S'inscrire
tracking
Tendance du moment

Frigide Barjot en sweat imprimé "Manif pour tous", retour sur l'histoire du sweat

Publié par
Sarah Attalaoui
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 4 min
No thumbnail

Dimanche 13 janvier, Frigide Barjot portait fièrement un sweat à capuche imprimé du dessin du mouvement contre le mariage gay. Un acte qui politise le sweat imprimé dont l'histoire est riche mais peu connue

Vous n'avez pas pu louper l'intervention, dimanche dernier, de Frigide Barjot à la manifestation "Manif pour tous", organisée par les opposants au mariage homosexuel. Outre des propos un peu flous mais non moins incisifs,Frigide Barjot, contre le mariage gay, portait un sweat à capuche rose dont le motif, un père/une mère/une petite fille/un petit garçon, était dessiné de blanc façon pictogramme. Utiliser un vêtement comme un flyer est un acte discutable qui, dans ce cas précis, a vu le sweat imprimé devenir une sorte d'uniforme pour les opposants au mariage gay. Frigide Barjot savait bien ce qu'elle faisait en prenant un vêtement aussi mythique et emblématique que le sweat puisque le sweat est devenu un basique du vestiaire tant féminin que masculin et surtout un basique de la génération 20/30ans. Un basique, oui, mais d'où vient-il exactement ? Une question qui n'a pas beaucoup été étudiée contrairement au jean ou au t-shirt, qui composent aussi le vestiaire des basiques. Le sweat est l'abréviation de sweat-shirt et ne devrait être employée qu'ainsi, selon nos homologues américains. En effet, sweat signifie "transpirer" et sweat-shirt" maillot pour transpirer", l'utilisation abrégée de sweat est purement européenne et montre bien l'appropriation que l'on en s'est faite. Devenu aussi commun et indispensable qu'un t-shirt, un jean ou un perfecto, le sweat tient son succès à sa matière impeccable et pratique qu'est le coton molletonné. Sans cesse repris pour sa forme, sa matière et sa nature emblématique du sportswear, le sweat n'a pas toujours été apprécié mais est devenu en plusieurs décennies un véritable must-have. Né au début du 20ème siècle, le sweat est "la tenue [qui] vient en droite ligne des terrains de sport et campus américains" selon Colin McDowell dans Histoire de la mode masculine, paru en 1997 aux éditions La Martinière. 2 marques se battent pour légitimer la création du sweat dans le début des années 1920, Fruit of the Loom et Russell Atheltic, avec sa forme simple en T avec col élastique. Destiné aux équipes de football US et de baseball, pour la préparation des muscles avant l'effort, le sweat ne sera imprimé que dans les années 30 grâce à la marque Champion Knitwear qui dépose le brevet sur le flocage, qui permet d'apposer le nom des équipes sportives sur le devant ou l'arrière du sweat.

Champion Knitwear dote également son sweat d'une capuche et d'un zip qui donne au sweat une allure de veste. Une révolution qui a permis à bon nombre de créateurs de le réinterpréter depuis sa création et d'en faire une véritable icône du 20ème siècle, dont la tendance, ne meurt pas. Dans les années 50, Russel Athletic, mixe le coton avec du polyester, une fibre noire, qui donnera le sweat au motif neige que l'on retrouve dans beaucoup de collections et dont American Apparel a fait un must depuis sa création. Sophie Bramel co-auteur d' Une seconde peau, ouvrage sur les tissus intelligents , souligne d'ailleurs que "plus un sweat est lourd et enveloppant, plus sa qualité est irréprochable". Un détail qui ne manque de nous interpeller et nous aide à trouver le sweat parfait qui a connu son apogée dans les années 80. Les années 80 sont marquées par des films comme Flashdance ou Fame, qui font l'apologie du sport en tant que loisir et le vêtement sportif devient un style et dépasse son caractère utilitaire. On le colore, on le détourne à la manière de Sonia Rykiel en velours éponge et le sweat n'est plus attribué qu'au vestiaire masculin et sportif, il devient un basique à mixer avec des pièces incontournables des années 80 comme le legging, la salopette et les baskets. Les looks sportswear et streetwear ont fait du sweat leur pièce charnière. Le hip-hop le met à l'honneur et les déclinaisons de créateurs pleuvent. On note l'engouement de Jean-Paul Gaultier ou Jean-Charles de Caltelbajac pour le sweat ou encore le détournement de Vivienne Westwood qui, à la manière du t-shirt punk des années 70, en a fait une pièce importante des générations dites "révoltées".

Frigide Barjot en a fait un vêtement politisé mais le sweat était déjà mêlé à des affaires sombres et n'a pas toujours été bien vu; on pense à l'affaire de Trayvon Martin, ce jeune noir tué et considéré comme suspect à cause du porte de son sweat à capuche qui couvrait partiellement son visage. Une triste affaire qui a donné une image négative au sweat, aujourd'hui lavé de tout cliché. Souvent retrouvé dans le vestiaire des gangs criminels, le sweat a connu une nouvelle mutation au début des années 2000, qui l'a propulsé au rang de pièce mode plus que de basique. Il devient le gage d'un look cool, presque bohème quand on le détourne avec une jupe longue ou très chic pour une version soir. Prada, Proenza Schouler, Dries Van Noten, Comme des Garçons ou encore Kenzo, ont fait du sweat un indispensable de notre garde-robe en le parant de détail brodés, de pierres, de motifs graphique ou simplement en y ajoutant des matières supplémentaires. Depuis la sortie du sweat à tête de tigre de Kenzo pour la collection Tiger Fever, le sweat est monté au rang de vêtement iconique de la mode pour sa forme pratique, son coton molletonné devient chic et surtout pour ses réinterprétations au cours des décennies. Passé du caractère utilitaire à celui de gage de style, le sweat n'a pas fini de nous faire rêver, tant son engouement depuis 3 ans se renforce. Alors on fonce chez Colette nous trouver la petite merveille et on porte fièrement son sweat qui, cette fois, n'aura pour politique que de montrer notre style et notre amour de la mode.

Crédit : LCI
Crédit : kenzo
Crédit : Imaxtree
Crédit : Champion
Crédit : American Apparel
Crédit : Franklin&Marshall
À lire aussi
Rihanna et ses sweats ou le revival du sweat-shirt
À lire aussi
Rihanna et sa doudoune Supreme sur sa tournée 777
À lire aussi
Comme Rihanna, une tenue street chic pour le jour de l'an 2013
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Frigide Barjot en sweat imprimé "Manif pour tous", retour sur l'histoire du sweat
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible