J'ai testé pour vous... le bootcamp, ou l'art de s'entraîner en mode militaire

par

Sportifs du dimanche, s'abstenir ! 

La première fois qu’on m’a parlé de bootcamp, il y a bien 5 ans, en m’expliquant que c’était une méthode d’entraînement inspirée de l’armée américaine et notamment de la marine US, je me suis tout de suite imaginé un truc dans un terrain poussiéreux et boueux, avec des bosses, des barbelés sous lesquels ramper, des trucs à escalader et des séries de pompes à faire sous les cris d’un mec baraqué qui pourrait s’apparenter à Hulk dans les Avengers. Bref, ça ne me donnait pas du tout envie. Puis l’autre jour, j’ai découvert que ma salle de sport proposait de le faire en indoor, et décrivait plutôt ça comme une série d’exercices intensifs que tu enchaînes rapidement et qui te font brûler un max de calories en un rien de temps. Tentée, j’ai donc décidé de m’inscrire à un cours pour essayer, parce qu’il faut l’avouer, les beaux jours arrivent et j’ai besoin d’éradiquer ma brioche d’hiver très rapidement.

Le fameux soir arrive et le cours commence, nous ne sommes alors que 8, mais les sept autres personnes sont plus motivés que jamais, ce qui me donne plutôt envie de m’y mettre à fond moi aussi. “C’est tout l’intérêt du bootcamp, me confie le coach. Ça permet de tonifier tout le corps et de brûler des calories rapidement, certes, mais l’idée c’est aussi de créer une dynamique de groupe afin de s’aider à dépasser ses limites”. Et mes limites, je les dépasse clairement. Si le cours commence doucement, par un petit échauffement cardio à base de burpees et de squats sautés, la suite est violente. En gros, on passe notre temps à enchaîner les exercices de renforcement musculaires et de cardios : pompes, abdos, courses, squats avec kettlebelles, fentes avec montée de genoux, corde à sauter, biceps et triceps avec haltères, avec très peu de récupération. “On lâche rien !”, hurle le coach. J’avoue que parfois, je ne suis pas loin de m’écrouler, mais comme on travaille en binôme, mon partenaire de bootcamp me motive à ne pas abandonner.  

J'ai testé pour vous... le bootcamp, ou l'art de s'entraîner en mode militaire - photo

La fin du cours arrive. Je suis lessivée. Le bootcamp, c’est tellement intensif que ce n’est clairement pas pour les sportifs du dimanche. Pendant la séance, j’ai sué, j’ai grimacé, j’ai crié, j’ai suffoqué, mais je n’ai rien lâché et le résultat en vaut la chandelle. Certes, je suis crevée, mais je suis bien, je me sens fière d’avoir tenu et surtout, je suis remontée à bloc. Rien de tel après une journée de boulot stressante. Bon, qu’on se le dise, je faisais moins ma maline les jours suivants, quand les courbatures sont arrivées, me faisant découvrir des muscles que je ne connaissais pas. Mais honnêtement, je crois que je vais recommencer la semaine prochaine. Surtout que d’après mon coach, les résultats sont rapidement visibles. Rien qu’en 45 minutes, tu perds entre 300 et 800 calories. Et si tu le fais régulièrement, tu gagnes en muscles et perds en masse grasse, mais tu gagnes aussi une meilleure récupération, une meilleure endurance et une meilleure résistance. J’étais déjà motivée mais là, ça donne encore plus envie de continuer.

En bref, le bootcamp est un sport intensif qui te fait dépasser tes limites et décompresser totalement et qui vaut donc le coup, mais qu'on se le dise, il faut une bonne condition physique pour suivre le rythme. Si tu te sens d'attaque, je ne peux que te conseiller de t'inscrire, mais si tu n'as pas fait de sports depuis un moment, essaie peut-être autre chose avant ! 

Source : Shoko - Crédit : Unsplash, Nike