Fashion Week Couture : Antonio Ortega Automne-Hiver 2015/2016

par

meltyFashion a assisté au défilé Couture Automne-Hiver 2015/2016 d'Antonio Ortega qui a plongé le Palais de Tokyo dans un tourbillon d'originalité mystique

Après avoir vogué au gré d'un somptueux conte de fées avec le défilé "Metarmophosis" de Bowie Wong, meltyFashion a enchaîné avec la collection Haute Couture Automne-Hiver 2015/2016 d'Antonio Ortega. Prenant place dans une des salles totalement couverte de graffitis arty du Palais de Tokyo, le défilé MUMMIFIC nous a plongé dans un mélange des cultures de ce monde, emplies d'une spiritualité mystérieuse. Les mannequins d'Antonio Ortega traversaient un halo de fumée sur une scène, avant de descendre défiler devant nous, dans cette sale sombre à l'éclairage fascinant. Comme si ces divinités célestes enveloppés d'une énigme opaque venaient à nous, les mannequins étaient vêtus de la tête aux pieds, entre coiffes et guêtres de cuir. Les jambes se retrouvaient fuselées comme enroulées par des bas en spirales, qui enlaçaient et enveloppaient la silhouette. Comme un témoignage d'adoration et d'espoir, des touches de lumières venaient rehausser les couleurs sombres par endroits, les voûtes du corps se retrouvaient enrichies et illuminées. Tout était contraste, paradoxe, comme les antipodes de notre monde et de nos pensées dans le défilé Haute Couture Automne-Hiver 2015/2016 d'Antonio Ortega.

Fashion Week Couture : Antonio Ortega Automne-Hiver 2015/2016 - photo
Fashion Week Couture : Antonio Ortega Automne-Hiver 2015/2016 - photo
Fashion Week Couture : Antonio Ortega Automne-Hiver 2015/2016 - photo
Fashion Week Couture : Antonio Ortega Automne-Hiver 2015/2016 - photo
Fashion Week Couture : Antonio Ortega Automne-Hiver 2015/2016 - photo

La Fashion Week Haute Couture Automne-Hiver de cette année à Paris ne manque pas d'originalité. Rien n'avait été laissé au hasard lors du défilé de la Maison Margiela et Antonio Ortega semble avoir été du même avis pour la collection MUMMIFIC. C'était une succession de robes, jupes, tailleurs, pantalons, shorts qui se distinguaient avec une audace parfaitement maîtrisée. C'est comme si le créateur s'était prêté à un jeu, où il mélangerait et réinventerait les formes et les matières avec une désinvolture cohérente. Tout nous surprenait, notre œil ne savait sur quoi se focaliser dans ces tumultueuses asymétries de satins, tulles ou lainages... La sensualité restait indéniablement de mise, en un spectacle d'étoles ou d'anneaux qui allaient dessiner les galbes ou souligner le buste. La silhouette de la femme Ortega était novatrice et humble, distincte mais lucide. C'est avant tout une collection positive et respectueuse qui se complétait avec de nombreux accessoires qui venaient démarquer les modèles. Après un final où les mannequins se suivaient, Antonio Ortega est apparu sous des applaudissements chaleureux, original et souriant à l'image de sa collection MUMMIFIC.