Drame au Bangladesh, le propriétaire de l'immeuble arrêté

par

Hier, le propriétaire de l’immeuble qui s’est effondré au Bangladesh a été arrêté. Il a été retrouvé par la police à la frontière indienne qu’il tentait de franchir. C’est la dernière des 7 personnes incriminées dans cette affaire

Il y a presque une semaine, un immeuble s’est effondré au Bangladesh près de Dacca. Il abritait une usine textile, détenue par la société Phantom. Suite au drame, 381 personnes (en majorité des ouvrières) ont trouvé la mort et près de 1000 sont blessées. On dénombre aussi beaucoup de personnes toujours portées disparues. Alors que Mango tentait de se racheter une image sur Twitter ce weekend (la marque espagnole aurait été en relation avec l’usine, lui commandant des échantillons de vêtements), le propriétaire de l’immeuble au Bangladesh s’était évaporé dans la nature. Mohammed Sohel Rana se cachait depuis le drame de mercredi dernier au Rana Plaza. Hier, la police bangladaise l’a trouvé à la frontière Indienne où il essayait d’atteindre un état de l’Ouest du Bengale. Il va comparaître pour négligence, après avoir ignoré mardi les avertissements concernant l’insécurité de l’immeuble. Il a été attrapé à Dacca par hélicoptère.

6 personnes ont donc été arrêtées dans le drame qui a frappé le Bangladesh, parmi eux : le propriétaire de l’immeuble, 3 directeurs d’usine et 2 ingénieurs. Il n’est pas rare que les marques de textiles et leur dirigeant soient attaqués et traînés en justice dans des affaires similaires, remettant en cause les conditions de travail de leurs employés, comme Zara accusé d’esclavage moderne qui fait travailler des enfants et des clandestins. Reste à savoir si l’on donnera raison au propriétaire de l’usine textile ou aux familles des victimes du drame au Bangladesh.

Drame au Bangladesh, le propriétaire de l'immeuble arrêté - photo
Drame au Bangladesh, le propriétaire de l'immeuble arrêté - photo
Drame au Bangladesh, le propriétaire de l'immeuble arrêté - photo