En période de canicule, n'enlevez pas vos poils, ils sont en réalité très utiles

par

Contre l'excès de transpiration, les poils sont en réalité très utiles. 

C'est une véritable conspiration. On les traque, on les chasse, on les accuse de tous les maux, et pourtant, nos poils ne nous veulent que du bien. Et surtout en période de grosse chaleur ! Outre l'aspect esthétique, nous sommes nombreuses à courir chez l'esthéticienne dès que les beaux jours arrivent, pensant que poils et chaleur ne font pas bon ménage. Grave erreur ! En réalité, les poils ont la capacité de réguler la température de notre corps. Autrement dit, en hiver, lorsqu'il caille sévère, ils permettent de garder la chaleur et ainsi de nous protéger du froid. A l'inverse, quand les températures grimpent, les poils nous aident à éliminer la sueur et donc de laisser le corps au frais et de lui éviter une déshydratation.

poils,aisselles
Pourquoi il vaut mieux garder ses poils pendant la canicule

Parmi les nombreux arguments brandis par les détracteurs du poil, on retrouve en tête de file l'odeur. Et en été, le problème est encore plus important. Si la détox des aisselles est essentielle pour dire bye bye aux mauvaises odeurs des dessous de bras, sache que t'épiler n'arrange en rien la situation. Oui, les poils et leur forme curvée permettent en réalité d'emprisonner les mauvaises odeurs mais pas seulement puisqu'ils possèdent également un rôle protecteur, faisant barrage à toute sorte de bactéries. Inutile de rappeler combien elles s'en donnent à coeur joie la belle saison. Sable dans le maillot, jambes qui se collent aux sièges dégueu du métro, aisselles qui suent, toutes les occasions sont bonnes pour les microbes de rappliquer.

Même si l'épilation intégrale - ou partielle - du pubis regarde chaque femme, il est important de rappeler que cette « mode » n'est pas recommandée, notamment parce qu'elle favorise les MST. Comme le précise le gynécologue Jean-Marc Bohbot à la rédaction de FranceInfo, propos mentionnés par Huffington Post, « chez les femmes épilées, le risque d'attraper une IST, comme l'herpès, la syphilis ou des condylpmes est multiplié par 2.6. Même pour des infections qui n'ont pas de rapport avec la peau, comme les chlamydias, le risque est multiplié par 1,7 ». Voilà une bonne raison de rappeler à quel point il est important de ne pas céder à la pression exercée autour du corps féminin totalement imberbe, comme le scande le compte Insta Le Sens du Poil. S'il est d'abord naturel et même esthétique, le poil est avant tout utile.

Source : Shoko/huffingtonpost.fr - Crédit : Sean Domingo via Unsplash, Unsplash @Billie