J'ai bu du collagène pendant 2 mois car c'était censé donner une peau de bébé, récit

par

Arnaque ou miracle ?

Au détour d'une recette de kombucha maison et d'un article sur les bienfaits des adaptogènes, je découvrais il y a quelques mois une énième lubie healthy made in the USA : le collagène. Le collagène, tout le monde connait plus ou moins : pas besoin de vivre au pays de l'oncle Sam pour savoir que c'est une constituante majeure de notre peau (et des tissus de manière générale) et que c'est à cette protéine que l'on doit notamment la souplesse et la fermeté de notre peau. Et alors que par chez nous, le collagène se consomme dans des crèmes visage censées repulper la peau, c'est là que les américaines se distinguent : outre-Atlantique, le collagène est devenu le nouveau complément alimentaire à la mode que l'on s'administre par voie interne.

Consommé tous les jours, le collagène ferait des miracles sur la peau (dès 2 mois), réduisant l'aspect des rides, la rendant plus douce voire lumineuse, mais serait aussi bénéfique pour les cheveux, les ongles et les ligaments. Au début, n'y connaissant strictement rien, je tenais à acheter des compléments vegan car je n'avais pas particulièrement envie d'ingérer une farine animale, même si elle promettait de me faire une peau de bébé. Long story short, il s'est avéré que le collagène ne peut être que de source animale (bovin ou marin, le collagène marin n'étant qu'une façon de dire qu'il provient du poisson, et non pas d'algues comme je le pensais) et je me suis donc sacrifiée pour le bien de cet article. Je me suis alors renseignée sur les marques les plus populaires de collagène en poudre et après avoir lu les avis élogieux de Vital Proteins, j'ai balancé 60 dollars dans la nature et me suis commandé un pot de collagen peptides issu de vaches élevées dans les pâtures et nourries de foin (si ça, c'est pas rassurant de les savoir en liberté !).

J'ai rapidement reçu mon pot de protéines en provenance des US et dès le lendemain, j'en ajoutais une cuillère dans mon smoothie matinal. Je ne voyais strictement aucune différence de goût mais au bout de plusieurs semaines, je n'en voyais pas non plus sur ma peau. Un matin, alors que je n'avais pas de quoi me faire un smoothie, j'ai mis une cuillère de poudre jaunâtre dans un verre d'eau et je l'ai bu cul sec. Et je vous le dis sans détour, ce matin-là, j'ai bu la mort. Un goût a-bo-mi-nable qui m'a donné un haut-le-cœur et m'a retourné l'estomac pendant de longues minutes. Quelques semaines plus tard, n'ayant visiblement pas retenu la leçon, c'est dans un verre de jus d'orange fraîchement pressées par ma propre personne que j'ai ajouté mon collagène : l'erreur de ma vie.

Au bout d'un mois à consommer une cuillère de collagène par jour - et n'ayant toujours pas vu de résultats sur ma peau - je suis passée à 2, comme le permet la notice. Toujours rien : les ridules sous mes yeux sont toujours là, pas moins présentes qu'au début de mon expérience. Ma peau se porte bien, mais je ne jette pas la responsabilité sur le dos du collagène : c'est plutôt à ma routine de soin qu'elle soit son aspect lisse. Quant à mes cheveux, c'est grâce à mes shampoings sans produits chimiques et au vinaigre de cidre qu'ils sont plus beaux aujourd'hui.

Mais alors, mon test de collagène est-il un fiasco total ? Dans l'ensemble, je dirais que j'ai effectivement le sentiment de m'être fait berner avec un produit hype... mais pas totalement non plus. Au cours de mes deux mois de test, je n'ai pas pu prendre mon collagène quotidien durant 3 ou 4 jours et l'état dans lequel je me suis sentie à ce moment-là me laisse penser que l'absence de collagène en est responsable. Moi qui souffrais régulièrement de ballonnements et de sentiment d'estomac lourd, j'en ai été débarrassée (sans même m'en rendre compte) dès que j'ai commencé ma routine de collagène. Et lorsque j'ai été contrainte de faire une pause, mon mal-être intérieur s'est de nouveau manifesté. Et cela n'a finalement rien d'étonnant !

Il y a quelques années, avant que la poudre de collagène ne soit à la mode, la tendance était au bone broth, le bouillon d'os plébiscité jusque dans la sphère people et qui était prétendument indiqué pour lutter contre les leaky guts aka la perméabilité intestinale. Pour la faire simple, la perméabilité intestinale se traduit par de micro-trous dans la paroi de l'intestin par lesquels les nutriments et enzymes digestifs s'échappent, impactant la digestion mais aussi le système immunitaire. Et si le bouillon d'os était si bénéfique dans ce cas de figure, c'est grâce au collagène contenu dans les ossements ! Finalement, les peptides de collagène jouent la même fonction que le fameux bouillon, et s'ils n'ont pas su impacter positivement l'aspect de ma peau (peut-être la production de collagène de mon organisme n'est-elle pas encore assez défaillante, et le test effectué sur une personne de 40 ans et non 27 aurait été plus probant), ils ont eu un réel impact positif sur ma digestion, et mon bien-être intérieur.

Lorsque mon pot de collagène sera terminé, je n'en rachèterai pas puisqu'il a un prix non négligeable, importé des Etats-Unis. Néanmoins, si un produit similaire venait à être commercialisé en France à un pris plus bas, j'envisagerai de continuer ma "cure" rien que pour retrouver le confort de mon système digestif.

Source : Shoko - Crédit : Jessica To'oto'o via Unsplash