L'histoire de la mode : John Galliano chez Maison Margiela, retour sur les collections Haute Couture

par

Bousculade dans le monde dans la mode avec le retour fracassant de John Galliano chez Maison Martin Margiela Haute Couture. La maison ayant obtenu le label Haute Couture, nous revenons sur les collections avant l’arrivée à sa tête de l’un des enfants terribles de la mode

Nous n’avions pas fait l’impasse sur le caractère tumultueux et l’immense talent de John Galliano lorsque nous vous racontions son histoire; ce n’est donc pas maintenant qu’il est à la tête de la création Maison Martin Margiela Haute Couture que nous allons commencer. D’ailleurs pour être extrêmement justes, il faut souligner qu’à l’instar de la maison Yves Saint Laurent, Maison Martin Margiela se passe désormais du prénom de son créateur pour devenir Maison Margiela. Énième envie de prouver son minimalisme ou l’envie de marquer le retour de John Galliano dans le monde de la mode, Maison Margiela surprend de nouveau. Lorsque nous découvrons la création du designer belge en 1988, nul ne présageait d’une part son départ de la maison éponyme en 2009 et d’autre part la création d’une ligne couture. Épurée, expérimentale, à la frontière de l’art, la création de Martin Margiela ne semble réagir qu'à un seul code : la recherche. Une recherche loin de la dimension dramatique et théâtrale des créations de John Galliano et pourtant Renzo Rosso le nomme à la tête du département couture pour un défilé en grande pompe, livré il y a quelques jours.

L'histoire de la mode : John Galliano chez Maison Margiela, retour sur les collections Haute Couture - photo

Pour comprendre les premières saisons de Maison Margiela au sein de la Haute Couture ainsi que la première de John Galliano en tant que directeur artistique, nous faisons l’expertise des collections. La signature particulière de Martin Margiela fut mise en pont entre les collections de prêt-à-porter et de Haute Couture lorsque nous découvrions avec émoi les cagoules sur la tête des mannequins défilant de façon militaire. Cette perte d’identité et volonté de pudeur, outre la place du blanc immaculé, des étiquettes nues et des influences artistiques, est l’une des plus grandes signatures de Martin Margiela depuis ses débuts. Marqué par une place de choix au sein du très prestigieux club des 6 d’Anvers, la création de Martin Margiela a cependant évolué. Certes nous ne devons pas de sa main les superbes collections Haute Couture mais l’esprit de recherche, de transversalité entre les disciplines artistiques et l’envie de ne donner aucunes limites de création, sont autant d’ingrédients retrouvés dans les collections Haute Couture.

L'histoire de la mode : John Galliano chez Maison Margiela, retour sur les collections Haute Couture - photo
L'histoire de la mode : John Galliano chez Maison Margiela, retour sur les collections Haute Couture - photo

Notifions qu’après avoir été Membre invité par la Chambre syndicale de la Haute Couture, Maison Margiela a pu recevoir l’appellation Haute Couture dès décembre 2012. Cette distinction importante place une fois de plus la création de la maison au sein de l’élite de la mode. Si la première collection pour l’automne-hiver 2012 reprenait le blanc chérit par Maison Margiela, surplombé de cagoules de cristaux, l’introduction de la couleur, des motifs et des tissus quasi traditionnels d’autres pays font leur grande entrée dans la création Haute Couture. Frapper un grand coup, tel fut le message créatif livré avant que la collection du printemps-été 2013 ne vienne confirmer la place méritée de Maison Margiela en Haute Couture. La masculin-féminin se mêle toujours et prend forme dans des matériaux inattendus comme la toile cirée, ici déclinée dans les accessoires ainsi qu’en pièces dites classiques comme le pantalon boyfriend. Pourtant, d’autres matières plus communes comme le taffetas viennent chatouiller la collection comme l’on s’en souvient avec ce manteau bleu layette dont la finition en maxi fleurs cousues donnait une touche de romantisme, peu habituelle aux collections de Maison Margiela.

L'histoire de la mode : John Galliano chez Maison Margiela, retour sur les collections Haute Couture - photo
L'histoire de la mode : John Galliano chez Maison Margiela, retour sur les collections Haute Couture - photo

La saison suivante, l’art s’invitait de nouveau dans le cœur de Maison Margiela avec des grands pans de toiles de maître apposés sur de larges manteaux oversize lorsqu’au contraire des coiffes influencées par l’Egypte antique se paraient d’une double peau plus moderne en cristaux. Le modèle qui nous mis la puce à l’oreille reste cependant la robe bustier noire en satin, agrémentée de gants faits de larges yeux semblant tout droit sortis d’un tableau de Dali. Si elle nous fait penser à la collection WomanRay de Jean-Charles de Castelbajac, le voyage artistique de Maison Margiela ratissait plus large en termes de chronologie et de style. L’automne-hiver 2014 s’est vu plus doux, plus proche du prêt-à-porter, contradiction retrouvée également dans la collection H&M x Maison Martin Margiela. La cagoule se dévoile, elle s’habille tel un bibi dont le plumetis vient remplacer le maquillage. Le pois reprend ses droits et s’invite également sur la jupe tube transparente mais cette-fois en maxi format, laissant en transparence un body fait de d’un tissu lourd et japonisant.

L'histoire de la mode : John Galliano chez Maison Margiela, retour sur les collections Haute Couture - photo

La juxtaposition du léger et du lourd, la bataille du transparent et de l’opaque règnent sur cette collection qui ne laissait en rien présager la trace de John Galliano, une saison plus tard. Le maître des cérémonies religieuses et irrévérencieuses, la star du drama mode et figure incontournable de la mode costume des années 90 était de retour en prenant les commandes de l’une des maisons les plus confidentielles et impénétrables. L’angoisse d’une confrontation trop forte entre la rêverie stylistique de Galliano et l'épuré chic et artistique de Margiela, fut rapidement dissipée lorsque nous avons vu apparaître le premier modèle. Influence directe de son enseignement londonien avec des contemporains tels qu’Alexander McQueen, la création de Galliano pour Maison Margiela mêlait gravité, insouciance et rapport à l’art. L’introduction de matériaux du quotidien, les volumes n’étant pas uniquement faits par des plis de tissus lourds, l’audace de faire vivre contemporain et classicisme, tels étaient les repères de cette collection applaudie de tous. Faire vivre un génie exubérant à travers la maison d’un génie discret et révolutionnaire est le pari mode réussi de Maison Margiela Haute Couture en 2015.