John Galliano ou l'histoire d'un styliste excentrique

par
John Galliano et son look inimitable

Alors qu'on le pensait doucement revenu par le biais d'Oscar de la Renta, John Galliano frappe encore, "déguisé" en juif à New York. Une polémique qui nous fait revenir sur le parcours de l'un des enfants terribles de la mode

Certains noms de la mode sont lourd de sens comme celui de John Galliano depuis 2011. Alors que le créateur fétiche des années 2000 semblait avoir calmé ses vieux démons, depuis l'histoire de ses propos déplacés concernant la communauté juive en 2011, voilà que le scandale frappe de nouveau. Tout se passe à New York durant la Fashion Week où John Galliano est apparu vêtu de façon tendancieuse. Cheveux roulés sur les côtés, chapeau noir, veste noire, font beaucoup penser aux pièces que portaient les juifs orthodoxes que John Galliano critiquait ouvertement en 2011. La presse et la communauté juive ont vu en cela un affront supplémentaire du créateur qui semblait pourtant avoir sorti la tête de l'eau depuis son renvoi de chez Dior. Oscar de la Renta a même fait participer John Galliano à son défilé automne-hiver 2013/2014 afin que l'enfant terrible de la mode anglaise revienne dans les formes. Une tentative artistique risquée qui nous fait revenir aujourd'hui sur le parcours haut en couleur de John Galliano, dont l'apport au monde de la mode est sans limites. Pour comprendre qui est John Galliano il nous faut remonter à son enfance dans la banlieue de Londres où le créateur vécut dans un milieu modeste mais cosmopolite. Ce foisonnement culturel, l'amour des vêtements de sa mère conduiront John Galliano à entrer, pour 3 ans, à la très prestigieuse Central Saint Martins de Londres qui le verra diplômé en 1984. Dès lors, John Galliano va connaître une ascension fulgurante grâce à des collections remarquées comme sa collection de fin d'études qui reprend les codes de la Révolution Française réinterprétés par les vêtements.

Théâtralité, foisonnement de tissus et couleurs s'imposent alors comme la signature de ce jeune créateur prometteur. 1984 marque l'année du lancement de sa griffe en propre dont les investissements peinent à arriver car John Galliano semble trop extrême pour convenir au monde du prêt-à-porter. Un manque de mesure qui va devenir, au fil des collections, sa marque de fabrique faisant de lui un designer de mode à part oscillant entre la dimension de costume et la technicité d'un styliste contemporain; à la manière de sa consœur britannique Vivienne Westwood. Malgré le manque de soutiens financiers, John Galliano parvient à convaincre ses pairs de son talent et obtient, seulement 3 ans après son diplôme, le prix du Créateur britannique de l'année. Une distinction honorable qui mène John Gallaino à voir plus grand pour sa création inventive et à présenter sa première collection parisienne en 1990. Le style et les coupes de John Galliano surprennent, pourtant le public français qui, malgré l'intégration et le succès de designer excentriques comme Jean-Paul Gaultier, reste chétif à l'idée d'être bousculé. En effet, John Galliano ne fait pas que parer les corps de belles pièces, ils les animent avec des costumes qu'il transpose dans la réalité pour en faire du prêt-à-porter. Un tour de main remarquable qui lui vaut les faveurs et l'admiration de personnalité incontournables comme Madonna. Cet engouement pour une mode plus libre et foisonnante va permettre à John Galliano d'être repéré par Bernard Arnault, à la tête du groupe LVMH, qui le nomme directeur de la création du prêt-à-porter et de la Haute Couture chez Givenchy en 1995.

Mais c'est chez Dior que John Galliano va révolutionner notre façon de voir la mode, en étant nommé en 1996 directeur de la création du prêt-à-porter féminin et de la Haute Couture. L'ère de John Galliano est en marche et permet à la mode de s'ouvrir à des thèmes et expériences où le vêtement devient un prétexte à une création globalisée. Tout comme Alexander McQueen, John Galliano met en scène ses pièces, ses inspirations mais également son savoir-faire avec des défilés mais aussi des shootings qui ne laissent personne indifférent. Chez Dior, John Galliano joue de son amour pour la mode historique et des codes classiques de la maison Dior qu'il mixe avec allégresse et passion à sa créativité bestiale qui puise ses sources dans le multiculturalisme. Des notions et valeurs qui lui valent d'être qualifié de génie par les autres créateurs que son culot, sa liberté et son talent impressionnent. Véritable icône de la mode, John Galliano a su marquer les esprits grâce à un style sans faille mais aussi avec des collections inoubliables tant elles sont osées mais justes. On pense notamment à la collection et au défilé Clochards où le créateur s'est attelé à rendre un profond hommage à « l'ingéniosité que déploient les déshérités pour se vêtir ». Une collection qui a fait scandale mais qui renvoit aux sources d'inspirations de John Galliano qui comprennent notamment la misère des banlieues londoniennes. Dès lors, le créateur devient un personnage envié tant pour son talent de couturier que pour son look de dandy, où l'imprimé et la couleur font rage. Sur les pas de Tom Ford et Carine Roitfeld, John Gallaino devient l'instigateur du mouvement porno-chic qui eut son heure de gloire dans les magazines, shooting et défilés pendant plusieurs années.

Une vision extrême, outrancière et irrévérencieuse qui atteint son paroxysme 2005, pour le printemps-été 2006, quand Galliano fait défiler tous types de physiques faisant un pied de nez au dictat de la mode qui impose des corps parfaits mais similaires. Étant sans cesse dans la recherche de nouveautés, de formes, de sensibilités nouvelles, John Galliano met en avant des personnes fortes, petites, grandes, naines, vieilles ou juste peu jolies en déclarant "tout le monde est beau". Des paroles qui ressortiront en 2011 à la suite de cette fâcheuse affaire où John Galliano a tenu des propos antisémites qui lui ont valu son renvoi de chez Dior. Malgré tout, le créateur dont l'excentricité nous semblait si juste a pu présenter sa dernière collection qui valsait entre douceur, candeur, classicisme avec une désinvolture maîtrisée qui font tout le charme et la grandeur des créations de John Galliano. Le dandy, qui a discrètement aidé Oscar de la Renta sur sa dernière collection, semble vouloir revenir doucement dans le monde de la mode grâce notamment à une nomination dans une école de mode. En effet, on murmure que John Gallaino pourrait enseigner à la Parsons School de New York. Une nouvelle étonnante qui nous fait nous demander si la carrière de John Galliano ne serait pas en train de prendre le virage de la raison ? Même si le monde de la mode fut secoué par ses propos, jamais personne ne pourra remettre en cause l'influence de son travail sur le monde de la mode. Extravagance, irrévérence, vêtements furieusement outranciers, justesse des coupes et iconoclasme caractérisent toutes les qualités artistiques que John Galliano a su apporter au monde contemporain de la mode, qu'il a su façonner avec fantaisie et beauté.

John Galliano ou l'histoire d'un styliste excentrique - photo
John Galliano ou l'histoire d'un styliste excentrique - photo
John Galliano ou l'histoire d'un styliste excentrique - photo
John Galliano ou l'histoire d'un styliste excentrique - photo
John Galliano ou l'histoire d'un styliste excentrique - photo
Source : dior.com - Crédit : X

7 commentaires
  • malgré c'est débordement il reste un génie en matière de mode avec karl lagerfeld
  • Il veut se racheter au près des juifs !
  • Super intéressant
  • La video qui incrimine JOHN GALLIANO version GAN GNAM STYLE http://www.yo utube.com/watch?v=ep bxs8GL3aY ENJOY
  • www.savegalliano.com jeu Genial qui mérite de Buzzer !!!