La culture du screenshot a-t-elle tué nos relations ?

par

La magie des screenshots ! En trois secondes, votre conversation privée devient une histoire publique . Même cas avec les screenshots de photos. Ces partages à outrance ont-t-il tué nos relations ? Sommes nous beaucoup plus puérils ?

‘’Il est sérieux lui ??’’ *scratch scratch* - capture d’écran - partager avec - envoyé. ‘’T’as vu ce qu’il m’a envoyé ?’’, ‘’Ouais c’est bizarre’’, ''Je pense pas qu'il dise ça en mal'', ''C'est plutôt sec''. Voilà comment un échange entre deux personnes s’est transformé en sommet du G7 entre vos copines et vous. C’est désormais la cohue entre celles qui votent pour le bûcher et les plus pragmatiques qui invoquent le droit au doute. Vous officiez alors en présidente de cette assemblée virtuelle. La situation est présentée avec ironie, elle est pourtant devenue courante chez la plupart d’entre nous ! Si Instagram a lancé les notifications de screenshots, ce n'est pas le cas de bon nombre d'applications nous laissant donc le loisir de screener à tout va !

La culture du screenshot a-t-elle tué nos relations ? - photo

Désormais, on demande souvent conseil à nos amis en joignant les échanges de conversation bruts (ou parfois en coupant les passages gênants pour nous) pour étayer nos dires. C’est que chaque virgule, ou son absence, peut changer l’interprétation. Pourtant plusieurs problèmes se posent avec ce partage instantané de nos conversations privées avec notre cercle à commencer la confidentialité.

En effet, à partager à torts et à travers des captures d'écrans de messages, on prend le risque de faire entrer nos amis dans notre relation, ce qui n’est pas toujours une bonne idée Même chose pour les screenshots de photos reçues ou vues sur les réseaux sociaux. Que cela soit dans le but de flamber devant vos amis, se moquer ou d'avoir un avis objectif, il est également devenu normal de partager la photo d’autrui indépendamment de sa connaissance.

Et puis vous imaginez bien que si vous partagez vos échanges et photos avec vos amis, la personne concernée doit sûrement en faire de même avec les siens. Avec ces partages instantanés, il est affolant de s’apercevoir à quel point nous connaissons parfois une personne à travers des pixels, des bribes de conversations enregistrées dans notre téléphone.

La culture du screenshot a-t-elle tué nos relations ? - photo

La question peut se poser de savoir si ces comportements ne nous ont pas rendu puérils quant à la manière de considérer l’autre. À titre personnel, je me souviens d’une amie ayant entamé une relation amoureuse. De leur rencontre inopinée à leur première nuit ratée (impuissance chronique) à l’alcoolisme de son père, je savais tout ! Lorsque cette personne devint réelle et non plus virtuelle lors d’une soirée, le cynisme vis à vis de lui s’était transformé en gêne. Soudain, j’avais de la peine pour ce jeune homme dont je savais tout mais qui ne savait rien de moi.

Le dialogue a toujours été la clé de bons rapports qu’ils soient amicaux, amoureux, familiaux ou professionnels. Pourquoi alors ne pas régler ses problèmes comme une grande en en parlant au principal intéressé ? Bien évidement le conseil avisé d’un ami est toujours le bienvenu, mais lorsque celui-ci devient systématique au point d’avoir une relation à trois (voire plus) cela peut s'avérer toxique à long terme.

La culture du screenshot a-t-elle tué nos relations ? - photo

Il y a une différence entre envoyer des screens de ses dates Tinder et partager tout son historique familiale. Car avec tous ces échanges de screenshots - qui parfois avouons-le servent d’exutoire pour déverser sa colère ou se moquer - nous perdons quelque chose d’essentiel : le naturel. Le naturel et la confiance qui composent le sel de toute relation saine.Prenons donc le temps avant de faire un screenshot du dernier message envoyé ou post Instagram d'autrui.