S'inscrire
tracking
Fashion Week de Paris

Fashion Week de Paris : Yohji Yamamoto, le défilé Printemps-Été 2016

Publié par
Mélannie Ngalula
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 1 min
No thumbnail

Le noir s’abat sur la capitale avec Yohji Yamamoto Printemps-Été 2016. L’histoire racontée par le créateur japonais à la Fashion Week de Paris est celle d’âmes mornes et fragiles. La collection Yohji Yamamoto Printemps-Été 2016 donne un nouveau visage à la parisienne

Paris est cynique, Paris est noire. Après l’underground de Vêtements, nous plongeons davantage dans les entrailles et catacombes de notre tendre Paris avec Yohji Yamamoto Printemps-Été 2016. Yohji Yamamoto est en rupture avec son moi antérieur et déclare « I hate old Yamamoto » depuis les backstages de son défilé. D’emblée, le corps est noyé sous des tissus noirs, imposants et drapés. Les mannequins déambulent en godillots dans des vêtements anarchiques. La taille marquée par un noeud négligé va parfois servir à structurer l’ensemble. Yohji Yamamoto s’amuse à créer des silhouettes asymétrique comme construites avec un pan de tissu unique qui aurait été enroulé autour du corps jusqu’à devenir un vêtement au gré de l’imagination du créateur. Cette première vague de silhouettes mornes compose le vestiaire d’âmes solitaires à la fois fortes et délicates.

Soudain ce qui était long et fluide prend forme en d’impressionnantes robes et jupons. Le vertical devient horizontal, le fluide, solide. Ces robes oscillent entre romantisme et gothique corsetée puis évasées. Cependant Yamamoto y ajoute des éléments perturbateurs. Les jupes inachevée semblent tomber en ruine sous nos yeux et les parties manquantes exposent la chair. Loin de la douceur vue chez Carven, Yohji Yamamoto nous donne à voir un univers brut. Yohji Yamamoto feint la silhouette sage d’une none voilée par exemple pour mieux nous surprendre par les empiècements transparents de sa robe. Des morceaux de denim s’incrustent dans les jupons de ces robes portées avec casquette et tennis. Concernant la silhouette, bien souvent les épaules sont dégagées en un bustier.

Crédit : Studio Jungle

L’univers singulier de Yohji Yamamoto Printemps-Été 2016 s’abat sur le podium avec pour seul leitmotiv le sombre. Toutefois, le créateur finit sa présentation avec une spectaculaire robe rouge, de la même nuance ensanglantée peinte sur le visage des mannequins. Une longue robe bustier dont le corset lâche inspire une certaine légèreté. Le jupon inachevé laisse entrevoir ou suggérer un peu de chair. Yohji Yamamoto nous laisse ainsi sur une autre énigme une fois sa présentation achevée.

À lire aussi
Fashion Week de Paris : Jacquemus, le défilé Printemps-Été 2016
À lire aussi
Fashion Week de Paris : Céline, le défilé Printemps-Été 2016
À lire aussi
Fashion Week de Paris : Mugler, le défilé Printemps-Été 2016
À lire aussi
Fashion Week de Paris : Miu Miu, le défilé Printemps-Été 2016
À lire aussi
Fashion Week de Paris : Paul & Joe, le défilé Printemps-Été 2016
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Fashion Week de Paris : Yohji Yamamoto, le défilé Printemps-Été 2016
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible