S'inscrire
tracking
L'histoire de la mode

Le soutien-gorge, retour sur l'histoire du basique de notre lingerie

Publié par
Sarah Attalaoui
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 6 min
No thumbnail

La lingerie est aujourd'hui sophistiquée et le soutien-gorge en est la pièce maîtresse. Pourtant il n'a pas toujours été aussi travaillé. Pour mieux comprendre ce basique de notre lingerie, nous vous contons son exceptionnelle histoire

La femme n'a eu de cesse d'évoluer au cours des siècles et sa garde-robe n'a fait que se métamorphoser au point d'être dans une tendance, aujourd'hui, quasi outrancière. Parmi les pièces qui ont le plus évolué en parallèle de l'histoire de la femme, il y a le soutien-gorge qui, avant de devenir un objet de séduction à part entière, n'était autre qu'un dessous utilitaire. Son histoire commence sous l'Antiquité durant laquelle les femmes grecques portaient une sorte de bandeau servant à aplatir la poitrine afin de répondre aux goûts des hommes, préférant les corps androgynes ; nous sommes donc loin de son caractère moderne qui a plus tendance à mettre en avant la poitrine, dessinant ainsi la silhouette. Les romaines, quant à elles, portaient un strophium également sous forme de bandeau afin de maintenir la poitrine sans pour autant l'exacerber ; il faudra attendre le 16 ème siècle pour que le femme découvre des sous-vêtements avantageux, comme le corset. Tout comme la culotte, le soutien-gorge a traversé les sociétés et les époques en connaissant une mutation croissante vers l'épanouissement totale de la féminité. La date de création du soutien-gorge moderne est assez flou car ses formes au cours du Moyen-Age et de l'époque classique ont eu peu de témoignages mais son ancêtre le plus proche reste sans nul doute le corset dont les armatures avaient pour but de remonter la poitrine et de la souligner.

Il faudra cependant attendre le 20 ème siècle pour que le nom de soutien-gorge apparaisse dans le langage courant et notamment dans l'édition du Larousse de 1904. Une première tentative avait été effectué par une française lors de l'exposition universelle de 1900, avec un modèle qui n'était autre qu'un corset coupé sous la poitrine qui paraissait ingénieux mais pas suffisamment esthétique pour être considéré comme une pièce viable. En 1913, Mary Phelps Jacob s'est improvisée créatrice du premier soutien-gorge moderne confectionné à partir de mouchoirs et de ruban, sous forme de brassière ; le corset étant trop imposant pour aller sous sa robe que l'on a dit extrêmement fine. Par souci de confort et d'esthétisme, cette femme a sans le vouloir lancer une mode et le concept fut vendu à la Warner Brothers Corset Company en 1914. Les années 1920 marque un tournant pour la femme qui semble vouloir cacher ses attributs féminins allant jusqu'à souhaiter une allure dite de « garçonne », avec pour effet de raccourcir robes et cheveux afin de mettre en avant un pouvoir de séduction quasi masculin. Même si l'invention des tailles de bonnets actuels date de cette époque, il n'en demeure pas moins que la mode est aux corps minces, sans formes et surtout sans marques visibles de la poitrine que l'on cherche à amoindrir par des bandeaux en soie, en mousseline et matières souples remplaçant ainsi le lin d'antan.

Ce n'est pas un hasard si des pièces incontournables de la mode, comme la petite robe noire de Chanel, font leur apparition et connaissent un succès incroyable. La femme se veut garçonne mais fatale par son attitude et non plus par ses attributs naturels. Le soutien-gorge ne connaît pas encore de progression majeure à cette époque et ce n'est que 30 ans plus tard que la magie opère, laissant libre cours à la sophistication du soutien-gorge. 1943, sera d'ailleurs une date charnière pour ce basique qui connaîtra sa première métamorphose esthétique et glamour. Howard Hugues qui, pour le besoin du film The Outlaw, inventera un modèle de soutien-gorge à armatures prononcées afin de faire pigeonner le décolleté. Son ambassadrice sera l'actrice et brune incendiaire Jane Russell qui sera l'égérie d'une génération de femmes dont la féminité est mise en avant et pour qui le soutien-gorge deviendra une arme de séduction. La morosité de la guerre fait naître l'envie chez les femmes d'assumer leur corps et leurs attitudes. La silhouette se veut généreuse et voluptueuse avec des modèles comme Marilyn Monroe qui ouvre la voie au style pin-up. On retrouve alors des modèles de soutien-gorge à bonnets pointus ou galbants afin de mettre en avant une poitrine pigeonnante comme le prouve le modèle de la maison française Lejaby en 1956. Le succès est fulgurant mais de courte durée car les sociétés évoluent rapidement et les demandes des femmes aussi, étant de plus en plus influencé par la mode.

Les années 1960 marquent une nouvelle évolution avec l'arrivée de modèles comme Twiggy dont l'allure filiforme et le côté garçonne adolescente séduit. Les femmes et filles veulent lui ressembler et le marché des sous-vêtements s'adapte à la mouvance lolita du monde de la mode avec des robes courtes et droites, des tops courts qui nécessitent une poitrine réduite. Malgré tout les motifs apparaissent, les couleurs se veulent pop pour coller au foisonnement des 60's , faisant apparaître une nouvelle matière très connue aujourd'hui qu'est l'elasthane. Lancée par Lycra, la demande est immédiate mais c'est la marque Playtex qui se lance dans le marché grâce à un modèle à la fois élégant, pratique et novateur, le Coeur Croisé. Célèbre pour sa forme, il est surtout connu pour être le premier soutien-gorge sans armatures métalliques, tenant grâce à des bords élastiques, il est d'ailleurs encore vendu tant son maintien et sa discrétion ont été prouvés. Plus tard, les années 1970 rejettent la féminité exacerbée avec l'influence des féministes qui voient dans le soutien-gorge un objet qui écrase leur statut de femme libre. Le marché des sous-vêtements ne s'effondre pas pour autant mais les femmes adoptent le vêtement à même la peau ou choisissent des modèles discrets et fins; ceux-là devenant de plus en plus graphiques et élaborés au niveau des coupes et des couleurs.

Face à la fonction utilitaire légèrement sans vie du soutien-gorge, la créatrice Chantal Thomass réussit à imposer sa vision moderniste de la femme qui se veut sensuelle et sexy dépassant tous les codes et l'inscrivant dans une démarche volontaire de marquer sa féminité, dans les années 1980. Les portes-jarretelles, les guêpières, les soutiens-gorges en fine dentelle et rubans fantaisie font leur apparition avec la tendance du glamour. La femme symbolise matériellement son sex appeal grâce à des dessous novateurs qui suggèrent le désir à l'extrême. Les push up, les brassières sexy et les ensembles deviennent échancrés pour laisser libre cours au corps de la femme qui s'affranchit de quelconques diktats de la société. Chaque corps et morphologie sont acceptés ce qui permet une explosion du marché des sous-vêtements, et plus particulièrement du soutien-gorge, dans les années 1990. La femme jongle avec les modèles faisant du mix and match des dessous proposés, passant de la dentelle au coton, puis des formes push up aux brassières sans armatures. Le soutien-gorge se démocratise et son marché devient plus accessible grâce aux marques de mode dites de masse qui en font des collections saisonnières. H&M, American Apparel, Etam ou même Playtex s'adaptent aux demandes allant de nouveautés en nouveautés.

Le soutien-gorge se laisse voir sous les vêtements allant jusqu'à être mis sur eux, devenant ainsi une pièce de mode à part entière. Des enseignes comme Victorias'secret explosent proposant un choix élargit de modèles mariant les tendances vestimentaires avec le souci de chic et de confort. Les femmes s'amusent à chercher l'ensemble qui les mettra le plus en valeur ne voyant pas à la dépense. Aussi amusant et travaillé qu'une pièce de Haute Couture, le soutien-gorge dépasse sa fonction utilitaire, son statut d'accessoire et se modernise au gré des saisons. On le trouve aujourd'hui sous toute les formes, couleurs et motifs s'adaptant à toutes les morphologies et envies des femmes qui peuvent aussi le choisir en fonction de leur âge. Les adolescentes trouvent des modèles adaptés à leurs besoins chez la marque intemporelle American Apparel ou Petit Bateau, par exemple, au même titre que les femmes d'âge avancé ou les jeunes femmes s'amuseront de formes confortables et sexy chez Chantal Thomass ou Dita Von Teese. Chacune trouve son compte dans cette pièce qui a su s'imposer à travers les sociétés et les époques devenant un symbole de féminité fort et un témoin des évolutions de la femme. Ses matières se perfectionnent s'invitant sur les podiums où les créateurs usent de tout leur talent pour rendre le soutien-gorge glamour, actuel et très mode. Il semble que le soutien-gorge est à l'aube de son histoire moderne et à en voir la mode aujourd'hui, son ascension n'est pas terminée.

Crédit : princesse tam tam
Crédit : Victoria's Secret
À lire aussi
American Apparel, retour sur l'histoire des basiques ultra mode
À lire aussi
Sonia Rykiel, retour sur l'histoire d'une créatrice avant-gardiste
À lire aussi
Isabel Marant ou l'histoire d'une créatrice imprévisible
À lire aussi
Journée de la Femme le 8 mars 2013, retour sur son histoire
À lire aussi
La "it girl", retour sur l'histoire d'un phénomène pop et mode
À lire aussi
Le rouge à lèvres rouge, histoire d'un produit cosmétique phare et sensuel
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Le soutien-gorge, retour sur l'histoire du basique de notre lingerie
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible