T'es du genre à grignoter ? On a cerné ton profil et on te dit pourquoi tu boulottes

par

Tu t'es déjà demandé ce qui te poussait à grignoter ?

"Ooooh tiens des chips onion sour cream, j'adore ça", "Je vais défoncer ce paquet de guimauves, je préfère prévenir", "Ces oursons fourrés au chocolat, ça va direct dans le caddie". De temps en temps ou plus régulièrement, ça arrive à tout le monde de grignoter (ne mens pas) et de satisfaire ses envies subites avec un petit quelque chose à se mettre sous la dent. Pourtant, on sait que ce n'est pas super bien : inutile de nous redire que grignoter n'est pas très bon pour la santé et que cette (mauvaise) habitude a tendance à nous faire prendre du poids. Par contre, ce que l'on a moins entendu, ce sont les raisons de nos grignotages intempestifs. Faute de se remettre en question et de se demander spontanément "pourquoi je me suis enfilé cette tablette de chocolat, pourquoi j'ai défoncé un paquet de chips à 16h ?", on a dressé les grands profils de grignoteuses pour, plutôt que de se flageller, essayer de comprendre ce qui nous pousse à boulotter. Réponses.

Tu grignotes parce que tu t'ennuie

Le soir devant ta télé ou le week-end à la maison, tu te surprends à ouvrir les placards à la recherche d'une petite douceur. Sucré, salé, boissons... tout y passe (selon ton humeur du moment) : tu combles les minutes vides en te remplissant l'estomac dans l'espoir que le temps passe plus vite. Si une activité t'occupe déjà (scroller sans fin ton fil Instagram, rédiger un devoir, zapper les 500 chaînes de ta télé), il y a toutes les chances que ton esprit n'y soit pas à 100% : c'est parce que tu n'es intéressée qu'à moitié à ce que tu fais que tu as le temps de penser au grignotage.

La solution pour toi : comme lorsque quelqu'un cherche à arrêter de fumer ou de se ronger les ongles, tu dois trouver une activité, un but dès que ton envie de grignoter se manifeste.

Tu grignotes parce que tu es déprimée

Pensées négatives, dépression... ton moral joue lui aussi sur tes envies et ta propension à grignoter. Tu te retrouves souvent à grignoter le soir ou en fin de journée, et tes envies ont plus de chances d'être exacerbées en hiver lorsque la baisse de lumière impact ton organisme et ton humeur. Tu ne manges pas dans l'idée de te réconforter, de rebooster ton moral, c'est un gestes de désespoir que tu effectues davantage comme une sentence, dans un élan de manque de confiance en toi.

La solution pour toi : Cherche tes premières réponses dans la sérotonine, l'hormone du bonheur. La pratique d'une activité sportive et la consommation de certains aliments impactent positivement la production de cette hormone, tout comme l'exposition à la lumière.

Tu grignotes pour te réconforter

A n'importe quelle heure de la journée et en différentes circonstances (une peine de cœur, des émotions négatives fortes, une douleur physique comme celle des règles...), tu t'appuies sur le grignotage pour tenter d'apaiser ta souffrance : tu cherches de réconfort dans la nourriture - elle te fait du bien, elle te procure du plaisir, elle anesthésie tes douleurs. Tu grignotes principalement des choses sucrées, qui amènent ton cerveau à libérer des hormones de plaisir (l'endorphine).

La solution pour toi : Rien de tel qu'une séance de sport pour libérer des endorphines et rebooster ton moral, et ce même lorsque tu as tes règles (si tu y arrives). Autrement, on dit que l'orgasme serait le meilleur truc qui soit pour se faire du bien...

Tu grignotes parce que tu es stressée

Anxiété, angoisses... tu es en proie au stress et cela te pousse à te jeter sur tout ce qui se mange afin de calmer ta nervosité. Un exam à venir, une situation conflictuelle, un trajet en avion, du travail par-dessus la tête et te voilà tendue, incapable de te détendre (physiquement et mentalement) et de relativiser. Grignoter aide (un peu) à t'apaiser : tu recherches dans la nourriture quelque chose de réconfortant qui t'aidera à affronter plus facilement tes angoisses.

La solution pour toi : Relativise ! Si certaines situations peuvent te sembler sans issue à l'instant T, elles trouvent souvent un dénouement positif. Pour cela, n'hésite pas à t'adonner à la méditation ou à adopter un rituel matinal qui rend plus zen.

Tu grignotes parce que tu as faim

Il est 11h30 ou 15h30 et te voilà à te mettre sous la dent tout ce qui traîne dans les parages - et évidemment, ce n'est pas une pomme. Ton ventre gargouille et tu ne peux pas rester comme ça, avec la faim qui te tord les boyaux. Le petit-dej ou le repas que tu as pris il y à peine quelques heures ne t'a pas calée assez longtemps : il était soit trop léger, soit pas assez riche en fibres pour te tenir jusqu'au soir (c'est souvent le cas du McDo, si t'as déjà remarqué).

La solution pour toi : Manger des plats plus nourrissants avec des aliments non transformés qui occuperont ton estomac plus longtemps et te garderont rassasiée jusqu'au prochain repas.

Tu grignotes parce que tu as un coup de pompe

Avoir un coup de pompe ne veut pas forcément dire avoir faim : c'est plutôt un manque d'énergie qu'un creux dans l'estomac qui te pousse à grignoter. Tu te sens fatiguée, fébrile, tremblotante, tu manques d'attention, autant de signes qui indiquent que ton niveau de sucre dans le sang est dangereusement bas - la faute à un aliment trop sucré qui fait chuter ton taux aussi vite qu'il est monté, peut-être. Résultat, tu es en quête d'un douceur qui te donnera un boost d'énergie, ce qui signifie bien souvent du sucre (à tord !) pour relancer la machine.

La solution pour toi : En cas d’hypoglycémie, oriente-toi vers des aliments qui délivrent dans ton organisme des sucres plus lents - des céréales complètes, des oranges, des pommes, du chocolat noir... bref, des aliments non transformés et surtout sans sucres ajoutés !

As-tu reconnu ton profil de grignoteuse parmi les différents profils établis ? Si tel est le cas, tu as désormais ciblé ton comportement et tu sais comment le corriger pour mettre fin à cette mauvaise habitude ! Et s'il t'est difficile de te passer de tes petits snacks du jour au lendemain, le mieux sera encore de les remplacer par des fruits ou des snacks healthy à court terme ;)

Source : Shoko / thechalkboardmag.com - Crédit : Becca Tapert via Unsplash