Le porno chez les nanas, une pratique courante et libératrice

par

Le porno, un passe-temps 100% masculin ? Oh que non !

Comme la masturbation féminine, le porno chez les femmes reste une pratique souvent tabou, presque assimilée à un plaisir coupable. Si elle ne concerne pas TOUTES les femmes, elle fait bel et bien partie des activités auxquelles s'adonne une grande majorité d'entre elles. Pourtant, le porno reste, dans l'imaginaire collectif, un truc "de mecs". Serait-ce parce qu'il semble plus leur parler, s'attardant principalement sur leur plaisir et une représentation très masculine de la sexualité ? Serait-ce parce qu'il est associé à la masturbation et que celle-ci est encore très tabou chez les femmes ? Serait-ce parce que les mecs parlent de porno depuis l'adolescence, tandis que les meufs n'abordent parfois jamais le sujet avec leurs amis ? Probablement. Une chose est certaine : il fait désormais partie intégrante de la sexualité (parfois même d'une partie de l'éducation sexuelle) de notre génération

Le porno chez les nanas, une pratique courante et libératrice - photo
La culture porno accessible à tout âge et à tout le monde

Contrairement à nos parents qui devaient investir du temps et de l'argent pour consommer des films X (attendre une certaine tranche horaire le dimanche soir, au risque de se faire choper par leurs propres parents ou bien affronter le regard du vendeur de VHS), notre génération peut mater du porno en deux secondes. Il suffit d'avoir un ordi, une connexion et moteur de recherche qui fonctionne : bref, tout ado un tant soit peu équipé niveau technologie y a donc accès, sans aucune difficulté. Est-ce dangereux ? Est-ce grave ? Est-ce malsain ? Là n'est pas la question. En discutant avec nos amies, on s'aperçoit en effet bien vite que la première vidéo de cul est généralement visionnée au collège, quand le sexe commence à titiller la curiosité mais qu'on n'ose pas encore aborder le sujet franchement avec nos parents. 

Le porno, une pratique encore tabou chez les meufs ?

La différence, c'est qu'en tant que meuf, il est nettement plus difficile d'assumer. Chez les mecs, parler de sexe, de porno, de seins, de fesses, de pénis à la cour de récré est tout à fait normale. Au même titre que la masturbation est une pratique assumée chez la gent masculine. D'ailleurs, on imagine très peu d'hommes ne pas s'adonner à ce plaisir solo. Chez les nanas, la question est déjà plus tabou. Et vu que la masturbation est souvent associée au porno, tout se complique d'entrée de jeu. 

On assume oui, mais jusqu'où ?

Pourtant, même si certaines femmes ne sont pas franchement portées sur les films X, bon nombre d'entre elles aiment passer des moments en tête-à-tête avec ces machines à fantasme. Et là intervient un autre point. Dans une conversation entre nanas, certaines n'auront aucun mal à dire et à assumer qu'elles regardent et aiment le porno. La gêne viendra lorsqu'on leur demandera ce qu'elles aiment mater, ce qui les excite dans ce type d'images. Entre celles qui n'oseront pas dire qu'elles apprécient le côté brutal voire "dégradant" de certaines scènes comme l'éjaculation faciale (au risque de passer pour des traîtresses de leur sexe), celles qui n'assumeront pas leurs fantasmes "dérangeants" et celles qui auront peur de passer pour des coincées si elles avouent aimer les choses relativement classiques, le tabou concerne aussi et surtout nos fantasmes, c'est-à-dire la raison pour laquelle on regarde justement ces films porno. 

Le porno chez les nanas, une pratique courante et libératrice - photo

Finalement, la pratique chez l'homme reste moins délicate à aborder et donc à assumer car elle ne sort pas réellement du cadre du plaisir solitaire. Si chaque homme a des goûts et des fantasmes différents et entretient donc une relation bien personnelle avec ce que le porno lui propose, pour bon nombre de meufs, ce plaisir perso entre en corrélation avec d'autres questions. Suis-je sale si je le fais ? Suis-je coincée si je ne le fais pas ? Est-ce que le porno est vraiment adressé aux femmes ? Est-il dégradant pour nous ? D'ailleurs, au sein même de la gent féminine, il divise encore : tandis que certaines militent pour un porno plus "féministe", plus respectueux de l'image de la femme, d'autres partent du principe que le désir et les fantasmes ne sont pas l'apanage d'un sexe ou d'un genre, qu'un gang-bang peut aussi bien exciter un homme qu'une femme. Au fond, tant que la place, l'image et le droit des femmes dans la société seront encore sujets à controverse, le porno chez les femmes restera un sujet sensible. Bien que récréatif, distrayant, amusant, excitant, très libérateur et évidemment de plus en plus pratiqué ET assumé par les meufs !

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @Charles Deluvio, Giphy, Unsplah @Charles Deluvio