Interview exclusive mode par meltyFashion : Romano Ricci présente Gentlewoman pour Juliette Has a Gun

par
Juliette Has a Gun ou la fille contemporaine

L'an prochain, Juliette Has a Gun fêtera ses 10 ans d'existence. Pour l'occasion Romano Ricci, son créateur, a voulu créer Gentlewoman. Il se confie à meltyFashion sur cette création dans une interview enlevée

Peut-être n'avez vous jamais entendu parler de la marque de parfums Juliette Has a Gun mais sachez que ces parfums sont sur le point de se retrouver sur toutes vos coiffeuses. Ces parfums légers, audacieux et qui tiennent parfaitement sur la peau seront idéaux pour vous donner ce soupçon d'insolence, propre à la marque. Créée par Romano Ricci, petit-fils de Nina Ricci, Juliette Has a Gun a fait son entrée sur la marché de la parfumerie en 2006 dans le concept store colette. Une vitrine incroyable qui a permis à ces parfums d'avoir une visibilité digne des plus grandes marques. Pourquoi ne pas avoir entendu parler de Juliette Has a Gun, plus tôt ? L'une des particularités de cette marque est d'entretenir une sorte de mystère tant par la promotion subtile des parfums que par son univers à la fois irrévérencieux et romantique. Romano Ricci souhaite que ses créations inspirent fraîcheur, rondeur et simplicité. Une fois n'est pas coutume, le créateur revient avec une nouvelle fragrance osée, sobrement nommée Gentlewoman, dont il nous parle en interview.

Avant de laisser la parole à Romano Ricci, revenons sur les prémices de Juliette Has a Gun. Le créateur s'associe à Francis Kurkjian, maître parfumeur, pour faire naître ses créations qui puisent leur originalité dans une fabrication artisanale et une politique loin des grandes marques de parfums. Ce caractère presque élitiste conforte l'idée que ces parfums sont spéciaux et uniques. Du haut d'une collection de 13 fragrances, les parfums Juliette Has a Gun correspondent à 13 états d'esprit dans lesquels chaque jeune fille et femme peuvent se reconnaître. Allant du Miss Charming, parfum candide pour les charmeuses, au Lady Vengeance, le parfum provocant et sensuel, Romano Ricci nous propose de nous éloigner des parfums habituels en ne mêlant pas plus de 3 ingrédients naturels par parfum. Certaines préféreront peut-être les classiques mais l'on vous conseille de vous laissez charmer par l'audace de Juliette Has a Gun qui se permet déjà d'avoir un best-seller avec Not a Perfume, le seul parfum dont la senteur principale est de synthèse. Avec des packaging résolument chic et féminin, les parfums Juliette Has a Gun n'ont pas fini de vous surprendre. On craque aussi pour le vaporisateur de sac en forme de balle de pistolet, très rock, qui rappelle que le " Gun " est la métaphore du pouvoir de séduction féminin exercé par le parfum.

D'ailleurs, cette volonté de mettre la femme au coeur de la séduction n'aura jamais été plus vraie qu'avec la sortie de la surprenante fragrance Gentlewoman. Bien sûr vous aurez saisi la contraction entre Gentleman et Woman, induisant avec subtilité cette féminité exacerbée par une séduction plus masculine et presque animale. Dans cette idée, Romano Ricci souligne qu'il a "voulu donner à la femme une facette de dandy... Une composition imaginée comme une eau de Cologne, où l’essentiel de l’attention est porté sur la justesse et la qualité des ingrédients". Gentlewoman est une fragrance inspirationnelle qui ne manque pas de nous rappeler les parfums de nos mères, puissants et sensuels. Étrangement, cette fragrance nous fait penser aux 70's, grande tendance du moment, avec toute la décadente élégance qu'ils suggèrent. Avec ses essences d'agrumes, d'amande et de fleur d'oranger avec des notes plus boisées - pour le côté masculin - la fragrance Gentlewoman nous envoûte par ses contradictions mêlées avec justesse. Mais qui de mieux que son créateur, Romano Ricci, pour en parler ? Pour meltyFashion il se confie sur cette fragrance exceptionnellement addictive.

meltyFashion : Vous êtes le créateur de la marque Juliette has a gun. Vous allez fêter les 10ans de la marque l’année prochaine. Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots l'histoire du nom de la marque ?

Romano Ricci : L’idée est à la fois simple et complexe. Simple parce que c’est une métaphore qui ne doit pas être expliquée et que je tiens beaucoup au fait que chacun se fasse son film… Et complexe parce qu’elle est à la limite de l’oxymore… l’association de deux notions à priori opposées : une Juliette de Shakespeare, féminine, presque naïve et un gun, accessoire masculin, de bluff, ici, son parfum.

m.F : Quand vous avez commencé pensiez-vous connaître un tel succès ?

R.R : Non pas du tout ! Je savais que le coté décalé allait faire du bruit mais de là à m’imaginer ce qui s’est passé, je ne l’aurais jamais cru. Comme quoi..

m.F : Vous êtes autodidacte, pouvez-vous nous dire comment vous élaborez vos fragrances ?

R.R : Avec mes petites mains... Peu de gens le savent mais ce que je fais est vraiment personnel. J’écris mes formules directement au laboratoire, ce que quasiment plus aucune maison ne fait encore. Ne m’appelez pas non plus Jean Baptiste grenouille ! J’ai parfois besoin de l’aide de mes amis parfumeurs pour finir mes formules.

m.F : L'inspiration vous vient-elle des femmes de votre entourage ou de vos coups de coeur dans la rue ?

R.R : Un peu tout ce que vous mentionnez, mais aussi tout ce qui fait mon quotidien et celui des femmes qui m’entourent.

m.F : Vous sortez une nouvelle fragrance : Gentlewoman. Vous revendiquez plus que jamais le pouvoir de la femme avec cette dualité féminin/masculin. Selon vous quel pouvoir a justement le parfum sur une femme ?

R.R : Vous voulez dire sur l’homme ? J’aime imaginer que le parfum est comme une seconde peau, une robe invisible. Qui quand elle est portée, vous transforme en ce que vous avez toujours voulu être : Un emblème de style et d’originalité. Par exemple.

m.F : Chacune de vos fragrances est une ode à la séduction. Avec Gentlewoman vous poussez le concept plus loin en témoignant d'une réalité comportementale : la femme devient homme dans la séduction. Pensez-vous que la fragrance traduise cette séduction plus "cash" ?

R.R : Un peu l’inverse pour aller dans votre sens... Moi qui suis plutôt adepte des sillages puissants, avec Gentlewoman je suis allé à contre sens. Même si elle s’autorise à porter des vêtements d’hommes, je me suis aussi dit qu’elle n’avait pas besoin d’en faire des tonnes pour se sentir féminine. Il en résulte un parfum typé Cologne, discret, tout en restant suffisamment habillé pour le porter avec élégance. Mais au fond et pour tout clarifier, je ne suis pas sûr que la Gentlewoman sache exactement qui elle est ou même ce qu'elle veut…Son talent : elle est maitresse dans l’art de plaire en déplaisant.

m.F : Le code de la Gentlewoman dépeint une femme qui a tout de la parisienne chic et effrontée. Pensez-vous que toutes les femmes veulent ressembler aux parisiennes ?

R.R : Pas forcément mais en ce qui me concerne, je pense qu’elles sont clairement source d’inspiration.

m.F : Le packaging a également changé et abandonne la rondeur des étui en tissu pour un coffret angulaire. Ce changement signifie-t-il un tournant pour Juliette has a gun ?

R.R : En effet depuis un moment cela murissait en moi. Et j'ai profité de ce nouvel épisode, un brin plus masculin, pour présenter une autre facette de Juliette. Plus moderne, plus épurée, élégante. Elle se pare désormais d’une veste structurée et affirmée. Des contradictions ? Oui mais c’est comme ça que je la vois, cette Juliette, surprenante.

m.F : Avec cette introduction de notes plus masculines, songez-vous à faire de Juliette un Jules ?

R.R : [Rires] J’y viendrai sûrement un jour…En attendant, il faudra qu’ils se mettent aux jupes !

m.F : Avez-vous quelques indices à nous livrer sur une prochaine fragrance ?

R.R : Mmmm, laissez-moi réfléchir encore un peu… J’en dis déjà trop.

Juliette Has a Gun, alors pourquoi pas nous ? Les parfums de Romano Ricci sont à décourvrir sur l'e-shop de la marque pour un printemps furieusement sensuel.

Crédit : Juliette Has a Gun