Fashion Week de Londres : Topshop Unique, Mary Katrantzou, Paul Smith, le récap' fashion

par
De Topshop Unique à Preen, le récap' de la Fashion Week de Londres

Topshop Unique, Mulberry et Paul Smith ont fait leur entrée à la Fashion Week de Londres printemps-été 2017. Découvrez ce qu’ils nous réservent dans notre récap’ fashion du jour

En début de week-end, Julien Macdonald, House of Holland et Emilia Wickstead présentaient leurs nouvelles collections lors la Fashion Week de Londres. Hier, la semaine de la mode britannique s’est poursuivie avec d’autres grands habitués de la capitale. Mary Katrantzou, Topshop Unique, Paul Smith ou encore Mulberry nous ont à leur tour fait rêver avec leurs défilés printemps-été 2017. D’une hybridité entre passé et futur à une sorcellerie romantique, en passant par une ambiance 80S, les styles divergent autant que leurs créateurs. C’est l’heure de notre nouveau récap’ fashion de la Fashion Week de Londres.

Mary Katrantzou, l'hybridité stylée

Loin de la rave de Marc Jacobs à New York, Mary Katrantzou opère un très beau retour aux sources pour le printemps-été 2017. La créatrice d’origine grecque présente son "nouveau classique", à base d’hybridité bien pensée. Elle déclare qu’il s’agit d’une "collection très personnelle", ajoutant : "Je suis habituellement plus abstraite dans mon approche, mais cette fois, je voulais revenir à mes racines – et distordre l’image avec quelque chose d’op-art et psychédélique". Et le résultat est là ! Mary Katrantzou mixe différents temps, associant des inspirations 60s à des tendances futuristes. Aux motifs colorés et aux matières plastiques ou métalliques s’ajoutent des dessins style Grèce Antique comme ceux des amphores. Mary Katratzou revient à ce qu’elle fait de mieux et on ne pouvait pas être plus heureuses !

Preen by Thornton Bregazzi, la sorcellerie moderne

La collection Preen printemps-été 2017 nous plonge dans l’univers de la sorcellerie. Justin Thornton et Thea Bregazzi puisent leur inspiration du côté des rites païens, mettant en avant l’eau, la terre, l’air, le feu et les esprits. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la magie opère. Le style gothique pastel semble improbable et pourtant cela fonctionne plutôt bien. Le duo de créateurs présente des tenues résolument féminines aussi bien que des silhouettes masculines. Dentelle et transparence s’accompagnent de cascades de volants, multiplication des fronces et autres frous frous. Le tout couplé à des sequins et de la matière irisée. Rayures et carreaux laissent la place à des pentagrammes. La collection Preen prône le pouvoir des fleurs, peintes sur les corps ou posées sur les visages des mannequins. On dit oui aux sorcières glamour et romantiques de Preen.

Topshop Unique, les 80s revus et corrigés

Sans grande surprise, Topshop Unique succombe aux sirènes du see now, buy now lors de la Fashion Week de Londres. L’autre géant de la mode fast fashion made in UK dévoile donc sa collection de "Septembre 2016", disponible à l’achat dès la fin du défilé. Sur le podium, c’est l’égérie de la marque Taylor Hill qui ouvre la voie. Topshop Unique met les 80s à l’honneur et en profite pour retravailler le style working girl. Le tailleur devient sexy et s’associe à du cuir tandis qu’un blouson en jean oversize se porte sur une robe nuisette. Le style city adopte une attitude jungle grâce à des imprimés zébrés. Les couleurs vives sont de sortie, le vinyle s’impose et la fente n’a rien de discret. Pour le soir, des robes sexy se conjuguent en sequins ou transparence.

Mulberry, la british touch

Johnny Coca fait revenir Mulberry sur le devant de la scène mode. La collection printemps-été 2017 de la maison anglaise est un concentré d’élégance et de style tout ce qu’il y a de plus british. Les "uniformes sans uniformités" de Mulberry font la part belle aux motifs : rayures sens dessus-dessous, impressions florales, cachemire et carreaux se font ainsi remarquer. A l’image d’une succession de silhouettes monochromes, les pièces de la collection ne sont pas aussi simples qu’elles en ont l’air. Des vêtements fonctionnels cohabitent avec des créations irisées et du cuir léger. Quand elles ne sont pas ornées de sequins, elles arborent des volants architecturaux. Tailleur, blazer, bermuda, jupe à ourlet asymétrique et chemise oversize à encolure dégagée sont des indispensables du dressing Mulberry pour le printemps-été 2017.

Paul Smith, le chic en toutes circonstances

Roi incontesté de l’élégance confortable, Paul Smith ravit ses fans avec son défilé printemps-été 2017 durant la Fashion Week de Londres. Le designer sait très bien comment avoir de l’allure sans pour autant se prendre la tête. Fidèle à lui-même, il flirte entre le masculin et le féminin. La forme ample des vêtements permet au corps de respirer sans problèmes, offrant à celles qui les portent une légèreté d’esprit similaire celle des créations présentées. Les mannequins défilent les mains dans les poches de leurs manteau coupe trapèze ou de leurs bermudas, démontrant toute leur insouciante. La collection Paul Smith printemps-été 2017 est empreinte de douceur, à l’aide de couleurs et de motifs n’ayant rien d’extravagant, mais qui sont au contraire plutôt reposants. Maître dans l’art du tailoring, le designer connaît bien la nécessité de pièces parfaitement coupées. Sur son podium, robes, costumes et chemises n’ont rien à se reprocher.

Avant de clôturer ce récap’ fashion, on vous invite à passer en revue les collections printemps-été 2017 de Temperley London, David Koma, Peter Pilotto et Charlotte Olympia dévoilées lors de cette Fashion Week de Londres. La suite au prochain épisode !

Source : vogue.com / wwd.com / instagram.com/mulberryengland / instagram.com/preenbythorntonbregazzi - Crédit : Instagram Topshop