shellac qui pose problème. Un produit (E904) fabriqué à partir de sécrétion de cochenilles asiatiques et qui donne un aspect brillant. Si cet additif est depuis longtemps utilisé (et pas seulement pour l'industrie alimentaire), « il est toujours étonnant de trouver des produits issus d'insectes dans ces glaces, surtout que rien ne l'indique dans la liste des ingrédients à part ce mystérieux mot 'shellac'. C'est d'autant plus embarrassant pour les végétariens » rappelle l'asso sur leur site. Oui, à moins d'avoir fait option colorants et autres additifs dégueus à la fac, on peut difficilement être au courant de tout ce qu'on ingère.

Ce que réclame Foodwatch : des étiquettes plus lisibles, des stratégies marketing plus transparentes et la mention « produit d'origine animale » sur les produits qui contiennent des cadavres d'insectes dans leur compo. Et ça ne nous semble pas être la mer à boire !

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @Pawel Janiak, Foodwatch, Unsplash @Deak Adorjan