J'ai vu le reboot de Mary Poppins et je peux attester qu'elle a toujours plus d'un tour dans son sac (à main)

par

La plus célèbre des nounous est de retour 

Petite j'étais fan de l'incontournable Mary Poppins et de son imprononçable SUPERCALIFRAGILISTICEXPIALIDOCIOUS. Ce film sorti en 1964 a fait rêver plusieurs générations d'enfants qui auraient tout fait pour avoir une nounou aussi géniale que celle-là. Disney a décidé de faire un cadeau de Noël un peu en avance en sortant Le retour de Mary Poppins quelques jours avant le retour du père Noël. Et comme j'ai été particulièrement sage cette année j'ai eu la chance d'assister à l'avant-première de ce reboot

A la place de Julie Andrews on retrouve la jolie Emily Blunt, qui reprend ses airs un peu hautains, qu'elle avait déjà expérimentés dans le rôle d'Emily, l'assistante de Miranda Priestly dans Le Diable s'habille en Prada. Mais contrairement au personnage qu'elle jouait aux côtés d'Anne Hathaway, cette fois-ci, elle n'a pas besoin d'un sac griffé pour époustoufler la galerie. Quand elle réapparait, 17 allée des cerisiers, dans la famille Bankes qu'elle avait quitté depuis de nombreuses années, les choses ont bien changé. Les enfants qu'elle gardait sont devenus adultes. Michael a eu trois enfants Annabel, Georgie et John. La famille traverse une situation très délicate, c'est la raison pour laquelle Mademoiselle Poppins débarque pendue à son parapluie alors que personne ne l'attendait

Un retour qui manque un peu d'originalité

Dès les premiers instants, lorsque Mary Poppins fait prendre un bain aux enfants on constate qu'elle a toujours plus d'un tour dans son sac à main. Chansons entrainantes, univers féériques, costumes colorés, répliques amusantes, on retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès du premier opus. Mais pour ceux qui ont adoré (comme moi) la version originale, on reste un peu sur sa faim. Ce film est haut en couleurs, pourtant il ressemble un peu à une pâle copie de celui de Robert Stevenson (qui était juste parfait). Emily Blunt n'a pas le petit brin de folie qui brillait dans les yeux de la nurse interprétée par Julie Andrews, les chansons sont dansantes mais moins marquantes et on sent que l'histoire n'a pas vraiment été retravaillée au niveau des personnages (Michael travaille à la même banque que son père et sa soeur fait le même travaille que leur mère) et des scènes (on retrouve la scène du rangement, de l'hippodrome et la danse avec les ramoneurs). On remarque par contre la performance géniale de Meryl Streep, qui elle pour le coup, est bien loin de son personnage de gérante de magazine tyrannique. Elle interprète avec brio, la cousine de Marie nommée Topsy, une excentrique pleine de fantaisie. 

Durant ces deux heures de film on passe un moment très agréable et ceux qui n'ont pas vu l'original vont sûrement adorer découvrir le monde magique et entrainant de Mary Poppins. Mais pour les puristes il manque "le morceau de sucre" qui fait la différence entre un bon film et un film d'exception. 

Dans tous les cas avant Noël ça ne peut pas faire de mal de retomber un peu en enfance. 

Source : shoko.fr - Crédit : disney