Fashion Week de Paris : Kenzo, le défilé Printemps-Été 2016

par

Kenzo Printemps-Été 2016 c’est la maitrise des couleurs, la maitrise des motifs. Carole Lim et Humberto Leon présentent un vestiaire où l’ordre règne sans exposer toute forme de rigidité. L’équilibre est au coeur de la collection Kenzo Printemps-Été 2016

Quittons le sombre univers Yohji Yamamoto pour rejoindre la bonne énergie de Kenzo. Ce matin du 4 octobre, Carole Lim et Humberto Leon réveillent la capitale avec un défilé Kenzo Printemps-Été 2016 fruitée. La maison des imprimés, en fait l’élément central d’une silhouette urbaine pratique et fantaisiste. La silhouette reste moderne et urbaine. On observe une suite de crop tops portés avec une jupe taille basse coordonnés dans les motifs. La silhouette est allongée au possible par une taille basse, un pantalon ou une robe extra fluides. Toutefois, ces silhouettes restent minoritaires. Carole Lim et Humberto Leon organisent la majeure partie de la collection autour d’une suite de mini jupes, robes et autres vestes transformées en robe portées avec des cuissardes. Les proportions sont étudiées afin de créer un certain équilibre. Lorsque le décolleté ultra plongeant tranche la poitrine, la jupe reste évasée créant une noble allure. La confusion n’atteint même pas les couleurs mélangées dans les motifs.

Le jaune contre le bleu, le vert contre le rose, les couleurs s’affrontent toujours tempérées par la neutralité du blanc bien présent tout au long de la collection.Tout est équilibre chez Kenzo à la Fashion Week de Paris malgré une collection qui électrise le regard. Les épaules lorsque pas dégagées affichent la plupart du temps une largeur et une rondeur réconfortantes. Une rondeur contrecarrée par la coupe droite des manches.Les cuissardes sont réhabilitées, modernisées pour la saison. Il s’agit en fait d’une sandale plate que l’on aurait allongée jusqu’au dessus du genoux. Une chaussure hybride et vernie bien souvent perforée de losanges. Le résultat graphique fait écho aux motifs graphiques quo jonchent les pièces. Les accessoires Kenzo Printemps-Été 2016 ont un but utilitaire tout en restant innovants. Ainsi, le sac à main affiche une taille réduite et la pochette ne se porte plus sous le bras ou encore du bout des doigts comme il y a quelques saisons mais accrochée à sa ceinture autour de la taille.

Fashion Week de Paris : Kenzo, le défilé Printemps-Été 2016 - photo
Fashion Week de Paris : Kenzo, le défilé Printemps-Été 2016 - photo
Fashion Week de Paris : Kenzo, le défilé Printemps-Été 2016 - photo
Fashion Week de Paris : Kenzo, le défilé Printemps-Été 2016 - photo
Fashion Week de Paris : Kenzo, le défilé Printemps-Été 2016 - photo

Les accessoires sont indissociables du reste de la silhouette dont ils sont le dernier composant. La femme Kenzo Printemps-Été 2016 affiche un certain pouvoir qui ne repose pas sur l’agressivité mais sur le contrôle de sa silhouette. Une silhouette où rien n’est laissé au hasard. La domination des formes géométriques - figure de la maitrise par excellence - prend dès lors sens. Carole Lim et Humberto Leon font rimer géométrie avec alchimie, la clé du succès de Kenzo.

Crédit : Studio Jungle