Januhairy, et si on laissait nos poils faire leur life pendant un mois ?

par

Adieu rasoirs, bandes de cire et pinces à épiler ! 

Janvier 2019, le mois de tous les défis ? Si tu es allergique aux traditionnelles résolutions, prends donc ton mal en patience car le mois de janvier n'en a défi avec ces challenges plein de bonnes intentions. Après le Dry January, défi qui consiste à ne pas boire pendant tout le mois de janvier, place au Januhairy, un challenge au poil qui s'inscrit dans le mouvement "body positivisme". Lancé par l'étudiante de 21 ans Laura Jackson, celui-ci invite les femmes à ne pas s'épiler pendant un mois et à laisser leurs poils faire leur life comme bon leur semble.

Voir cette publication sur Instagram

Hi I’m Laura, the gal behind Januhairy! I thought I would write a little about my experiences and how Januhairy came about... I grew out my body hair for a performance as part of my drama degree in May 2018. There had been some parts that were challenging for me, and others that really opened my eyes to the taboo of body hair on a woman. After a few weeks of getting used to it, I started to like my natural hair. I also started to like the lack of uncomfortable episodes of shaving. Though I felt liberated and more confident in myself, some people around me didn’t understand why I didn’t shave/didn’t agree with it. I realised that there is still so much more for us to do to be able to accept one another fully and truly. Then I thought of Januhairy and thought I would try it out. It’s a start at least . . . I have had a lot of support from my friends and family! Even though I had to explain why I was doing it to a lot of them which was surprising, and again, the reason why this is important to do! When I first started growing my body hair my mum asked me “Is it you just being lazy or are you trying to prove a point?” . . . why should we be called lazy if we don’t want to shave? And why do we have to be proving a point? After talking to her about it and helping her understand, she saw how weird it was that she asked those questions. If we do something/see the same things, over and over again it becomes normal. She is now going to join in with Januhairy and grow out her own body hair which is a big challenge for her as well as many women who are getting involved. Of course a good challenge! This isn’t an angry campaign for people who don’t see how normal body hair is, but more an empowering project for everyone to understand more about their views on themselves and others. This picture was taken a few months ago. Now I am joining in with Januhairy, starting the growing process again along with the other wonderful women who have signed up! Progress pictures/descriptions from our gals will be posted throughout the month. Lets get hairy ???? #januhairy #bodygossip #bodyhairmovement #happyandhairy #loveyourbody #thenaturalrevolution #natural #hairywomen #womanpowe

Une publication partagée par Januhairy (@janu_hairy) le

Sur son compte Instagram, la jeune femme a expliqué sa démarche par le biais d'un long message. C'est d'abord dans le cadre d'une performance pour ses études de théâtre que l'étudiante s'est laissée pousser les poils... et qu'elle y a pris goût : "Certains aspects ont été difficiles à gérer pour moi, alors que d’autres m’ont vraiment ouvert les yeux sur le tabou qui règne à propos des poils des femmes. Après quelques semaines, je m’y suis habituée et j’ai commencé à aimer mes poils et à apprécier de ne pas avoir à les épiler régulièrement. Je me suis sentie libérée et j’ai eu davantage confiance en moi" a-t-elle écrit. 

Une décision que beaucoup n'ont pas compris, à commencer par sa mère qui s'est demandée si tout ça n'était pas lié à une certaine forme de paresse : "Quand j’ai commencé à laisser pousser mes poils, ma mère m’a demandé : 'Es-tu juste paresseuse ou tentes-tu de prouver quelque chose ?' Pourquoi devrait-on être considérées paresseuses quand on ne s’épile pas ? Et pourquoi voudrait-on prouver quoi que ce soit ? Après en avoir discuté avec elle en l'aidant à comprendre, elle a réalisé à quel point c’était bizarre de me poser ces questions" a-t-elle conclu. Un message et une démarche qui continuent de diviser la toile, moqué et sévèrement critiqué par les uns, célébré et encouragé par les autres. Une chose est sûre, de nombreuses femmes ont pris par au Januhairy, n'hésitant pas à photographier leurs jambes et leurs aisselles poilues sur Instagram. Alors, on le tente ce Januhairy ?

Source : Shoko/dailymail.co.uk - Crédit : Instagram @Januhairy