La pollution de l'air foutrait le gros bordel dans nos règles selon cette récente étude

par

Une nouvelle conséquence de la pollution atmosphérique.

Problèmes respiratoires, maladies cardiovasculaires, mortalité, les conséquences de la pollution atmosphérique sont désastreuses pour la santé et hélas, d'ici quelques années, la situation devrait gravement empirer. Dernièrement, une étude montrait à quel point le réchauffement climatique pouvait impacter la durée de grossesse des femmes enceintes, mais aussi leur accouchement. Mais il semblerait que les conséquences de la pollution de l'air sur les hormones féminines ne s'arrêtent pas là...

Une récente étude publiée dans la revue Environmental Pollution s'est intéressée aux effets de la pollution atmosphérique sur le cycle menstruel. Chercheur à l'Inserm, Rémy Slama a en effet déjà constaté que « des éléments suggérant que le délai pour concevoir s'allongerait chez les couples en milieux pollués ». Pour mener à bien leur expérience, les scientifiques ont fait appel à 184 participantes qui ne prenaient aucune contraception, afin d'étudier leurs cycles naturels.

pollution ,usines
La pollution de l'air influencerait notre cycle menstruel 
Lien entre niveaux de pollution et décalages hormonaux

Celles-ci ont envoyé tous les jours ou tous les deux jours un échantillon d'urine aux chercheurs qui ont ensuite effectué des dosages hormonaux pour déterminer précisément la durée de chaque phase du cycle menstruel. Les niveaux de pollution - de particules (PM10) et de dioxyde d'azote - ont également été étudiés un mois avant le début du cycle. L'idée était d'analyser le lien entre la concentration de particules fines dans l'air et la durée de la phase du cycle avant l'ovulation.

Les scientifiques ont pu constater que les niveaux de pollution auxquels les participantes étaient exposées sur la période de 30 jours précédant leur cycle menstruel concordait avec certains décalages hormonaux : l'ovulation était ainsi décalée d'environ 1,6 jour par l'augmentation de la concentration en particules fines dans l'air et de 0,7 jour par celle du dioxyde d'azote.

cycle menstruel ,douleur
Le cycle menstruel perturbé par la pollution atmosphérique 
Des résultats à creuser

Pour faire simple, plus les niveaux de pollution étaient importants, plus la phase folliculaire (qui débute au premier jour des règles jusqu'à l'ovulation) durait. Par contre, les autres phases du cycle (l'ovulation et la phase lutéale) ne semblaient pas être impactées.

Pour les auteurs, ces résultats mériteraient d'être approfondis au cours d'une étude plus vaste afin de mesurer réellement l'impact de la pollution de l'air sur le cycle menstruel « mais le résultat est cohérent avec ce que l'on sait de l'effet de la pollution atmosphérique sur le système hormonal humain. Il est aussi cohérent avec des résultats chez les souris » assurent-ils. A suivre de près donc !

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @Cristian Newman, Unsplash @Alexander Tsang, Unsplash @Florian Olivo