Fashion Week de Paris : Saint Laurent, le défilé Printemps-Été 2016

par

Saint Laurent Printemps-Été 2016 célèbre la féminité non apprêtée. Les silhouettes sont improvisées, on pioche ici et là pour construire l’allure de demain. Heidi Slimane envoie sur le podium Saint Laurent Printemps-Été 2016 des princesses de la rue prêtes à en découdre

Saint Laurent Printemps-Été 2016 est la combinaison du chic, du vulgaire et du sexy. Un trio contradictoire en principe, qui se rassemble pourtant sous nos yeux. Une fois n’est pas coutume, le défilé s’ouvre sur une robe du soir or, décolletée et sauvagement fendue dès l’entrejambe. L’allure se dégrade cependant vite. Chez Saint Laurent, on a que faire des conventions et la couronne de princesse est signe d’ironie comme pour moquer sa propre beauté. Les silhouettes sont androgynes, Hedi Slimane suggère par exemple de porter la veste sans chemisier et le chemisier sans soutien-gorge, poitrine inexistante requise. La taille est basse ou absente car non marquée. À la différence de son utilisation chez Hermès, le cuir chez Saint Laurent contribue à l’aura rebelle et sauvage de l’héroïne de saison.

Aussi, Hedi Slimane s’amuse à créer une variation autour de la petite robe à fines bretelles. En sequins, transparente ou en dentelle avec tétons et culotte apparents, la mini robe est déclinée sous toutes les formes possibles. Seule constante, le décolleté qui, au lieu de se creuser à la verticale, s’élargit à l’horizontal cachant in extremis la poitrine. Il y a comme une obsession autour de la semi-nudité chez Saint Laurent, un besoin de donner le corps à voir, qui concorde avec nos temps où le tabou du corps nu se lève. La femme Saint Laurent est une jeune fille en quête de repères qui assemble à l’instinct les pièces qui créeront sont identité vestimentaire. Tout comme chez Vêtements Printemps-Été 2016, Saint Laurent tente de se détacher de la silhouette féminine canonique. Du chic blazer à la robe nuisette en passant par les bottes de pluie, les pièces les plus opposées affluent sur le podium Saint Laurent et s’assemblent sous nos yeux.

Fashion Week de Paris : Saint Laurent, le défilé Printemps-Été 2016 - photo

Même la fourrure fait son apparition. Large et extravagante à souhait, elle est jetée avec négligence sur les épaules, portée au dessus d’une mini robe transparente ou à sequins et avec une paire de bottes de pluie. L’allure est celle d’une diva de la rue, croisement entre excentricité et vulgarité. Le luxe Saint Laurent, c’est être brute, négligée voire sauvage. Les cheveux sont en bataille, le regard auréolé de violet par manque de sommeil, la démarche assurée. Toutefois, en final du défilé Saint Laurent Printemps-Été 2016, Slimane envoie sur le podium une variation non plus autour de la petite robe mais de la longue robe à fines bretelles. Des robes minimales dans leur coupe - décolleté asymétrique et fendue - mais irrépressiblement sexy. Sorte de point final pour rassurer les plus frileuses… de corps et d’esprit.

Crédit : FatallFashion