Dior, Loewe, Yohji Yamamoto, les temps forts de la Fashion Week de Paris Jour 4

par
Une allure militaire et féminine parade sur le podium Dior

La Fashion Week de Paris accueille aussi bien les maisons françaises que les marques étrangères. Un melting-pot de collections qui fait toutes sa richesse. La preuve en images avec les défilés Loewe, Dior et Yohji Yamamoto

Les shows se suivent mais ne se ressemblent pas à la Fashion Week de Paris. Les journées bien chargées des créateurs, rédactrices, bloggeuses et autres fashionistas ne désemplissent pas en cette période de défilés. Après Balmain, Isabel Marant ou encore Chloé, la Fashion Week de Paris ouvre grand ses bras à d’autres créateurs très attendus. La journée d’hier n’était pas décevante. Chez Dior, Maria Grazia Chiuri propose une allure militaire et féminine, sur fond de liberté. De son côté, Jonathan Anderson fait du défilé Loewe une œuvre d’art vivante. Quant à Yohji Yamamoto, il nous offre un moment de calme pour admirer ses constructions fluides. Place au récap' fashion !

Dior

Un esprit de liberté et de révolution souffle sur le défilé Dior automne-hiver 2017/2018. Les cheveux lâchés et flottants des mannequins, toutes coiffées de bérets sonnent comme un premier indice. Pour sa troisième collection dans la maison française, Maria Grazia Chiuri présente des pièces cosy sans jamais sacrifier le style et la féminité. Le corps n’est pas entravé dans les vêtements, à l’image d’un pull en mohair ample porté sur un pantalon évasé à carreaux. Plusieurs pièces comme une combinaison pompiste, une salopette en denim ou une veste oversized armée de poches adoptent attitude fonctionnelle. Qu’ils soient en velours, tulle ou nylon, les vêtements font preuve d’une certaine fluidité, se mouvant avec le corps.

Dior, Loewe, Yohji Yamamoto, les temps forts de la Fashion Week de Paris Jour 4 - photo

Cette collection automne-hiver 2017/2018 est l’occasion pour Maria Grazia Chiuri de faire une sorte d’ode au bleu marine, une couleur particulièrement appréciée de Christian Dior. La teinte domine sur le podium, accompagnée de noir, blanc et des quelques touches dorées. Fidèle à elle-même, la créatrice italienne présente une suite de longues robes à la transparence romancée. Certaines sont ornées de sequins, tandis que d’autres se parent de motifs ou de fioritures. La femme Dior prend le contrôle de son propre corps et sa sensualité à renforts de décolletés, dos-nu et fentes, Elle se chausse de cuissarde et se réapproprie le corset qui ne l’étouffe plus.

Dior, Loewe, Yohji Yamamoto, les temps forts de la Fashion Week de Paris Jour 4 - photo
Loewe

Mode et art ne font qu’un sur le défilé Loewe automne-hiver 2017/2018. Inspiré par l’artiste Sri Lankais Lionel Wendt, Jonathan Anderson fait planer mystère et drame sur le podium, agrémenté d’un travail minutieux de la matière. Le cuir souple prend la forme de pièces plissées à ourlets asymétriques. Trompe-l’œil, empiècement en dentelle, patchs de fourrure et tenues bi-matières sont également dévoilées. La collection est une belle démonstration de technique et de savoir-faire. Le "smocking" s’illustre parfaitement sur un costume blanc satiné à pois noirs. Des motifs dorés sont gravés sur le cuir vert des manches et du col d’une longue robe noire. Vu dans son ensemble, le défilé Loewe semble être une recomposition vivante de son décor, alliant des images de Lionel Wendt et des orchidées colorés présentées sur fond noir.

Yohji Yamamoto

Loin du rythme effréné de la Fashion Week parisienne, le défilé Yohji Yamamoto automne-hiver 2017 est un petit havre de calme et de sérénité. Les mannequins avance à une cadence reposante, marquant parfois des temps d’arrêts sur fond de musique douce. Si bien que le show dure 20 minutes, bien plus que les 6 minutes habituelles. Côté forme, le créateur japonais présente des silhouettes dramatiques et fluides comme des sculptures soft. Plis, superpositions, volants et asymétries ornent les robes, combinaisons et costumes dévoilés sur le podium. Les tenues majoritairement noires, grises ou kaki sont parfois parsemées de touches de couleurs, qu’il s’agisse de motifs de de leggings. Un éclat qui fait écho au maquillage : un œil armé d’un large trait de liner rose et l’autre traversé par un jet noir.

La Fashion Week de Paris a également fait la lumière sur les collections signées Alexandre Vauthier, Issey Miyake, Zuhair Murad, Vanessa Seward et Barbara Bui.

Source : dior.com ; loewe.com ; yohjiyamamoto.co.jp - Crédit : Dior