S'inscrire
tracking
L'histoire de la mode

Jeremy Scott nommé chez Moschino, l'histoire du créateur extravagant

Publié par
Sarah Attalaoui
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 2 min
No thumbnail

La pop culture aura trouvé son successeur en la personne de Jeremy Scott, nommé cette semaine chez Moschino, le créateur de tous les clichés et extravagances. Retour sur son parcours

Rares sont les créateurs américains à laisser une empreinte si intense au sein du monde de la mode. Confronté au minimalisme dark d'Alexander Wang, à l'élégance du duo Proenza Schouler ou encore à la justesse de Thakoon, Jeremy Scott a dû trouver sa place pour enrichir la mode américaine. Depuis 1997, date à laquelle il crée sa marque en nom propre, Jeremy Scott est devenu le chouchou des stars, on lui doit notamment les tenues du clip mythique Toxic de Britney Spears, et autres modeuses en quête de message. En effet, Jeremy Scott tire sa force d'une connaissance profonde de la pop culture passé et actuelle, la détournant sans cesse pour créer des pièces pop et sans limites. Less is more serait la règle à ne pas suivre pour lui. Dans son univers qui ne laisse pas place à la morosité, Jeremy Scott, nommé depuis lundi à la tête de la griffe italienne Moschino, réinvente les images qui nous assomment au quotidien. Mais quel le parcours de ce créateur qui nous ravie ?

C'est au sein de la Pratt University de Brooklyn que Jeremy Scott expérimente son talent, confronté alors à une mode de la rue et aux principes classiques de la mode. Cette ambivalence, cette contradiction seront les mots d'ordre de Jeremy Scott qui n'est alors âgé que de 21 ans à ses débuts. Une fougue et une jeunesse qui lui permettent de remporter la bourse de l’Association Nationale pour le Développement des Arts de la Mode qui l'aidera à financer sa première collection. Bien que sa culture soit américaine et le fondement de ses pièces basé sur la USA pop culture, c'est à Paris que Jeremy Scott décide de s'installer. Là où l'anti-fashion avait laissé un vent froid et minimal, Jeremy Scott se joue des 90's en prônant une mode qui se moque d'elle-même. Non loin de ressembler à des pièces de performance, les créations de Jeremy Scott respirent l'anticonformisme et la dérision. A son image, en somme. Ses motifs s'inspirent des clichés américains tels que la dollar, les sodas ou encore la célèbre souris Mickey Mouse.

En 2006, son défilé à la Fashion Week de New York le place comme un créateur que l'on aime ou que l'on déteste tant sa capacité à oser est sans limites. Peu de créateurs remettent en cause les fondements du patriotisme américain en se jouant des codes via des motifs délirants et des couleurs saturées. Sa collaboration déjantée avec Adidas, dont les débuts remontent à 2009, sera le point de départ de son assise dans le monde de la mode en tant que créateur-artiste. Une nuance importante qui prouve toute la complexité et la démesure de Jeremy Scott, auteur des sneakers tête de Mickey ou les Adidas rose Ourson. Il collabore également avec Swatch, créant des montres originales et collector en revisitant la simplicité. Pourtant on se souvient plus de sa collaboration avec Longchamp qui avait donné un coup de jeune furieusement fun à des pièces de maroquinerie classiques. Pour Habillé(e)s Pour l'Hiver 2013/2014 par Mademoiselle Agnès et Loïc Prigent, Jeremy Scott signe un portrait délirant en livrant ses 5 règles de survie pendant la Fashion Week. La démesure, la dérision, la pop culture et l'amour de la couleur sont autant de parties intégrantes de la personnalité de Jeremy Scott qui donne de la vie et de l'humour à une mode que l'on chérit.

À lire aussi
L'Wren Scott, l'histoire d'une styliste rock'n'roll et chic qui inspirait les stars
À lire aussi
ASOS, l'histoire de l'e-shop qui a révolutionné le shopping
À lire aussi
Coca-Cola light x Chantal Thomass en 2014, retour sur l'histoire de la reine de la lingerie
À lire aussi
H&M sort sa collection avec Isabel Marant, histoire du géant mode suédois
À lire aussi
American Apparel sort Period Power, histoire des dérapages de la marque américaine
À lire aussi
Doudounes Canada Goose, l'histoire de la doudoune chic canadienne
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Jeremy Scott nommé chez Moschino, l'histoire du créateur extravagant
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible