S'inscrire
tracking
Fashion Week de Milan

Fashion Week de Milan : Roberto Cavalli, le défilé Printemps-Été 2016

Publié par
Mélannie Ngalula
, le .
Temps de lecture : ~ 2 min
No thumbnail

De retour dans la maison mère, Peter Dundas présente une collection Roberto Cavalli Printemps-Été 2016 surprenante. Entre tâtonnements et prises de risques, le nouveau Cavalli en est à ses premiers balbutiements, en équilibre précaire. Quelques classiques sauvent la collection Roberto Cavalli Printemps-Été 2016

Le défilé Roberto Cavalli Printemps-Été 2016 à la Fashion Week de Milan avait des allures de déjà vu pour Peter Dundas. Sept années après avoir claqué la porte Roberto Cavalli, Peter Dundas se trouvait de nouveaux entre les murs de la maison après avoir apprivoisé et régné sur Emilio Pucci. Ce qui frappe en premier lieu, c’est la jeunesse de la collection Roberto Cavalli. La maison semble avoir été dépoussiérée de ses smokings à motifs, fourrures à motifs et robes à motifs où la bestialité régnait. Les pièces sont très citadines, la veste se porte XXL et sans manches délavée, tie dye ou psychédélique. Peter Dundas imagine une suite de pièces dans ces tissus qui bien souvent dévoilent les jambes car courtes ou asymétriques. Les couleurs éclatent et le rendu est assez vitaminé. Toutefois, les motifs animaliers ne tardent pas à faire leur apparition sur le podium Roberto Cavalli Printemps-Été 2016.

Part intégrante de l’ADN de la maison, les imprimés animaliers se répandent à une allure folle sur les vêtements. À la différence de Versace Printemps-Été 2016, le but n’est pas de faire dans le camouflage urbain mais de réveiller ses instincts. L’esprit Roberto Cavalli s’offre une nouvelle jeunesse quitte à avoir une esthétique similaire à celle de Just Cavalli, la seconde ligne du créateur. L’ensemble apparait brouillon par moment à l’instar de la collection de robes longues ou mini gonflées de plumes, asymétriques et parfois même délavées. La profusion de détails rend le tout inintelligible et on peine à imaginer à quel type de clientèle ces pièces vont attirer. Parfois, le moins aurait été préférable.

Crédit : FatallFashion

En revanche, un début d’équilibre est trouvé au sein des pièces coupées de façon plus lisibles. On remarquera par exemple la collection de crop top asymétriques dont le noeud taille XXL apporte du volume sans pour autant étouffer la silhouette.Ces tops sont portés avec un pantalon taille haute et ceinturé de quoi structurer la silhouette. On assiste bien souvent à un mélange des matières et des motifs qui par un curieux hasard parviennent à s’harmoniser. On pourra piocher ici et là quelques succès aussi nombreux que les ratés dans la collection Roberto Cavalli Printemps-Été 2016. Le retour de Peter Dundas chez Roberto Cavalli reste en deçà de nos attentes il faut l’admettre. Peut être sont là les bases de la nouvelle ère Roberto Cavalli.

À lire aussi
Fashion Week de Milan : Parlez-vous Fashion (Week) ?, l'infographie Stylight
À lire aussi
Fashion Week de Milan : Moschino, le défilé Printemps-Été 2016
À lire aussi
Fashion Week de Milan : Blumarine, le défilé Printemps-Été 2016
À lire aussi
Fashion Week de Milan : Fendi, le défilé Printemps-Été 2016
À lire aussi
Fashion Week de Milan Printemps-Été 2016 : Les dates des défilés
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Fashion Week de Milan : Roberto Cavalli, le défilé Printemps-Été 2016
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible