Diane Pernet lance ses parfums, interview de la figure mode

par

Entre ASVOFF 2014 et ses parfums musqués, Diane Pernet est au cœur de l'actualité. Interview 350° de la dame en noir emblématique du paysage modesque …

Blogueuse mode légendaire, modeuse investie et socialite dark et joviale, Diane Pernet est une figure incontournable sur la scène mode internationale. L'américaine qui est passé par la création, la rédaction, l'organisation et même la curation de contenu mode vient de s'ajouter une nouvelle casquette, noire toujours. Diane Pernet lance quatre premiers parfums qui composent désormais sa signature olfactive. In Pursuit of Magic, To be Honest, Shaded et Wanted emprisonnent des univers symbolique et sensoriel dense, à l'image des noirs profonds et accumulés des tenues de la figure mode. Mais les plaisirs olfactifs ne sont pas la seule expérience que mène de front Diane Pernet. Ce week-end aura lieu l'édition 2014 d'ASVOFF "A Shaded View On Fashion Film", l'unique festival qui s'intéresse aux productions filmiques autour de la mode qu'elle a créé en 2008. Conférences, performances et visionnage d'une centaine de films en compétitions poncturons cette édition placée sous le thème "rêve et réalité" avec la présence de Dries Van Noten. Mode, parfums, films, nous avons posé sept questions à Madame Pernet.

Diane Pernet lance ses parfums, interview de la figure mode - photo

meltyFashion : Vous avez lancé le premier festival de films de mode et maintenant votre premièreligne de quatre parfums, chacun d’entre-deux défini par une histoire. Quelle importance a le « story telling » dans le monde de la beauté et de la mode ?

Diane Pernet : Le storytelling est indispensable pour les films et par conséquence essentiel pour le film de mode également. Je pense que c’est très important de raconter des histoires dans d’autres domaines qui touchent à la mode. Evidemment dans cette industrie nous pouvons vivre seulement par les images mais une histoire nous emporte davantage et nous invite à entrer dans une nouvelle dimension. Le storytelling nous aide à être transportés et nous permet de ressentir véritablement la mode plutôt que de la voir simplement comme des vêtements.

Après être passée par la presse et la création était-ce naturel pour vous de vous lancer dans le parfum ?

Dans un sens oui. Lorsque j’étais créatrice je pensais déjà à créer une ligne de parfums. Cela ne s’est jamais concrétisé mais je l’avais à l’esprit. Cependant je pense que les choses arrivent pour une raison et je pense que le timing est maintenant bon pour me lancer dans les parfums plutôt que lorsque j’étais créatrice de mode. J’ai une âme créative alors, en un sens, créer ces parfums est pour moi une manière de revenir à mon essence : la création. Cette expérience a été un plaisir et une merveilleuse aventure, et ce n’est que le début.

Quel était votre parfum avant que vous ne créiez le vôtre ? Lequel portiez-vous le plus souvent ?

J’ai porté Avignon par Comme des Garçons pendant plus de 10 ans, en alternant parfois avec Hinoki. Bien avant cela je portais Vetiver pour hommes par Guerlin. Parmi mes propres parfums, je ne porte jamais le même, je change sans cesse selon mon humeur. Cela est d’ailleurs le concept derrière la sortie simultanée de quatre parfums plutôt qu’un seul.

Vous avez assorti vos parfums à des paysages, pourriez-vous les associer à une tenue ?

« In pursuit of magic » pourrait être associé à une veste KTZ que je porte, brodée de miroirs.

« To be honest » pourrait être associé à n’importe quelle pièce de Bruno Pieters pour des raisons évidentes.

« Shaded » à mes lunettes customisées par Ozona, à une longue jupe en mousseline noire par Marjan Pejoski et à une chemise noire par Boudicca.

Quant à « Wanted » je l’associerais à un magnifique manteau en alpaca Boudicca dont je rêve depuis des années.

Vous avez fait le choix d’être fidèle au total look noir mais vous avez fait quatre parfums différents qui vous définissent, pourquoi ?

Je ne porte que du noir mais au sein d’une couleur il y a de nombreuses nuances qui ne sont pas nécessairement évidentes pour l’observateur néophyte mais elles sont là et me sont chères. Les éléments qui façonnent mon style personnel sont dans la même palette mais subtilement différents. Il en va de même pour mes parfums.

Vous êtes considérée comme la première blogueuse mode, que pensez-vous des blogs de mode de nos jours ?

L’approche est résolument différente maintenant. La plupart des blogs sont désormais conçus stratégiquement comme des entreprises dès leur création, ce qui n’a jamais été mon intention quand j’ai débuté A Shaded View On Fashion. Mais les blogs varient, tout comme n’importe quelle publication papier, il y en a des plus intéressants que d’autres. Mais il y a de la place pour tous les genres.

Crédit : DR