Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture

par
Chanel Haute Couture Printemps-Été 2017

Il y a eu du bon et du raté en cette Fashion Week Haute Couture Printemps-Eté 2017. Paris a rayonné et certains ont fait l'événement au milieu des grands Dior, Chanel et Valentino

Lors de cette semaine de la Haute Couture Printemps-Été 2017, il y des choses que nous avons vu, d’autres que nous aurions voulu ne pas voir et sur lesquelles nous avons fermé les yeux. C'était la semaine de la première fois pour certaines. Première robe Dior Couture pour Maria Grazia Chiuri, première robe de mariée Chanel pour Lily-Rose Depp. Par ailleurs, Vetements et son chaos contagieux s’invitent dans le calendrier couture pour présenter sa collection prêt-à-porter (luxe) Automne-Hiver 2017/18. On aurait pu s’en passer, du moins attendre février.

Dior : Premiers pas
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo

On a retenu notre souffle. C’était après tout le jour d’une femme nouvellement Dior, Maria Grazia Chiuri. Si son défilé Dior Printemps-Eté 2017 était un échauffement, il a fallu entrer dans la cour des grands avec la Haute Couture. Alors Maria Grazia ouvre le défilé Dior Haute Couture Printemps-Eté 2017 en toute sécurité, une veste Bar retravaillée et poursuit avec une suite de silhouettes taillées dans la longueur et l’élégance bien qu’un peu austères. Elle s’est ensuite permise quelques libertés, toujours dans la sagesse et on a commencé à reprendre notre souffle. Pourtant, sans chercher, on a trouvé du Valentino. Après 17 ans chez la maison italienne, la déformation professionnelle est difficile à éviter.

Chanel : La mariée avait 17 ans
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo

Rien de nouveau sous le soleil de Chanel. Sans plus de conviction que de convention, Karl Lagerfeld nous présente Chanel Haute Couture Printemps-Été 2017. Le bon élève Lagerfeld applique les codes maison avec méthode. Cartésien, Karl Lagerfeld sait qu’il faut conjuguer héritage maison et fraîcheur. Alors on tente le col creusé en décolleté U - et carré - sur vestes et robes, la ceinture rigide autour de la taille, le métal partout - mais alors vraiment partout - et les basques autour des hanches pour arrondir la silhouette. On oubliera de noter la présence de deux américaines riches et célèbres sur le podium mais on n’omettra pas de mentionner la mariée. Lily-Rose Depp emballée dans sa robe de mariée rose tel un paquet cadeau. Une bulle d’organza, de tulle et de soie. Un véritable bonbon non calorique.

Vetements : Viral ou Vital
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo

Impasse ou obstination esthétique, Vetement suscite toujours autant la fascination. Faire du neuf avec du vieux. De nouveaux vêtements avec de vieux. Appliquer les recettes du passé pour entrer dans le temps. On sourcille à peine. Reste que si on déplorera l’absence d’une once de fil conducteur un sein de cette collection atomisée, questionnera l’appellation de prêt-à-porter de luxe et même la présence de Vetements lors de cette semaine de la couture (en invitée), l’identité du chaos elle restera intacte et ça plaît. Poison ou antidote, on veut des vêtements, on veut du Vetements.

Jean Paul Gaultier : Éternelle jeunesse
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo

Sans pouvoir la décrire en toute précision, on reconnaît toujours la femme Jean Paul Gaultier. Sans y regarder à deux fois. C’est d’abord le chic. Le chic d’un smoking taillé au millimètre et étiré au mètre mais aussi celui du rouge, aux lèvres. C’est ensuite l’audace. L’audace de franges kilométriques, celle d’une fente que l’on a longtemps rêvé et que Gaultier nous autorise à porter mais aussi celle du fuchsia contre marine. C’est enfin l’ailleurs. l’Occident et l’Orient, l’urbain et le champêtre, l’hier et le demain. Surtout le demain qui compose l'aujourd'hui chez Jean Paul Gaultier dont la longévité et la jeunesse surprennent toujours. Les seules fronces sont celles des vêtements, l’esthétique, elle, n’a pris aucune ride.

Maison Margiela Couture : Le visage de la semaine
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo

Si la Haute Couture devait avoir un visage cette saison, ce serait celui là. Un visage nous hante, celui présenté à la fin du défilé Maison Margiela Couture Printemps-Ete 2017 par John Galliano. Celui qui a perdu la face un certain soir d’hiver 2011 s’attache depuis à la reconstruire (ainsi que son nom) avec des cas d’excellence. Il s’agit ici d’un manteau blanc en coton mêlé avec une doublure en tulle noire dessinant le visage d’une femme pensé par Benjamin Shine. Lorsque ce manteau a défilé sous nos yeux, on n’a su qu’il s’agissait là d’un moment d’histoire, phénomène qui se raréfie. Omniprésent par son absence physique, John Galliano hante le podium car à travers cet énigmatique visage féminin, c’est son œuvre que nous contemplons.

Valentino : "Je te survivrai"
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo
Dior, Chanel, Vetements... Ce qu'il ne fallait pas louper de la Fashion Week Haute Couture - photo

C’est ce que dit Pierpaolo Piccoli - ou aurait pu dire - en présentant Valentino Haute Couture Printemps-Eté 2017. C’est long, très long, les robes et la collection mais ça ne dégouline pas, on ne s’ennuie pas. On a craint qu’amputé d’un membre, le binôme historique à la direction artistique de Valentino ne boîte. Crainte évincée dès les premières minutes. Le romantisme et le raffinement sont au cœur de cette collection qui nous impatiente de revoir les beaux jours. On pardonnera quelques expérimentations rose métallique tant l’ensemble reste exquis. Celui qui n’a pas été élu ou qui a décliné (l’histoire ne dit pas tout) rayonne et soumet du grand Valentino. Bravo.

On peut parfois se demander pourquoi la semaine Couture existe encore sous forme de défilés. Puis, lorsque nous voyons certains chefs d’œuvres comme le visage du manteau Margiela, les débuts de Maria Grazia Chiuri chez Dior et ceux de Pierpaolo Piccioli - désormais seul - chez Valentino, on se souvient que de telles créations méritent le déplacement, de prendre vie sur un corps déambulant. La contemplation est alors exquise.

Source : meltyFashion - Crédit : FF, Getty, Chanel