Les barquettes de poulet évaluent désormais le bien-être de l'animal sur leur emballage

par

Une première en France.

Bien qu'il soit officiellement reconnu par le code civil français depuis 2015, on ne peut pas dire que le consommateur.rice bénéficie d'une totale transparence en ce qui concerne le bien-être animal des produits d'origine animale qu'il/elle consomme. Si les coquilles d'oeufs sont déjà marquées d'une note, allant de 0 à 3, celle-ci ne concerne que les conditions d'élevage des poules. Mais les choses semblent en train de changer. En effet, depuis quelques jours, on peut observer sur certaines marques de poulets un nouvel étiquetage qui indique le niveau de bien-être de l'animal. Récemment, c'est l'enseigne Fermiers de Loué, bientôt suivie par Les Fermiers du Sud-Ouest, qui s'est engagée à apposer sur les emballages de tous leurs poulets de chair (poulet entier, blancs et cuisses de poulets) leurs conditions de bien-être.

poulets ,Fermiers de Loué
Le bien-être des poulets désormais évalué 

Pour ce faire, plusieurs critères sont pris en compte. Au total, on dénombre pas moins de 230 conditions, comme l'accès à l'extérieur, l'espace, la durée de transport maximale, la lumière naturelle, les conditions d'élevage, le rythme de croissance ou encore l'abattage des animaux. Comme le rappelle Yves de la Fourchadière dans les colonnes de Business Insider, « le bien-être animal mérite plus que des mots, il doit être évalué de manière rigoureuse ». Un contrôle sera donc effectué une fois par an au sein des exploitations afin d'établir une nouvelle notation qui va de A (supérieur) à D (standard), information apposée en haut à droite de l'étiquette.

Poulets
Un étiquetage évaluant le bien-être des poulets qui pourrait se généraliser aux autres animaux

Le groupe Casino utilise déjà depuis décembre 2018 ce système de notation sur tous ses poulets entiers et découpés de « Terre & Saveurs » et devrait même bientôt l'appliquer à tous les autres de la marque. Une initiative que l'on doit à trois ONG qui luttent en faveur des droits pour les animaux. On retrouve CIWF (Compassion In World Faming) qui concerne les conditions d'élevage des animaux, la LFDA (Fondation Droit Animal) qui défend la condition animale et l'OABA (Oeuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoirs) qui s'intéresse aux conditions d'abattage des animaux. L'idée serait qu'à terme, ce type d'étiquette figure sur tous les poulets commercialisés mais aussi sur d'autres animaux vendus. Affaire à suivre donc...

Source : Shoko - Crédit : Unsplash @Brooke Cagle, Fermiers de Loué , Unsplash @William Moreland