S'inscrire
tracking
Les fashion hunters

Les Fashion Hunters présentent Spleen by Velvetine et la créatrice Anne Cécile Couetil en interview

Publié par
Mitia Bernetel
, le .
Mis à jour le .
Temps de lecture : ~ 3 min
No thumbnail

De la maroquinerie de luxe rock au prêt-à-porter pop et casual, la créatrice Anne Cécile Couetil exprime ses univers sur tout support. De Velvetine à Spleen, rencontre avec une aventurière inspirée et passionnée

Cette semaine, les Fashion Hunters sont parties à la rencontre d'une jeune créatrice qui a su tirer son épingle du jeu. Et pour cause, peu de chance qu'elle vous soit totalement inconnue. Anne Cécile Couetil est la jeune créatrice qui se cache derrière la marque de maroquinerie Velvetine qui a collaboré avec André pour l'Automne-Hiver 2013/2014. Son style rock et néo gothique si particulier a fait le succès de sa marque haut de gamme lancée en 2005. Après ses années d'études au studio Berçot puis à l'Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture, Anne Cécile Couetil se tourne immédiatement vers l'accessoire. Avec sa première marque, la créatrice explore déjà les sacs mais aussi des bijoux conceptuels, cherchant à repousser les limites traditionnelles de l'ornement corporel.

Mais, irrésistiblement attirée vers le cuir comme la maroquinerie bohème des herbes hautes, Anne Cécile Couetil décide de se lancer pleinement dans l'aventure en créant Velvetine. A présent, avec ses cuirs de qualité et ses accents gothiques, la griffe jouit d'une clientèle française et étrangère. Un succès qui permet à la créatrice de voir aujourd'hui plus loin. Sans mettre de côté Velvetine, Anne Cécile nous entraine dans une nouvelle aventure : Spleen. Une marque de prêt-à-porter "easywear" que l'on peut encapsuler dans trois adjectifs : "légère, insolente et un peu rock". Sweats, t-shirts et tote bags sont au programme de cette griffe très actuelle et accessible. Un nouvel exercice créatif qui a attisé notre curiosité, entre Velvetine et Spleen, nous avons posé quelques questions a la jeune créatrice aventurière.

Après le succès de Velvetine, qu'est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans le projet Spleen ?

Avant tout, j'adore l'illustration. J'ai eu une super team créative cette dernière saison, on a eu plein d'envies, c'était une belle émulation. Mais l'aventure prend ses origines plus loin. Il y a un an, j'avais décidé de m'associer à une amie styliste, Candice Sandaker. On avait toutes les deux envie de créer une ligne de tee. Entre temps, elle a reçu une proposition d'une grande marque de luxe qui ne se refuse pas et on a évolué chacune de notre coté. Mais je pense que ça a été le déclencheur de cette aventure.

Passer des sacs luxueux à l'identité rock marquée, à une marque très actuelle de t-shirts et sweats imprimés à prix modérés, n'est-ce pas un grand écart ?

Si, c'est vrai ! Mais pleins de créateurs travaillent sur des projets différents. En l’occurrence, on a crée une marque bien distincte de Velvetine. Pour les sacs, je veux proposer à mes clientes une fabrication ultra luxe, des finitions parfaites et de très belles matières, je ne me limite pas. On source nos peaux d'agneau en Italie, on caste la plus belle peau imprimée léopard qu'on fait venir du Brésil, le plus beau cuir holographique. Nos fermoirs sont faits avec des procédés de bijouterie et sont finis à la main. Tout cela a un coût, même si on égratigne souvent nos marges ! Les tees de Spleen sont plus accessibles bien sur, bien que l'on s'attache également à proposer une très belle qualité de tissu et d'impression.

Pourquoi avoir choisi le nom "Spleen" pour votre nouvelle marque ?

Baudelaire est un de mes poètes préférés, j'aime le mot "spleen", je le trouve très beau. Je lui trouve un petit coté impertinent et cynique, dans cette société du selfie où tout le monde se doit de prétendre, à travers les réseaux sociaux, d’être toujours happy, et où l'image de la femme est complétement déformée dans les médias.

Une partie de la collection Spleen affiche des références gothiques, une autre affiche des références félines et la troisième fait preuve d'humour. Votre côté "lol cat" avait-il du mal à s'exprimer avec votre premier projet ?

Oui, c'est un peu ça ! Je dois l'avouer, mon chat est une source d'inspiration quotidienne.

Les sacs, les bijoux et maintenant le prêt-à-porter, qu'aimeriez-vous encore créer ?

J'ai des idées de projets et des nouvelles passions très régulièrement ! Mais maintenant je veux surtout améliorer plein de choses dans mes deux marques Spleen et Velvetine, les faire grandir. C'est déjà très chronophage !

À lire aussi
Les Fashion Hunters présentent Step Art, les pièces au design artistique
À lire aussi
Les Fashion Hunters présentent Jamini, les accessoires indiens bohèmes en interview
À lire aussi
Les Fashion Hunters présentent Marie Simphal, les bijoux en vermeil
À lire aussi
Les Fashion Hunters, Salomé Charly et ses bijoux contemporains en bois en interview mode exclusive
À lire aussi
Les Fashion Hunters présentent Unikke Design, les bijoux 3D
À lire aussi
Les Fashion Hunters présentent Lucy Luce, les bijoux joueurs
Commentaires
Vous devez être connecté pour poster un commentaire
ou s'inscrire
Encore plus de contenus
Les Fashion Hunters présentent Spleen by Velvetine et la créatrice Anne Cécile Couetil en interview
S'inscrire
false
Notifications
Bientôt disponible