10 galères que toutes les filles qui s'épilent connaissent

par

S'épiler n'est pas une partie de plaisir. Et à en croire ces 10 galères qu'on a toutes déjà expérimenté, c'est même presque de la torture !

Chaque méthode dépilatoire a ses avantages... mais aussi ses (petits) inconvénients. Si on râle parce que nos poils repoussent trop vite après le rasage, l'épilation, elle, ne présente pas qu'un seul désagrément - sinon ça serait trop beau. A croire qu'on est un peu maso de continuer à arracher nos poils pour le seul plaisir d'avoir la peau douce plus longtemps ! Si toi aussi, tu t'infliges cette sentence toutes les trois semaines, tu te retrouveras forcément dans les 10 galères qui suivent...

Quand la bande de cire n'est pas partie d'un seul coup...

... et qu'il faut l'arracher en plusieurs fois. Quand ça arrive parce que notre main n'a pas bien agrippé la bande, que les poils étaient trop résistants ou qu'on n'était pas dans la bonne position, on souffre mais on reste tolérantes. Mais quand c'est l'esthéticienne qui l'arrache par à-coups, il n'y a pas d'excuses possible : c'est tout bonnement un acte de malveillance injustifié.

Quand l'esthéticienne ne pose pas sa main après avoir tiré la bande

Encore sur les jambes, ça passe. Mais au niveau des aisselles ou du maillot, c'est inacceptable. En faisant une pression sur la peau épilée, la douleur devient plus supportable et s'atténue plus rapidement... et ça coûte pas plus cher. Mais est-ce qu'on peut franchement lui faire la remarque ? La prochaine fois, on se le jure, on demande à parler à son responsable.

Quand la cire est trop chaude mais que tu n'oses pas le dire

La première bande, ça va. C'est les suivantes. A la longue, la peau devient de plus en plus sensible et réactive, et c'est la brûlure au premier degré qui nous guette. Mais quand on sait que pour refroidir la cire, l'esthéticienne n'a pas d'autre choix que de souffler sur son bâton - et souffler tout court par la même occasion - on se retrouve (trop) souvent à fermer notre bouche et à serrer les dents. Grrrrrrr.

Quand t'as la peau qui souffre pendant des jours

On pensait bien faire et kiffer notre vie de fille toute douce, mais la réalité est toute autre. Pour peu qu'on ait eu besoin de repasser 5 fois à la cire chaude sur la même zone, on se retrouve avec la peau douloureuse ; le moindre contact avec nos vêtements (ou un autre corps) nous fait souffrir. Et franchement, on n'était pas venues là pour ça.

Quand tu pensais que tu avais assez de cire/bandes pour tout faire...

... mais que c'est la pénurie avant que tu n'aies pu finir. Une seule aisselle, une seule jambe, une seule lèvre épilée (c'est le pire) ça fout le seum. Te voilà donc résignée à finir au rasoir (ou à rester asymétrique) et à regretter cette décision la fois suivante - parce que ça fait doublement mal.

Les boutons rouges qui t'empêchent de mettre la petite robe que tu voulais

Plutôt que de raser la zone à la va-vite sous la douche, tu as pris la peine de sortir tes bandes de cire ou ton épilateur électrique histoire que ça soit nickel. Vraiment, respect. Sauf que maintenant, tu te retrouves avec des jambes criblées de boutons rouges - vive les irritations ! - et que la jupette que t'avais en tête, eh bah c'est mort. Allez hop, tu te résignes à enfiler un jean par 30°C.

Les poils incarnés qui transforment ton corps en champ de mines

On sait qu'il faut exfolier notre peau au moins une fois par semaine pour éviter les poils incarnés. Mais au même titre que notre mec sait qu'il doit rebaisser la cuvette des toilettes quand il a terminé, on ne le fait jamais - la flemme. Mais en fait, on prend un plaisir coupable à les extirper de sous la peau. Sauf ceux qui ont formé des boules purulentes sous les aisselles ou dans notre culotte. Là, on aime moins.

La repousse qui démange

Non seulement on souffre en les enlevant, mais on souffre aussi quand ils reviennent ! Pile quand les poils refont surface, on se retrouve à gratter de manière incontrôlée (mais discrètement, si possible) la zone de notre corps. Et comme par hasard, c'est souvent au niveau du maillot que ça démange. Pourquoi, mais pourquoi ?!

Quand le déo t'arrache les aisselles

Avec un peu de chance, tu auras découvert que c'est l'alcool de ton déo qui provoque la sensation de brûlure, et tu auras donc jeté cette daube à la poubelle. Sinon, on te conseille vivement de le faire. Pour le coup, ça c'est facile à résoudre.

Quand tu sens ton corps se contracter lorsque l'esthéticienne s'apprête à arracher la bande

Au début, tu étais innocemment détendue. Mais après une première bande arrachée par à-coups et sans mettre la main, tu es tout de suite beaucoup moins sereine quand tu vois l'esthéticienne agripper la cire. Un comportement qui aurait sûrement passionné notre cher Pavlov au siècle dernier. Oui oui, l'épilation aussi ça peut être de la sociologie !

Pour toi, c'est quoi le pire désagrément de l'épilation ?

Source : meltyFashion