Le Self Help, le mouvement militant qui t'incite à explorer ton anatomie féminine

par

Empare-toi de ta sexualité en explorant ta propre anatomie féminine.

Le mouvement ne date pas d'hier mais s'inscrit parfaitement dans la libération de la sexualité féminine, aujourd'hui clairement et fièrement revendiquée à l'ère de #Metoo. Il s'agit du "Self Help", un mouvement militant auquel la journaliste et actuelle rédactrice en chef de Marie Claire digital, Clarence Edgard-Rosa, rend hommage dans son livre "Connais-toi toi-même, guide d'auto-exploration du sexe féminin" sorti le 9 mai dernier aux éditions La Musardine. La journaliste rappelle qu'une femme sur trois n'a jamais observé son propre sexe, tandis que 35% "n'ont jamais ne serait-ce qu'aperçu leur clitoris". Si cet organe oublié du plaisir est aujourd'hui célébré par les féministes, qui n'hésitent pas à le placarder aux murs façon street-art, à l'imposer de façon claire et non biaisée dans les manuels scolaires ou à lui consacrer des docus, il reste encore bien un mystère pour nombre d'entre nous. Et ça, c'est problématique.

via GIPHY

Pourquoi ? Comme l'explique la journaliste, savoir situer son clitoris, savoir comment il fonctionne, à quoi il sert et ressemble, c'est une façon d'embrasser sa féminité et de prendre le pouvoir sur sa propre sexualité. Né dans les années 70, le mouvement Self-Help (qui peut se traduire par "s'aider soi-même") a été insufflé par les féministes de l'époque qui vantaient les mérites des ateliers d'auto-exploration de l'anatomie féminine, des cours militants qui proposaient aux femmes de se familiariser avec la gynécologie. Pour ça, tous les moyens sont bons, même si le plus simple reste le bon vieux miroir et le spéculum.

via GIPHY

Ne pas explorer et découvrir son intimité, c'est cultiver une méconnaissance de son propre corps mais également un dégoût. Souviens-toi, dans un épisode de Sex and The City, Samantha conseillait à Charlotte de regarder son propre sexe mais cette dernière refusait catégoriquement, arguant qu'elle était persuadée que celui-ci était "laid". Et là se pose un paradoxe : comment prendre du plaisir avec un organe dont on ne connait rien (ou peu de choses) et que l'on dénigre ? Récupéré par les féministes des temps modernes, le self help permet "à de nombreuses femmes de s'approprier les savoirs gynécologiques et de s'autonomiser" écrit Clarence Edgard-Rosa. Et il serait temps !

Si ce n'est pas encore fait, on te conseille grandement d'aller à la découverte de ta propre intimité. Enjoy !

Source : Shoko - Crédit : Unsplash-Hanna Postova