Interview exclusive mode par meltyFashion: on a rencontré Brigitte !

par

meltyFashion a eu le privilège de rencontrer Brigitte ! A la veille de la sortie du clip de leur nouveau single "J'sais pas", Aurélie Saada et Sylvie Hoarau nous ont livré leurs secrets, entre musique et mode

Si nous avons l'habitude et la chance de souvent échanger avec des blogueuses comme Stéphanie Zwicky en interview exclusive pour meltyFashion, il est tout de même plus rare que nous nous intéressions aux artistes. Mais Brigitte, elles, ne sont pas comme les autres. En plus d'être des chanteuses sympa et douées, les deux artistes sont des talents complets aux multiples facettes. En effet, bien qu'elles aient commencé par le chant et que nous les ayons connu à travers leur musique, les deux consoeurs étendent leur savoir-faire au-delà du son. Aurélie Saada prolonge décline même son sens de l'esthétique en réalisant leur nouveau clip, issu de leur dernier single "J'sais pas", qu'elle tourne à Miami. Les deux chanteuses du groupe Brigitte ont choisi d'interpréter leur personnage, à la scène comme à la ville. Leur look, très visuel et pointu, en a déjà séduit plus d'un. Le groupe avait d'ailleurs joué pour le final du défilé Viktor&Rolf en 2012, pour leur collection Printemps-Eté. Aussi, c'est grimées et quasiment identiques que nous les retrouvons, pour parler musique et un peu mode bien sûr...

Contrairement à notre entrevue avec une shoes addict pour une interview mode exclusive, ce sont deux femmes pas si intéressées que ça par la mode que nous rencontrons. Bien qu'elles aient un look très travaillé, étudié et parfaitement maîtrisé, elles ne se considèrent pas comme des modeuses, et encore moins comme des fashionistas. Pourtant, avec leur look bohème et légèrement rétro, elles tombent pile dans la tendance. Tellement pile dans la tendance, que nous avons presque du mal à croire qu'elles ne connaissent pas grand chose à la mode. Lors du défilé Alexis Mabille Printemps-été 2015 qui a eu lieu fin janvier, c'est dans une tenue commune qu'elles domptent à la perfection qu'elles contemplent le défilé. Vêtues d'une combinaison noire cache-cœur et d'un trench légèrement oversize, on dirait presque qu'elles ont piqué leur look dans le dernier Vogue. Et si, finalement, elles disposaient d'une prépondérance aussi naturelle pour la mode que pour la musique ? Depuis peu égéries de la marque bourgeoise-bohème Gérard Darel, Brigitte souffle leur "désamour" pour la fashion sphère tout en devenant des it-girls à part entière. Naturel, sexy, double et énigmatique : le groupe Brigitte sera en concert courant 2015 dans toute la France avec L'Elaboratoire Tour.

Pour ce second album, vous avez décidé d'adopter des looks qui sont identiques. Pourquoi ce désir de se ressembler ?

A : On cherchait une idée d'affiche pour "L'Elaboratoire Tour", notre nouvelle tournée. Il y avait une affiche du photographe Richard Prince que j'aimais bien, sauf qu'il n'y avait qu'une seule fille dessus. Du coup, on s'est amusé à mettre deux visages qui se ressemblent, comme en double. C'est de là qu'est parti l'idée du "double".

S : C'est une idée qui a germé au fur et à mesure de notre travail. Déjà, on ne voulait pas faire la même chose que lors du premier album. Nous étions aussi lassées du fait que les gens nous comparent ou nous opposent. Nous ne voulions pas devenir un cliché de nous-même. Finalement, c'était la continuité de Brigitte. Depuis le départ, on fait tout à deux : on chante à deux, on partage le même prénom "Brigitte". C'est très fusionnel, très imbriqué.

Lors de votre premier album, vous étiez moins "mode". Pourquoi l'être plus pour ce nouvel album ?

A : A vrai dire, nous n'avons pas vraiment d'attirance pour la mode. On le met pas en valeur, et nous n'avons pas pour but de le faire. Nous n'avons pas l'impression d'être très mode, d'ailleurs. On y connait pas grand chose et on ne courre pas les défilés, nous ne sommes pas là-dedans. On garde notre ligne à nous, on raconte notre histoire à travers un support qui est notre image. Notre travail, c'est l'image, mais pas la mode. Pour nous, c'est ça qui est important. On raconte la réalité d'une femme qui a envie d'être sexy, mais à la fois drôle. Après, notre style, c'est aussi nos références iconiques : Les demoiselles de Rochefort, Marilyn Monroe... C'est plus une histoire de style que de mode. Nos références sont larges et féminines, elles sont osées. Nous aimons les images fortes et on joue avec.

Dans votre album, on retrouve des sonorités rétro et vintage. Vous avez des affinités avec une époque particulière ?

S : Je ne sais pas si l'on peut dire que notre album est rétro et vintage. Nous n'avons pas envie de ressembler, ou de refaire des choses qui ont existé à une époque ou à un style. C'est pas trop dans l'idée. Ce qui nous intéresse, c'est de faire ce qu'on a envie de faire, ce qui nous ressemble. Le mélange que nous sommes ensemble, avec Aurélie. Je ne crois pas que le plus important réside dans l'influence vintage. C'est l'équilibre des voix, l'équilibre des arrangements, l'équilibre de l'atmosphère qui est important. Il y a tellement d'influences et tellement de choses qui nous inspirent, comme le cinéma, l'art, la photo, de la musique de film... C'est un peu réducteur de nous cantonner à une influence vintage. Et puis, nous ne sommes pas nostalgiques.

A : On nous réfère souvent aux années 60 et 70. Je crois que ce qu'il y a comme trait commun, c'est que la liberté est importante pour nous, et que ces époques étaient très libres. On ose beaucoup de choses, même dans notre style, comme mettre des perruques. Alors que pourtant, de plus en plus, les gens "n'osent pas trop". Les années auxquelles on nous compare, ce sont des années où on osait encore. Et c'est là où l'on se rapproche d'un esprit "vintage". C'est quelque chose de l'ordre de la liberté.

Selon Brigitte, quelles sont les pièces phares à avoir dans son dressing ?

A : Hum... Un beau jean. Le jeans qui te va bien, dans lequel tu te sens belle et à l'aise. Quand tu as trouvé ta belle coupe de jeans qui te met en valeur, c'est ça la pièce phare. Quand une nana sait qu'elle a le jeans parfait sur elle, elle a une nonchalance et une arrogance qui la rend super sexy et hyper belle.

S : Pour moi, l'important, c'est d'avoir des fringues dans lesquelles on se sent bien. Après, c'est sûr que certaines pièces nous mettent encore plus en valeur et dès qu'on les enfile, on a l'impression qu'on va tout réussir, qu'on va être la reine de la soirée !

Et quel a été le pire achat mode de Brigitte ?

S : Comme ça, je ne pense à rien de spécial, mais ça arrive souvent pourtant ! Des choses que l'on met jamais mais qu'on a été contente d'acquérir... Par exemple, il y a plein de robes vintage que je n'ai jamais mises. Sinon, j'ai une robe à fleurs qu'Aurélie m'a donné, que j'ai porté, mais je ne suis pas bien dedans. Je trouve que ça fait petite fille. Pourtant, mon mari et ma fille l'adorent !

A : Ça ne m'est jamais arrivé je crois ! J'aime bien mon vestiaire... Depuis que je suis toute petite, je sais très bien ce que je veux, ce que j'aime, ce qui me va. Ma mère vivait un enfer avec moi, mais en même temps, elle me disait que c'était super car au moins, elle savait que si je voulais quelque chose, ce n'était pas juste un caprice. C'était toujours un truc particulier.