Fashion Week Haute Couture : Alexandre Delima le défilé Printemps-Été 2015

par

Alexandre Delima printemps-été 2015 haute couture prend parti cette saison. Pour ce deuxième acte couture, Alexandre Delima nous présente une femme citadine prête à dominer le monde en douceur

Tout comme Antonio Ortega la veille, Alexandre Delima printemps-été 2015 traite la haute couture avec davantage de légèreté et la désacralise. D’ailleurs en coulisses, le designer résume la situation avec humour : “Les robes à la Walt Disney où l’on ne pouvait pas s’asseoir c’est fini”. Face à un monde et à une mode plus instantanés, le créateur envisage comme beaucoup la disparition – du moins la dilution - de la distinction entre la haute couture et le prêt-à-porter dans les années à venir. C’est pourquoi la haute couture d’Alexandre Delima nous apparait comme contemporaine en accord avec son temps. La femme moderne est une femme féminine mais avant tout pressée. Consteament en mouvement, les vêtements se doivent de s’adapter à son rythme de vie et non le contraire. Avec cette inversion du rapport entre le vêtement et le corps en tête, Alexandre Delima a pensé une collection taillée dans l’action. La femme Delima est une citadine audacieuse. Le décolleté se creuse infiniement et inutile de préciser que le gilet en crêpe se porte sans chemisier à l’intérieur.

La collection composée de seize silhouettes évolue autour d’une dynamique délicate et séduisante. Les fines pièces en mousseline ou crêpe de soie et organza caressent le corps et l’accompagnent dans toute sa gestuelle. Il s’agit principalement de robes courtes ou longues. Il arrive qu’un pantalon ou encore une combinaison se laisse voir suivant toujours la même esthétique centrée sur mouvement. Alexandre Delima choisit de donner vie à ses tissus selon une gamme de couleurs bien précise explorant des teintes pastels en référence au printemps mais pas que. En effet, le créateur a tenu à souligner que cette collection nommée Fresh était la continuation de la précédente, Alexandre Delima automne-hiver 2014-15. Le noir, l’ivoire, l’émeraude et l’or de l'hiver dernier, se dissolvent vers quelque chose de plus doux. Se comparant à un chef d’orchestre, le jeune Alexandre Delima perçoit cette collection comme “un deuxième acte qui raconte une histoire moins dure et moins tape à l’oeil avec quelque chose de doux et passé par le temps en comparaison au premier acte beaucoup plus opulent. Douce dans les couleurs, la femme Alexandre Delima n’en n’est pas moins dominatrice. Pour affirmer la silhouette, Alexandre Delima creuse la taille avec force par le biais de larges ceintures dorées tandis que d’impressionnantes pièces en or pavent le cou, les bras et les oreilles.

Fashion Week Haute Couture : Alexandre Delima le défilé Printemps-Été 2015 - photo
Fashion Week Haute Couture : Alexandre Delima le défilé Printemps-Été 2015 - photo
Fashion Week Haute Couture : Alexandre Delima le défilé Printemps-Été 2015 - photo
Fashion Week Haute Couture : Alexandre Delima le défilé Printemps-Été 2015 - photo
Fashion Week Haute Couture : Alexandre Delima le défilé Printemps-Été 2015 - photo

Des ornements au graphisme géométrique brut venant contraster avec les pièces vaporeuses qu’ils accessoirisent. Il revendique et assume une approche sobre “prêt-à-porter” bien qu’il envisage d’exploiter davantage de métiers d’art par la suite. Nous ne sommes donc pas étonnés de voir défiler un ensemble crop top en organza et crêpe de soie porté avec une jupe crayon en chèvre velours puis une majestueuse robe longue et décolleté incrustée de tubes de verre et de perles. La sobriété et le raffinement sont les maître-mots. La fantaisie réside dans les bijoux évoqués précédemment mais également dans les casquettes. Alexandre Delima revisite la casquette de basketteur qu’il imagine en peau d’agneau plongée doublée et en métal. Elle se porte aussi bien avec une robe débardeur urbaine en organza qu’avec une robe drapée du soir en mousseline. Il devient alors évident que la femme Alexandre Delima est une femme n’ayant “pas peur des décolletés, pas peur des transparences, pas peur des longueurs un peu courtes, une femme qui veut dominer le monde” comme il l’affirme en conclusion.