Des surmarges ahurissantes des grandes surfaces sur les produits bio ? On sait enfin pourquoi on paie si cher !

par

Quand les grandes surfaces se font plaiz sur notre dos. 

Nous sommes nombreux.ses à délaisser les produits classiques au profit d'une agriculture bio... et tant pis si on y laisse quelques euros au passage, on se dit que se serrer la ceinture pour une alimentation de qualité, plus éthique et moins polluante, ça vaut bien le coup. Si une récente enquête s'attaquait à certains labels bio - en réalité pas si clean que ça, une nouvelle étude dénonce les marges exorbitantes pratiquées par les grandes surfaces sur les produits bio. Publiée le 22 août dans le dernier numéro de l'association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, l'enquête révèle que la grande distribution réalise, en moyenne, des marges brutes 75% plus élevées sur les produits bio que sur les produits dits classiques. Une différence difficile à expliquer...

légumes fruits,supermarché
Les grandes surfaces réalisent des surmarges ahurissantes sur les produits bio

L'asso a centré son enquête sur 24 fruits et légumes. Sans surprise, les supermarchés appliquent des marges ahurissantes surtout sur les produits les plus consommés par les Français.es. L'organisation donne ainsi l'exemple de la pomme de terre, la tomate et la pomme dont les marges sont, respectivement, de 83%, 109% et 149% plus cher que celles pratiquées sur les produits traditionnels. Pour leur défense, les grandes enseignes arguent que les coûts des méthodes de production de l'agriculture bio sont beaucoup plus élevés que ceux d'une agriculture classique et que cela s'en ressent sur le prix final proposé aux clients. Bon certes.

Seulement, « alors que le prix agricole en bio est supérieur de 70% au conventionnel, la marge brute de la distribution est deux fois et demie plus importante », comme le rappelle UFC. Une différence loin de celle observée actuellement... En août 2017, une autre étude menée par l'UFC dénonçait déjà les marges ahurissantes des grandes surfaces sur les produits bio : « Par rapport à l'étude de 2017, la marge brute globale pratiquée par la grande distribution sur la consommation de bio n'a que très légèrement diminué (de seulement 6%), démontrant l'absence de véritable inflexion dans les politiques de surmarges » explique l'association.

pêches,fruits
La solution ? Se tourner vers des magasins spécialisés bio

Ce qu'elle propose pour en finir avec ces marges folles ? Se tourner vers des magasins spécialisés bio et abandonner les grandes enseignes afin de les pousser « à adopter des politiques de marges plus raisonnables et donc favorables à la démocratisation du bio ». On sait ce qu'il nous reste à faire...

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @LuAnn Hunt, Unsplash @nrd, Unsplash @Kate Trysh