Fashion Week de Paris : Balenciaga, Valentino, Givenchy, le récap' fashion

par
Notre récap' fashion du jour avec Valentino, Givenchy et Balenciaga

Notre récap’ fashion du jour s’intéresse aux défilés s’étant tenus dimanche pendant la Fashion Week de Paris. Balenicaga, Givenchy ou encore Valentino sont entrés dans la danse ce week-end

Pas de repos pour les braves le dimanche. En tout cas, pas en pleine Fashion Week de Paris. Des grands noms de la mode ont dévoilé leurs collections printemps-été 2017 hier dans la capitale française. Balenciaga a ouvert le bal, suivi de près par Céline. Quelques jours seulement après les débuts de Maria Grazia Chiuri pour Christian Dior à cette Fashion Week de Paris, nous avons découvert la première collection en solo de Pierpaolo Piccioli pou Valentino. La journée s’est terminée avec le show Givenchy, aussi bien fourni sur le podium qu’en front row.

Balenciaga

Hier, Demna Gvasalia a présente la collection printemps-été 2017 de Balenciaga, à laquelle Kim Kardashian a assisté sans maquillage ni lingerie. Sur le podium, le créateur explore "la relation entre couture et fétichisme", à travers des matières telles que le cuir, le latex ou le spandex. Partisan des créations hybrides, Demna Gvasalia parsème la collection Balenciaga printemps-été 2017 de pièces oscillant entre cuissardes et pantalons ultra skinny. Face à ces silhouettes slims, le volume monte, notamment sur des pardessus amples aux épaules élargies. Manteaux à taille cintrée, blazers, vestes fonctionnelles à poches multiples et doudounes sans manches subissent le même traitement. Le créateur fait également dans la démesure en dévoilant des sacs XXL façons matelas ou poufs marocains. Il opère une 'mémérisation' parfois très kitsch, à grands renforts de couleurs audacieuses ; d’imprimés floraux 70s ou de broches cristallisantes. La magie n’opère pas toujours chez Balenciaga. Demna Gvasalia déçoit plus qu’il n’impressionne.

Céline

La collection Céline printemps-été 2017 est présentée à l’aide d’une grande installation transparente de Dan Graham. Les invitations du défilé abordent d’ailleurs une citation de l’artiste : "Je veux montrer que nos corps sont liés au monde, qu’on le veuille ou non". Le corps est bel et bien présent dans le travail de Phoebe Philo chez Céline. Il se superpose parfois même au vêtement. Il est évoqué sur des tuniques immaculées imprégnées de motifs rappelant Yves Klein, ou à travers des empiècements imitant la poitrine. Il est montré à l’aide de découpes frontales et des dos-nu, ou sous des pièces fluides qui se collent à lui durant le mouvement. La légèreté ambiante de la collection est accompagnée d’un mélange d’élégance et de nonchalance. Comme souvent, Phoebe Philo emprunte au vestiaire masculin tout en dévoilant de longues robes aériennes et plissées. Le dépareillement est de mise au rayon chaussures, tandis que des sacs en cuir apparaissent sous différents formats.

Valentino

Après avoir vu la très belle première collection de Maria Grazia Chiuri chez Dior, on attendait avec encore plus d’impatience le travail en solo de Pierpaolo Picciolo pour Valentino. Même seul, le créateur italien nous vend toujours autant de rêve. De nombreuses personnalités ont assisté au défilé : Jessica Alba, Hailee Steinfeld, Diane Kruger, Dakota Fanning, Miles Teller, Mika, mais aussi beaucoup de créateurs comme Alber Elbaz, Christian Louboutin, Olivier Rousteing ou Maria Grazia Chiuri. Chez Valentino, Pierpaolo Picciolo opère un "nouveau commencement" avec sa collection printemps-été 2017. Il déclare : "En pensant à ma première collection en tant que seul Directeur Artistique, j’ai ressenti le besoin d’une narration humaine et personnelle. Il n’y a pas d’inspiration définie, mais une série de questions, d’idées, de suggestions qui me sont proches et à mes passions et qui stimulent ma pensée".

Fashion Week de Paris : Balenciaga, Valentino, Givenchy, le récap' fashion - photo

Romance et raffinement sont toujours au programme chez Valentino, accompagnés de couleurs vibrantes. Le rose est la star du jour, en solo ou associé au rouge, beige ou noir. De nombreuses créations arborent des imprimés inspirés du tableau "Le Jardin des délices", peint par Jérôme Bosch en 1503. On découvre également des poignards imbriqués de cœurs. Des pièces parfaitement plissées se glissent parmi les silhouettes en longueurs du défilé. Pierpaolo Picciolo démontre une belle maîtrise de la matière, à travers des ornements en velours parant des manteaux et pantalons amples, une suite de créations transparentes, du cuir léger, de la maille filet ornée de fleurs en 3D, des volants et autres empiècements en dentelle ou des pulls en laine déconstruits portés sur de grandes chemises immaculées. Coiffés de longues tresses floues, les mannequins arborent de minuscules minaudières traversant le corps en bandoulière. Valentino nous émerveillera encore longtemps entre les mains de Pieppaolo Piccioli.

Givenchy

Le défilé Givenchy printemps-été 2017 a conclu ce premier week-end de Fashion Week à Paris. Il marque également la première apparition de Kendall Jenner, qui ne s’est pas montrée depuis New York. Le mannequin a répondu à l’appel de Riccardo Tisci, qui a réuni son gang incluant Joan Smalls, Mariacarla Boscono, Lea T, Faretta, Issa lish, Yasmin Wijnaldum, Blanca Padilla, Leile Goldkuhl, Vittoria Ceretti, Jamie Bochert, Lineisy Montero, Lexi Boling et Julia Nobis. Tout ce beau monde défile sous les yeux de Gigi Hadid et Zayn Malik, Kim et Kourtney Kardashian, Courtney Love et sa fille Frances Bean Cobain, Nicola Peltz et son frère Will, ainsi que des mannequins Lara Stone, Lily Aldrige, Natalia Vodianova et Irina Shayk.

Selon Riccardo Tisci, "les femmes se battent pour le pouvoir, pas seulement en Amérique, mais partout dans le monde". Il ajoute : "je voulais faire quelque chose plus sensuel et plus puissant, et pour moi, c’est relié à la nature". Sur le podium, les robes voient double grâce à un jeu de superposition et se parent de motifs faisant écho aux larges pierres minérales montées en colliers. Les vêtements adoptent une coupe près du corps, sans jamais le comprimer. Chez Givenchy, Riccardo Tisci revisite l’allure working girl à l’aide de costumes noir ou caramel, à pantalons flares et vestes cintrées ou façon redingotes. Des teintes nude cohabitent avec des couleurs plus audacieuses, bordeaux, oranges ou rouge. La robe-chemise se pare d’une attitude athlétique à travers un style polo. Des modèles imprimés sont parfois couverts de jupes crayons fendues. Ils opèrent ensuite une transformation nocturne papillotante à grands renforts de transparence et pois colorés, puis d’asymétries, de manches volantes et de franges.

On n'oublie pas non plus de faire un petit détour du côté de John Galliano, Maison Rabih Kayrouz et Roland Mouret, qui nous font aussi de belles propositions pendant cette Fashion Week de Paris.

Source : instagram.com/maisonvalentino ; instagram.com/givenchyofficial ; facebook.com/valentino ; wwd.com ; vogue.com - Crédit : Instagram Mika