Faut-il céder au Flygskam, cette honte de prendre l'avion à cause du réchauffement climatique ?

par

Un mouvement écolo venu de Suède qui pourrait bien s'étendre à d'autres pays.

Le réchauffement climatique et l'urgence de la situation nous poussent à revoir nos modes de consommation, quitte à se priver d'un certain luxe ou de petits plaisirs. On connait l'impact de la viande sur l'environnement, des envois de mails ou même du visionnage de vidéos en ligne (particulièrement de porno ou de plateformes type Netflix). Mais la liste des choses nocives pour la planète ne s'arrête malheureusement pas là. La dernière bête noire des écolos ? L'avion, un des moyens de transports les plus utilisés et surtout les plus polluants, responsable de 5% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, qui devraient tripler d'ici 2050 si une prise de conscience n'a pas lieu, selon le Réseau action climat.

avion
Faut-il arrêter de prendre l'avion pour réduire notre empreinte carbone ?

Si les trajets en avion se sont banalisés ces dernières décennies, notamment grâce (ou à cause) des prix très attractifs affichés par les compagnies aériennes, en Suède, la tendance est en train de s'inverser. Ce mouvement s'appelle le Flygskam, qu'on peut littéralement traduire par la honte de prendre l'avion. Soucieux de leur empreinte carbone, les Suédois sont de plus en plus nombreux.ses à vouloir « rester au sol », donc à privilégier les trajets en train, surtout pour ceux de petites distances. Alors, certes, ça prend plus de temps mais lorsqu'on sait que le train émet 14 à 40 fois moins de CO2 que l'avion, ça porte à réflexion.

Sur les réseaux sociaux, les adeptes du Flygskam affichent fièrement leurs trajets en train, une tendance appelée « le train brag ». Le mouvement a d'ailleurs été largement porté par la militante écolo Greta Thunberg qui a renoncé à prendre l'avion pour se déplacer. Si elle a récemment traversé l'Atlantique en voilier, elle a également préféré passer 32 heures dans un train plutôt que de prendre l'avion pour se rendre au forum de Davos, le 23 janvier dernier : « J'ai cessé de prendre l'avion pour des raisons liées au climat, parce que je ne veux pas dire une chose puis faire l'inverse. Je veux pratiquer ce que je prêche » a-t-elle déclaré.

via GIPHY

Si le mouvement semble pour le moment surtout concerner la Suède (qui a effectivement vu ses passagers aériens chuter tandis que le nombre de trajets terrestres s'est envolé ces derniers mois), il est fort à parier que le Flygskam s'étende à d'autres pays. Surtout lorsque l'on sait que les pays Scandinaves ont souvent une longueur d'avance sur nous autres en matière d'écologie...

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @Suhyeon Choi, Unsplash @chuttersnap