Authentique, sauvage, extrême... l'Islande est la destination qui te fera voir le monde (et le tourisme) autrement 

par

Le fantasme de tout voyageur aux frontières de l'Europe

L'Islande. A l'évocation du nom, certains pensent sûrement au froid, d'autres aux peuples Vikings, peut-être même au foot et au rugby mais s'il y a bien une notion que tout le monde a à l'esprit, c'est celle de nature et de pureté. A près de 2500 kilomètres de la France, non loin du continent blanc, l'Islande est un pays qui, aujourd'hui peut-être plus que jamais, fascine les touristes du monde entier.

Il faut dire que l'éruption du volcan Eyjafjöll au printemps 2010 a largement participé au (récent) engouement pour l'Islande, une date charnière pour le pays qui était jusqu'alors resté relativement discret - pour ne pas dire confidentiel. Avec plus de deux millions de touristes étrangers chaque année, l'Islande est en passe de devenir le nouvel eldorado des baroudeurs (merci Instagram) en quête d'aventure : la rédac' de Shoko y a donc mis les pieds pour percer les secrets de cette terre de feu et de glace.

aurore boreale,northern light,islande
Jonatan Pie via Unsplash
Un héritage riche

Si l'histoire de la conquête de l'Islande par les Vikings au IXème siècle est fascinante, le pays a encore plus de choses à raconter sur sa création. Île d'origine volcanique, l'Islande s'est formée il y a 15 millions d'années par le mouvement de plaques tectoniques et aujourd'hui encore, cet héritage géologique continue de se manifester.

Outre l'activité sismique et volcanique toujours dynamique en Islande (des mini séismes imperceptibles ont lieu tous les jours, et la dernière éruption de lave était en 2014 !), bien d'autres éléments attestent de ce capital, comme les bains bouillonnant aux effluves de souffre qui laissent parfois exploser un geyser, des cratères submergés par plusieurs milliers d'années de précipitations, les lagons sur lesquels flottent des débris de glaciers azur ou encore des canyons érodés par le passage de cascades majestueuses.

Visiter l'Islande, c'est donc aussi revoir sa géographie, s'émerveiller devant les prouesses de la Terre - et prendre conscience que la beauté de ces paysages est aujourd'hui menacée par l'activité humaine - qui se passe le plus souvent à des milliers de kilomètres de là...

cascade,islande
v2osk via Unsplash
Un pays en avance sur les autres

A bien des niveaux, l'Islande peut se targuer d'être en avance sur ses voisins : on dit notamment que c'est le champion de l'égalité hommes-femmes et de la parité dans les hautes instances de l'Etat ! Mais rien qu'au niveau environnemental, l'Islande se démarque des autres puisque le pays place l'écologie au cœur de son discours depuis plusieurs années déjà. La préservation de l'environnement et de ces écosystèmes fabuleux est en effet un projet cher au peuple islandais : comment ne pas chérir sa terre quand elle offre un spectacle si rare et beau, qu'elle permet de chauffer à moindre prix sa population, et d'assouvir sa soif avec l'une des eaux les plus pures au monde ?

Parmi les initiatives de l'office du tourisme d'Islande, on pense notamment au serment islandais, une opération digitale (puis matérialisée à l'aéroport de Keflavik) qui invite les voyageurs à s'engager à respecter la nature : « Je promets d'être un touriste responsable. Lorsque je découvrirai de nouveaux lieux, je les quitterai tels que je les ai trouvés... ». Avec plus de 74 000 signatures, le serment islandais donne le ton !

Plus récemment, c'est l'initiative Kranavatn qui a vu le jour en Islande ; une campagne de communication en faveur de l'eau du robinet visant à réduire la consommation de bouteilles en plastique. Et il faut croire que les touristes ont été réceptifs au message, puisque le sol islandais est d'une rare propreté en dépit du peu de poubelles postées sur les lieux d'intérêt !

glacier,lagon,islande,jokulsarlon
rolf gelpke via Unsplash
Des écosystèmes précieux

Protéger ses écosystèmes s'impose ainsi comme l'une des initiatives les plus capitales en Islande - il faut dire que l'île offre un vivier inestimable en matière de faune et de flore. D'ailleurs, c'est à se demander si l'Iceland et le Greenland n'ont pas interverti leurs noms au cours de l'histoire, car l'île européenne n'est pas la terre stérile que son nom laisse imaginer !

Bien que ses sols soient majoritairement constitués de traînées de lave millénaires et de roches volcaniques, l'Islande possède une flore rare, ou tout du moins en possédait une. Car si aujourd'hui, la flore islandaise se limite à de la mousse, du lichen, quelques arbres et arbustes de type toundra, le paysage était bien plus verdoyant avant l'invasion Viking : un quart du territoire se composait de forêt de sapins et bouleaux, abattus au IXème siècle pour faire face aux rudes conditions de vie de l'époque. Aujourd'hui, c'est davantage la mousse qui attire l'oeil : une mousse épaisse et étonnante qui recouvre habilement les terrains accidentés de roches, mais dont la conservation est malheureusement menacée par le passage des nombreux touristes.

islande,plaine
Simon Matzinger via Unsplash

Côté faune, si celle-ci est quasi inexistante sur la terre (le renard arctique est le seul mammifère sur le continent !), elle est en revanche riche dans les eaux bordant l'île. Des lagons glacés abritant des phoques par milliers en passant par les falaises où nichent les macareux, l'emblème du pays, l'Islande peut se prévaloir de sa faune rare et précieuse. Mais qu'en restera-t-il dans quelques années, lorsque le changement climatique aura fait fondre toutes les glaces et que le réchauffement de l'atmosphère aura bouleversé le comportement migratoire des oiseaux ?

islande,macareux,puffin,oiseau
Nicholas Kampouris via Unsplash

Parce l'avenir de ces populations est plus qu'incertain, de nombreux organismes proposent aujourd'hui de partir à la découverte des mammifères marins et tenter sa chance dans l'observation des baleines à bosse, des dauphins ou des rorquals. Avec Elding Whale Watching, l'expérience est mémorable, même si elle n'offre aucune garantie de voir des spécimens (« Nous n'utilisons pas de sonars, et nous n'avons pas les baleines sur Whatsapp ! », avertit l'animateur à bord du bateau en début d'excursion.) Mais équipé de sa combinaison de protection (facultative mais bien utile !) et apaisé d'un petit cachet mal de mer gentiment offert par l'équipage, l'expérience se déroule dans les meilleures conditions. Les 20 ans d'expérience de l'organisme, et les petits yeux attentifs des passagers, permettent de repérer le moindre mouvement à l'horizon - le dos d'un dauphin avide de poissons, la queue d'un rorqual ou le jet d'eau d'une baleine qui reprend sa respiration.

Et si l'observation de la faune est contraire aux valeurs de certains, les aurores boréales trouveront peut-être plus facilement leur public, visibles (ou pas) à l'occasion d'excursions organisées ou lors d'une nuit à contempler la voie lactée.

baleine,islande,cetace
Ferdinand Stöhr via Unsplash
Un pays d'extrêmes

La nature islandaise est belle, mais il ne fait aucun doute que la terre de glace sait aussi se montrer rude. Si tous s'accordent à dire que l'Islande est constante : il y fait une moyenne de 5°C toute l'année (jusqu'à 13°C en août et -3°C en hiver), tout sur l'île évoque des conditions difficiles pour ne pas dire extrêmes.

Les cascades gigantesques qui s'échouent au fond d'un canyon dans un épais nuage d'embruns ; les vagues déchaînées qui s'éclatent contre les rochers, les vents violents qui déportent les véhiculent sur la chaussée, les falaises abruptes qui s'émiettent dangereusement, les volcans qui menacent à tout moment de répandre leurs traînées de magma, les plaines aux hautes herbes couchées par les vents, les déserts de cailloux à perte de vue...

Ici, la nature n'a pas de pitié et personne ne peut anticiper ses caprices - les tempêtes qui s'abattent ou la terre qui se met à trembler. Un proverbe local dit d'ailleurs « si tu n'aimes pas le temps qu'il fait maintenant, attends juste cinq minutes. », preuve que l'Islande est imprévisible. Car qui sait : après la pluie, les arcs-en-ciel seront sûrement de sortie et lorsque le vent aura chassé les nuages, le ciel laissera entrevoir les fabuleuses lumières du Nord...

falaise,mer,ocean,islande
Martin Jernberg via Unsplash
Le tourisme, entre opportunités et désir de préservation

La dureté et l'authenticité de l'Islande sont, en dépit de tout, ce qui attire et séduit les touristes du monde entier. Entre 2000 et 2019, leur nombre a été multiplié par 8 (8 !) sur le territoire, faisant du tourisme le secteur le plus porteur de l'économie islandaise aujourd'hui. Américains, européens, scandinaves, asiatiques... aux quatre coins du globe, les voyageurs rêvent de l'Islande et de ses paysages à couper le souffle, et beaucoup sont prêts à économiser durant de longs mois pour s'offrir le voyage tant convoité.

Pour répondre au nombre grandissant de visiteurs, le pays s'est plié en quatre, quitte parfois à « dénaturer » ses lieux d'intérêt pour mieux les protéger. Tapis de mousse piétinés et dégarnis, sentiers dessinés au fil des passages, lagons géothermiques gratifiés de pièces de monnaie... l'affluence sur le sol islandais a définitivement déconcerté les autorités, qui n'ont eu d'autre choix que de créer des infrastructures pour encadrer les visiteurs - un escalier métallique pour accéder au sommet de la cascade Skógafoss, une plateforme en bois pour se baigner dans la rivière Reykjadalur, des clôtures pour limiter l'accès aux geysers ou au canyon « de Justin Bieber » ou encore un système de navette pour accéder à la carcasse de l'avion DC3.

Selon le rapport du Icelandic Tourist Board de 2018, 78% des personnes interrogées déclaraient trouver la pression des touristes trop importante sur la nature islandaise, et ils étaient 39% à penser que les touristes limitent l'accès de la population locale aux services. L'Islande, victime de son succès dans tous les sens du terme ? Oui et non car si le secteur a explosé et que les structures se sont adaptées aux ̶b̶e̶s̶o̶i̶n̶s̶ ̶d̶e̶s̶ ̶t̶o̶u̶r̶i̶s̶t̶e̶s̶ nécessités des écosystèmes, l'Islande conserve largement de son authenticité et de sa « confidentialité » en comparaison avec d'autres pays développés.

coline,montagne,volcan,islande
Alexander Milo via Unsplash
Un lieu pour voyager autrement

Toujours d'après le rapport islandais, 81% des visiteurs interrogés sur la raison de leur venue en Islande déclaraient en 2018 vouloir « essayer quelque chose de nouveau ». Et sans aucun doute, la terre de glace est la destination idéale pour des expériences et aventures nouvelles ! À seulement 3h de vol de la France avec Icelandair (la seule compagnie à desservir quotidiennement Reykjavik sans escale depuis Paris), l'Islande est à portée de main, et à portée de porte-monnaie puisqu'il est possible de s'y rendre pour moins de 200€ aller-retour (hors saison) en Economy Light - sans bagage en soute, mais avec un écran par siège et pléthore de nouveautés ciné à disposition !

Bien que la plupart des touristes privilégient les hébergements de type hôtel, chambre d'hôtes, auberge de jeunesse, cottage ou logement privé, l'Islande se prête particulièrement bien aux séjours itinérants en van/camping-car. Dormir sous les étoiles, sortir des sentiers battus, vivre à son propre rythme, regarder les paysages défiler devant ses yeux sont autant de bonnes raisons d'opter pour un roadtrip islandais. À destination singulière, voyage hors-norme, quelle meilleure manière de s'imprégner d'un pays et d'une culture que de ne faire qu'un avec ?

islande,road trip,4x4
Tim Trad via Unsplash
Informations pratiques
Source : Shoko - Crédit : Simon Matzinger via Unsplash, Chris Ried via Unsplash, Jonatan Pie via Unsplash, Tim Trad via Unsplash, v2osk via Unsplash, Alexander Milo via Unsplash, Martin Jernberg via Unsplash, rolf gelpke via Unsplash, Ferdinand Stöhr via Unsplash, Nicholas Kampouris via Unsplash