Le recyclage trop « féminin » et « trop gay », voilà l'excuse de certains hommes pour ne pas se préoccuper de la planète

par

Selon certains hommes, le recyclage menacerait leur virilité. 

La planète asphyxie mais certains préfèrent s'écharper au lieu d'agir. Si les détracteurs de Greta Thunberg pointent du doigt son jeune âge, supposant donc que l'urgence climatique ne concerne pas une adolescente, une récente étude américaine montre que pour certains hommes (sans doute les mêmes...), les comportements écolos sont davantage féminins et homosexuels. Publiée dans la revue Sex Roles en juin dernier, l'enquête a été menée en Pennsylvanie par une équipe de quatre scientifiques. Intitulée « Flexibilité et conformité de genre : les conséquences sociales de la participation à des comportements pro-environnementaux masculins et féminins », l'étude met en lien certains comportements éco-friendly (comme éteindre la clim, isoler ses fenêtres, payer ses factures en ligne, recycler ou encore utiliser des sacs réutilisables) et le genre mais aussi l'orientation sexuelle d'un individu.

Recyclage ,poubelles
Selon certains hommes, le recyclage menacerait leur prétendue virilité 

Au total, ce sont 960 participants qui ont été amenés à imaginer le genre d'un personnage fictif effectuant plusieurs tâches « écolo », puis d'évaluer son orientation sexuelle sur une échelle de 0 à 10 (allant de la stricte hétérosexualité à la stricte homosexualité). Résultat, les chercheurs ont montré que lorsque le personnage désigné adoptait un comportement éco-responsable, les sondés l'associaient au genre féminin. S'ils s'apercevaient qu'il s'agissait en réalité d'un homme, ceux-ci estimaient alors qu'il devait être homosexuel. Aberrant, mais c'est bien l'opinion de certains hommes hétérosexuels : l'écologie est avant tout l'affaire des femmes et des gays. Pire, elle remettrait en cause leur virilité. Des poubelles jaunes castratrices, fallait y penser effectivement...

via GIPHY

Comme le précise Janet K. Swim, à la tête de cette étude, l'idée qu'ils se font de la virilité et de la masculinité est telle que ces hommes-là en arriveraient même à se désintéresser des enjeux environnementaux pour ne pas passer pour des homosexuels. « Certaines personnes peuvent vouloir se désengager de certains comportements parce qu'ils appréhendent l'impression que cela donnera d'eux à leur entourage » explique-t-elle. Un constat assez effarant, d'autant que c'est majoritairement cette catégorie d'hommes hétérosexuels que l'on retrouve à la tête de grandes entreprises. Celles qui sont aujourd'hui pointées du doigt en raison de leurs pratiques et politique extrêmement néfastes pour la planète...

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @VanveenJF, Lionsgate Television